mercredi 22 août 2012

Un cours d'économie (reçu par mail)

Je ne sais pas ce que penseront mes camarades libéraux ou gauchistes de ce petit cours d'économie que j'ai reçu au hasard des mails de bêtises que l'on s'envoie ici et là... Pourtant, je l'ai trouvé d'une rare pertinence...

En tous cas, ce mail m'a suffisamment amusé pour en faire un billet...

Objet : cours d'économie
En fait c'est comme cela qu'on devrait faire !!!!

Une journée maussade dans un petit bourg humide au fin fond de l’Irlande…

Il tombe une pluie battante et les rues sont désertées. Les temps sont durs, le pays est très endetté, tout le monde vit à crédit.

Là-dessus arrive un touriste allemand, riche. Il arrête sa belle voiture devant le seul hôtel de la ville et il entre. Il pose un billet de 100 sur le comptoir et demande à voir les chambres disponibles afin d'en choisir une pour la nuit.
Le propriétaire de l’établissement lui donne les clés et lui dit de choisir celle qui lui plaira.
Dès que le touriste a disparu dans l’escalier, l’hôtelier prend le billet de 100 , file chez le boucher voisin et règle la dette qu'il a envers celui-ci.
Le boucher se rend immédiatement chez l'éleveur de porcs à qui il doit 100 et rembourse sa dette.
L’éleveur à son tour s'empresse de régler sa facture à la coopérative agricole où il se ravitaille en aliments pour le bétail.
Le directeur de la coopérative se précipite au pub régler son ardoise.
Le barman, glisse le billet à la prostituée qui lui fournit ses services à crédit déjà depuis un moment.
La fille, qui occupe à crédit les chambres de l’hôtel avec ses clients, court acquitter sa facture chez l’hôtelier.
L’hôtelier pose le billet sur le comptoir là où le touriste lavait posé auparavant.

Là-dessus le touriste descend l’escalier, annonce qu’il ne trouve pas les chambres à son goût, ramasse son billet et sen va…

Personne n'a rien produit, personne n'a rien gagné, mais plus personne n'est endetté et le futur semble beaucoup plus prometteur…

Serait-ce ainsi que fonctionnent les plans de sauvetage au profit des pays de l’Europe en difficulté !!!


11 commentaires:

  1. à transmettre à furher Merkel qui s'obstine dans une attitude tatchérienne

    RépondreSupprimer
  2. Bobcestmoi,
    ce genre de commentaire vraiment très con ('furher Merkel'), je ne vais pas l'accepter trop trop longtemps.

    Rosa,
    Billet sans prétention ni leçon. J'ai bien aimé le mail. Je fais suivre.
    (et ça me fait un billet)

    RépondreSupprimer
  3. J'en suis convaincu : la prochaine fois je vire (surtout si en plus tu te fous de moi)

    J'ai cru comprendre que tu n'étais pas le bienvenu sur certains blogs. Lorsque je vois les quelques commentaires que tu as fait chez moi, je comprends.

    On en reste là : pas envie que tu sois le sujet central de ce billet, et de passer ma journée à discuter avec toi.

    RépondreSupprimer
  4. une école d'éco parisienne avait fait une étude semblable justement. Il y était expliqué que les tous les pays ont des dettes entre eux, ce qui crée des sommes énormes, alors que si l'on égalisait tout cela (tu me dois 7, je te dois 8 = je te dois 1), certains pays ne seraient plus endettés, et les autres beaucoup moins. Je ne me rappelle plus du nom de ce procédé mais c'était marrant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semble que cela s'appelle la "compensation"... A vérifier.

      Supprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  6. Bon, tu me gonfles. Je n'ai pas le temps de lire un commentaire qui fait trois pages.

    Zou suppression.


    Vallenain, je le rechercherai ce procédé. Intéressant en tous cas

    Fred, merci. Ca m'a amusé aussi

    RépondreSupprimer
  7. Amusant, en effet. Mais purement de la poudre aux yeux. Dans cette petite fable, tous ces irlandais ont des comptes bien équilibrés. Personne n'est endetté, contrairement à ce qui est dit. L'hôtelier doit 100 euros à je ne sais plus qui, mais la prostituée lui doit 100 aussi, donc l'hotelier est en équilibre, elle lui devait 100 mais son client lui devait 100, etc... Personne n'est endetté, il manquait seulement le billet de 100 qui permettait d'effacer toutes ces dettes et ces créances qui au total s'équilibraient. Il manquait juste de la liquidité, comme on dit. Le touriste allemand a joué le rôle de la Banque Centrale qui fournit de la liquidité. Ceci étant, c'est très pédagogique!

    RépondreSupprimer

Bienvenue dans ma maison.

Ici, Le respect qui accompagne la critique et le débat est le bienvenu. Insulte ou attaque personnelle (sur moi ou autres) non. Et il est interdit de venir casser les couilles du taulier que je suis (et des autres commentateurs).

Anonymes, passe ton chemin.
Tu peux t'inscrire avec un compte Blogger ou en t'inscrivant à plein d'endroit... C'est bien de savoir avec qui on discute...