mercredi 1 juin 2011

Les cons courent et pissent en toute liberté, y compris dans les ascenseurs…

Mon niveau de tolérance peut parfois tomber très bas, devant certains comportements. Quand je sors d’un parking et que je vois ces grosses taches de pisse bien odorantes qui assaillent les narines, ça me fout en rogne… Ou ça "m'indigne", pour être dans l'air du temps... Ces odeurs, qui viennent de loin. En ville, mais aussi dans les villages, dans les centres commerciaux, dans les endroits recevant du public, je ne supporte pas ces connards, ces animaux avec une pièce d’identité quelque part, qui pissent n’importe où…

Midilibre parle de cette histoire d’une tour d’immeubles à Bagnols/Cèze. Histoire affligeante, aux conséquences pénibles pour l’ensemble des habitants de ces immeubles, privés d’ascenseurs parce qu’une bande de jeunes cons urinaient dedans en toute impunité… Et malheureusement, l’urine ça ne fait pas que puer et tacher : ça corrode, ça attaque, ça détériore, et après ce sur quoi les cons viennent de pisser, ça ne marche plus…

L’article est affligeant… Un témoignage, celui du responsable des services techniques d’Habitat du Gard de Bagnols : « Cela se produit régulièrement depuis un an. D’ailleurs, un jour, j’étais dans la cabine avec un jeune. J’en suis sorti pour sonner à un appartement. Mais comme personne n’a répondu, je suis redescendu par la même cabine d’ascenseur. Il y avait une trace d’urine. ». Nous trouverions presque ça normal… Peut être que dans certains appartements, il n'y a plus de cabinets... ?
Et la suite de l’article : « Il s’avère que les incivils utilisateurs (quel joli mot pudique pour parler de ces gens que je qualifierais bien moins respectueusement…) font leur petit besoin entre les deux portes coulissantes de la cabine. L’urée s’écoule alors "sur des capteurs et autres cellules électriques". Conséquence : la panne. C’est le cas pour l’un de ces ascenseurs. D’ailleurs, la société chargée de leur entretien a affiché cette note : "Le seuil de la cabine HS est oxydé par la pisse". » C’est classe, classieux, mais surtout très con.

Et insupportable. On ne cesse d’entendre parler de « vivre ensemble », de tolérance, mais là il en faut de la sagesse et de la philosophie pour ne pas avoir des pensées extrêmement malsaine vis-à-vis du groupe de « jeunes » qui pisse allégrement à proximité du distributeur de billet, dans la cage d’escalier de l’immeuble ou du parking, ou sur les murs du lycée d’à côté. Cela dépasse le cadre de « l’incivil utilisateur », et on arrive plus dans la catégorie bestiale animale...

Non, le résultat pratique est ici éloquent. Des habitants d’une tour bien haute n’auront plus d’ascenseurs pendant un moment, parce que des cons s’amusaient à pisser entre les deux portes coulissantes. On croit réver… On se souvient de la blague de la vieille dame qui prend les couilles du jeune qui pissent sur son mur et les tape les unes contre les autres en hurlant « tu ne pisseras plus sur mon mur ». Là, on a envie d’en broyer aussi, des gonades, devant autant de conneries et de "je m'en branle des autres"…

Mais bon, y a d’autres priorités que les gens qui pissent ici et là, sur les domaines publics et etc… C’est con, insupportable, ça pue, c’est déguelasse, c’est bestial, mais finalement « ça ne tue personne » comme dirait le philosophe… Donc bon…
Pendant ce temps, des habitants des tours G1 et G2 de Bagnols grimperont les étages à pied pour monter chez eux… Il est pas beau notre pays et son « vivre ensemble » ?

20 commentaires:

  1. Faut faire des tests ADN...

    (mon ascenseur est en panne depuis vendredi midi - 7 étages).

    RépondreSupprimer
  2. Dejà les gens qui pissent un peu partout en ville ça m'exaspère. Certaines rues du centre ville deviennent régulièrement les pissotières à ciel ouvert des rues adjacentes qui concentrent quelques uns des plus gros bars à fiestas étudiantes. Ceci explique cela, bien que cela ne le justifie pas.
    Mais alors là, pisser DANS un immeuble (et dans la cage d'ascenseur) ça me perfore le sphincter !

    RépondreSupprimer
  3. C'est très révélateur d'une perte de repères et de certaines valeurs. Les incivilités se généralisent. Je ne suis pas sûr que le vivre ensemble soit une notion, ou une valeur, qu'il fut dans l'air de temps de respecter.
    hélas

    RépondreSupprimer
  4. Oui, c'est lamentable...

    RépondreSupprimer
  5. Jusqu'au jour ou ils vont commencer a se branler dans les ascenseurs.

    RépondreSupprimer
  6. "la vieille dame qui prend les couilles du jeune qui pissent sur son mur et les tape les unes contre les autres "

    Euh, ça a combien de couilles, un homme, déjà ?
    J'ai bien ri en imaginant un chapelet de couilles-grelots, et je suis d'accord, hélas, avec ce billet.
    Pisse dans les ascenseurs, et crachats dans la rue...

    RépondreSupprimer
  7. Tiens ! Suzanne existe encore...

    RépondreSupprimer
  8. Oyo,

    Nicolas, oui. Et faut couper le zgegou du contrevenant (ou mettre une couche)


    Tambour,
    C'est insupportable et exaspérant... Et dans un immeuble, oui, ces cons là ne respectent rien.


    Corto,
    Ils ne respectent rien. Agissons pareillement contre eux, puisqu'ils nous empechent de vivre "ensemble" justement...


    Stef, totalement


    Manuel, au point où ils en sont ces cons...

    Suzanne, chapelet de couilles-grelot, j'adore l'image !!!!

    Bonne aprèsmidi

    RépondreSupprimer
  9. Ensemble, tout est possible

    RépondreSupprimer
  10. C'est malheureusement de voir ce genre de comportement "habituel" dans des cités de grande banlieue dans une belle petite ville de province.

    RépondreSupprimer
  11. Malheureux voulais-je dire :/

    RépondreSupprimer
  12. Pour ce qui est des ascenseurs, je ne dis pas. Mais dans la rue ou les parkings, ma foi... Si les municipalités installaient des toilettes publiques de manière ostentatoire et pas au compte-goutte, peut-être que ça n'arriverait pas. Peut-être. On fait comment, quand ça fait trop longtemps qu'on cherche désespérément la sanisette dans la rue ?
    C'est une curieuse société où personne, ou si peu qu'à peine, ne s'insurge contre les pisses de chiens, en tous cas bien moins que les crottes, mais crie au scandale contre celles des hommes.
    De là à le faire par plaisir ou facilité, je suis d'accord avec toi alors.
    Je me souviens de la grande braderie de Lille avec une foule immense et rien de prévu à cet effet... Alors, on cherche un arbre ou l'entre deux voitures.

    RépondreSupprimer
  13. El Camino, c'est triste. Mais même en grande banlieue, c'est inadmissible, et c'est con là méritent des claques.



    Olivier, tu te rends compte de ce que tu dis. "c'est la faute aux pouvoirs publics si des cons se comportent comme des cons et des animaux".

    Faut qu'on arêtte. Les gens dont on parle s'en branlent (c'est un mot choisi) qu'il y ait des sanisettes officielles. Dans mon village, il y en a, mais des jeunes cons préfèrent pisser contre la banque, sous les halles (qui sont à deux minutes) ou sur la voie publique.

    C'est une curieuse société que celle qui dit que tout est de la faute des pouvoirs publics, quand les gens se comportent en gros cons et gros sales...
    (et je ne parle pas de la pisse de chiens dans ce billet, mais de celles d'êtres humains : ne confondons pas les sujets, ce n'est pas un chien qui a mis HS un ascenseur...)

    RépondreSupprimer
  14. Tout à fait d'accord avec ton billet. C'est pour ça que je ne vais plus à Paris, et le moins possible dans une ville à ascenseurs. En revanche, mon critère du bon habitat c'est de pouvoir pisser dehors sous les étoiles, chez moi (heu, je change de coin tous les soirs).

    RépondreSupprimer
  15. j'espère qu'ils n'auront pas envie de pisser en route, sinon les escaliers finiront par fondre

    RépondreSupprimer
  16. @ Olivier : personnellement je m'arrange pour pisser avant de sortir de chez moi. Je suis une fille : ceci explique peut-être cela.
    Y a-t-il aussi de l'urine de fille dans les ascenseurs ? (pour le savoir il faut vérifier la hauteur de la corrosion, c'est mentionné dans le rapport de la société d'entretien ?) mdr

    RépondreSupprimer
  17. Coucou, mais pisser sous les étoiles en pleine nature, quand on dérange personne, c'est moins dérangeant quand même.

    Ptisa, sans être une fille, être juste une personne "normale", c'est avoir aussi un comportement normal. Pisser en plein centre ville, sous la première halle ou le premier escalier, c'est pas très normal comme comportement...

    RépondreSupprimer
  18. Tu as une manière de raccourcir mes propos qui est sidérante. Mais bon... quand on ne veut pas lire correctement.

    RépondreSupprimer
  19. Olivier, nous sommes deux à "ne pas avoir lu correctement". Peut être t'es tu exprimé aussi d'une manière qui faisait que plusieurs n'ont "pas lu tes propos correctement"...

    Enfin bon, si tu en restes là, c'est très bien. J'ai compris que dans ton commentaire les points suivants (avec lesquels je suis en désaccord) :
    * il faut plus de sanisettes pour que les cons aillent pisser là plutôt que sous des halles ;
    * si on tolère les pisses et cacas de chiens, il faut pas gueuler que des cons pissent en pleine rue.

    Tu peux développer si tu veux, ces points avec lesquels je suis (et pas le seul) en désaccord.

    Mais si tu préfères jouer la victime, bien t'en fasse... (mais ne la joue pas trop longtemps : nous serons vite lassés...)

    RépondreSupprimer

Bienvenue dans ma maison.

Ici, Le respect qui accompagne la critique et le débat est le bienvenu. Insulte ou attaque personnelle (sur moi ou autres) non. Et il est interdit de venir casser les couilles du taulier que je suis (et des autres commentateurs).

Anonymes, passe ton chemin.
Tu peux t'inscrire avec un compte Blogger ou en t'inscrivant à plein d'endroit... C'est bien de savoir avec qui on discute...