dimanche 24 mars 2013

Mélenchon, ou l’autre Front d’une même triste pièce…

Je n’ai pas souvenir qu’un chef de parti ait pris une tribune pour clamer haut et fort : « le ministre des finances de mon pays est un salopard ». Insulte ordurière, du niveau de celui qui la prononce, Jean-Luc Mélenchon.
Ordurière également car la personne insultée (Pierre Moscovici) l’est parce qu’elle défend des idées, des valeurs, une politique, différente de la personne qui profère cette insulte ordurière. Il s’agit donc de traiter quelqu’un ouvertement et très solennellement de « salopards » simplement parce que l’on a avec lui de point de vue. C’est effrayant… C’est du niveau du Parti de Gauche, qui est clairement pour moi un parti effrayant, à pleins de points de vue.

Moscovici continue à en prendre pour son grade : « petit intelligent qui a fait l'ENA et qui ne pense pas français, qui pense finance internationale.». Je passerai sur la question de savoir si « un petit intelligent qui a fait l’ENA » est davantage méprisable qu’un « grand bon à rien qui insulte toute la classe politique et une partie des citoyens de son pays », aussi parce qu’elle m’amènerait à m’abaisser à un niveau équivalent à celui du chef du Parti de Gauche…
Et à ce niveau, franchement, ça sent les égouts, et ce qu’il y a dedans.

Ensuite l’insulte « il ne pense pas français… ». Que ne dit-on pas des gens à la droite de la droite qui ont cette critique à la bouche « ils n’aiment pas la France ! ». Dans cette accusation là que Moscovici soit anti-français, il y a du Front National pur jus dans le discours du chef du Parti de Gauche. Jean-Mélenchon fait du Le Pen, mais rien n’est surprenant : ces personnages sont les mêmes, ils sont similaires. Ils ont besoin l’un de l’autre pour exister (et leurs militants également). Mélenchon espérait tellement que Le Pen fasse un gros score qu’il a tout fait pour qu’elle soit élue députée (mais même ça, il l'a loupé…).

Le Pen, Mélenchon et leurs amis cousins des deux Fronts d’avoir cette même accusation : « ils ne sont pas des vrais français », « ils n’aiment pas la France », et donc là dernièrement « il ne pense pas français ». Hautes valeurs humaines et républicaines dans ces discours…
Et un élément de plus pour valider que l’on a aux deux Fronts les mêmes personnes, soutenus par les mêmes militants zélés, et qui défendent des valeurs finalement que peu différentes. Ils se considèrent « les vrais français », ceux qui « doivent reprendre le pouvoir ». Et les autres sont soit des « salopards », soit doivent donc soit être « éradiqués ». De toutes manières, ceux sont pour Mélenchon des « bons à rien » ou des « déments ». Classe, toujours…

J’espère que le Parti Socialiste, évidemment parti républicain, saura quoi faire avec ces gens-là. Ceux qui soutiennent une personne comme Mélenchon, et militent d’une manière qui n’a rien de républicaine (avec des méthodes là aussi ordurière et « qui nous ramène aux sombres heures de notre histoires » (copyright)), n’ont plus rien à faire dans la gestion des municipalités de notre république et de nos régions.
On parle souvent du Front Républicain. Ça ne m’a pas dérangé, personnellement, de voter pour le candidat socialiste chez moi aux élections cantonales, qui était face à un candidat Front National. Je sais très bien qu’à droite, plus à droite que moi, d’autres ne pensent pas pareil.
J’espère que l’électeur socialiste républicain saura faire de même s’il a le choix entre un candidat de droite républicaine, et un candidat sponsorisé par Mélenchon et son dangereux PdG. Même s’il y aura au parmi les électeurs socialistes des gens identiques à ceux chez moi qui sont favorables à une alliance avec l’extrême.

Il n’empêche. Je trouve que ces derniers jours les gens du PdG (et certains du Front de Guache) ont augmenté encore le volume dans l'outrance. Cela faisait belle lurette qu’ils avaient franchi la ligne jaune qui sépare les valeurs et comportements républicaines de ce qui l’est moins.
J’espère que les républicains de droite et de gauche seront se montrer dignes et efficaces. Parce que je vois là un véritable danger que, par notre faute, un gars comme Mélenchon et ses amis s’empare du pouvoir. Notre faute, car c’est toujours de la faute des républicains (qui se sont mal comportés ou ont mal travaillé…) si les extrêmes montent.

Il y a toujours eu un risque Le Pen. Le risque Mélenchon est largement du même niveau. Et il est aujourd’hui très, trop, élevé…

PS : à lire aussi ce billet qui était sorti au moment de la mort d'Hugo Chavez. Billet intitulé "Front National de Gauche", que j'ai trouvé intéressant...

17 commentaires:

  1. Sympa ton billet, et ta conclusion... Assimiler Mélenchon à Le Pen, fallait oser mais tu n'es pas le 1er à le faire en lui faisant dire ce qu'il ne dit pas ("vrais français").

    Ensuite, affirmer qu'il voulait la victoire de Le Pen, est du même tonneau. Il fut le seul responsable national à soutenir en personne le député socialiste du coin. Pas un responsable socialiste ne s'est déplacé au 2d tour.

    Si Le Pen monte, c'est uniquement dû à une certaine continuité politique entre l'UMP et le PS, l'absence de véritable changement dans un contexte de crise sociale. C'est facile d'accuser les autres, en particulier Mélenchon, de ses propres turpitudes.

    De l'affabulation au mensonge, il n'y a plus qu'un pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. DPP, un pas que vous avez franchi dans ton parti, en pratiquant le mensonge à outrance. En plus d'autres comportements qui ne grandissent pas la politique...

      Je pense que j'assimile Mélenchon à Le Pen, mais pas que. Je pense que Melenchon est bien plus dangereux que Le Pen. Et malheureusement rien dans ses actes et ceux de ses supporters zélés ne me prouvent le contraire. Je préfèrerai...

      Supprimer
  2. La question que je pose dans mon billet "qui détermine qui pense français ou pas".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Romain, j'ai vu. Un excellent billet d'ailleurs.

      Supprimer
  3. Melenchon vient de se griller définitivement mais les réactions contre lui sont ridicules ce que je dis chez DPP.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (Ce qui veut dire que le PS est nul).

      Supprimer
  4. Nico,
    Je n'ai pas lu ce qu'ont dit le PS.

    Mais bon, pour ma part, je ne dus rien de nouveau que je ne pense depuis un moment. Melenchon et ses zélés amis sont des dangers.

    RépondreSupprimer
  5. comme je l'ai dit chez R Blachier plus aucun accord avec le FDG
    ni aujourd'hui ni demain ni après demain
    laissons les crever à petit feu dans leurs outrances

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bob, ça serait une excellente chose.

      Maintenant, pour garder des places... (on ressortira l'argument "oh mais localement ceux sont des gentils garçons, et ils votent pour que je reste maire... Alors ne confondons pas situation nationale et situation locale"...)

      Mais sur le fond oui, j'aimerais qu'un cordon sanitaire se fasse à la droite de la droite, mais aussi du coté de PdG et du FdG.

      Supprimer
  6. Que pensent les français de la politique libérale du PS? Regardez les sondages... l'état de l'économie européenne, sans parler des représentants de Goldman SAchs qui sont aux mains des pays de la zone EU.. Entre Draghi, Monti, Papademos, Miert en Belgique, ... Je pense que les français en ont vraiment assez, et comprend que certains mots puissent sortir vue la situation catastrophique et le chantage de la BCE sur Chypre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Doug
      "Que pensent les français de la politique libérale du PS?...". C'est extrêmement drole, mais rien qu'à l'introduction du commentaire, j'ai cessé de le lire. Parce que c'est caricatural. Et c'est grotesque. La politique du PS n'a rien de "libérale".

      Et si elle était libérale ce serait très bien : libéral n'est pas un gros mot. Ou alors il est aussi grossier que "socialiste" (qui n'est pas un gros mot non plus).

      Allez, je vais le lire en entier le commentaire...
      Je pense que personne, surtout pas une personne qui n'a fait "que" 11% à l'élection présidentielle, et qui a des élus simplement parce que le parti socialiste est très sympathique à son égard, ne peut s'arroger le droit de parler au nom "des français" dans son ensemble.
      Je pense aussi que les français sont mécontents de la politique d'Hollande, et qu'ils étaient mécontents de la politique de Sarkozy avant. Mais je pense qu'ils veulent tout sauf des gens du PdG au pouvoir, et qu'ils ne veulent surtout un dangereux personnage comme Mélenchon à leur tête. Et je pense qu'ils sont très conscients que ces gens là (la gauche de la gauche) leurs mentent : les français sont des adultes.

      Supprimer
  7. Ah non, le PS a été "sympathique" avec EELV (il leur a laissé une soixantaine de circonscriptiond) mais pas avec le FDG.
    Je n'aime pas beaucoup les outrances de Mélenchon mais son existence est nécessaire pour aiguillonner un peu "Pépère", me semble-t-il.

    RépondreSupprimer
  8. Estelle92,
    C'est vrai qu'il y a le cas des verts qui emmerdent tout le monde à Notre Dame des Landes mais qui mangent bien chaud à la gamelle gouvernementale, avec l'armada de député que leur 1,3 pouiemme de pourcent n'aurait jamais permis...

    Par contre, je persiste à penser que c'est la gauche républicaine qui permet à cette gauche anciennement communiste (pour qui j'avais du respect et de l'affection), maintenant Front de Gauche, extrémiste et Mélenchoniste (pour qui j'en ai beaucoup moins) d'exister. En leur donnant ici un poste d'adjoint, là en leur laissant un canton... Et puis en fusionnant les listes quand le cas peut le permettre.
    Mieux vaut qu'on se garde la bonne place plutôt que de laisser un strapontin à ces enculés de droite...

    Je ne sais pas si les outrances de chacun sont utiles pour aiguilloner le pouvoir. Trouvions nous, à une certaine époque, les outrances de Le Pen utiles ?

    Enfin bon... Mon billet qui appelait à un sursaut républicain contre ces vagues extrémistes qui, je le crains vraiment, représentent un danger pour nos valeurs, est déjà obsolete.
    La législative dans l'Oise a montré que les quelques électeurs de gauche ont voté pour le candidat FN. Et visiblement la volonté de cette dernière était qu'il était préférable un député UMP de moins à un député UMP de plus. Et si le député UMP de moins indiquait un FN de plus dans le palais Bourbon...

    J'avais lu sur Twitter quelqu'un dire "chic, le weekend s'arrête". J'ai l'impression qu'il va laisser des traces.
    En tous cas personnellement, je sais pourquoi j'ai envie de me battre aujourd'hui...

    Mais on verra ça demain...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne te donne pas tort.

      Supprimer
    2. Quelques électeurs de Gauche on voté FN. C'est peu dire de la cessité maladive du sieur Falcon. Les chiffres sont pour le PS 40% et le Front de gauche 15%. Pour la droite ce serait au moins 80% Non seulement l'auteur à tout faux mais comme le dit très justement le Front de Gauche, le PS et la droite sont les seuls responsables de la montée du FN. Ces partis avec leurs politiques libérales et antisociales (blanc bonnet ou bonnet blanc) servent de fond de commerce à l'extrême droite.

      Supprimer
    3. Rody,
      Quand un commentaire se base sur un. "Comme le dit le Front de Gauche", qui sont quand même des gens qui ne reconnaissent aucune vérité, qui mentent comme des arracheurs de dents, qui insultent a qui mieux mieux, qui ont des comportements antirépublicains, comment accorder un crédit a ce que tu défends ?

      Si tu viens faire la voix officiel de FNGauche ou du PdG, désolé, pas crédible...

      Je crains que ce soit l'auteur du commentaire qui est "tout faux ", pour ne pas dire plus...

      Supprimer

Bienvenue dans ma maison.

Ici, Le respect qui accompagne la critique et le débat est le bienvenu. Insulte ou attaque personnelle (sur moi ou autres) non. Et il est interdit de venir casser les couilles du taulier que je suis (et des autres commentateurs).

Anonymes, passe ton chemin.
Tu peux t'inscrire avec un compte Blogger ou en t'inscrivant à plein d'endroit... C'est bien de savoir avec qui on discute...