samedi 21 juin 2014

Délinquance, ou l'indignation sélective

Jeudi, un fait divers détestable. Une fille de 17 ans s'est pris une balle en pleine tête dans l'Aude. Dans une petite ville de ce département du Languedoc Roussillon, pas forcément connu pour ses faits de violence.
Je pensais naïvement que ce fait divers aurait fait l'objet de bandeaux d'alerte sur les chaînes informations. Que des ministres ou des associations s'en seraient émus et auraient mis en avant leur indignation devant ce fait de violence. Mais non. Rien. Ou si peu.

Le lynchage de jeune (Rom ou pas on s'en fout) dans une cave dans un "quartier populaire" de Seine Saint Denis m'a horrifié. Cette barbarie d'aller prendre quelqu'un pour aller le séquestrer et le tabasser dans une cave est horrible, et rappelle quelque part l'histoire du gang des barbares de sinistre mémoire.

Pour autant, médiatiquement parlant, je ne vois pas en quoi cette histoire méritait une plus grande couverture médiatique et ministérielle que l'histoire d'une jeune fille qui se prend une balle dans la tête devant chez ses parents. Cette indignation sélective m'indigne quelque part...

L'année dernière, un prêtre s'était fait lynché en pleine rue dans un "quartier populaire" (insupportable cette novlangue...) d'Avignon. Le silence, l'indifférence médiatique et associative, le mépris presque, était insupportable. Le ministre de l'intérieur de l'époque était resté silencieux. Je l'avais connu plus bavard et loquace sur d'autres actes de délinquances dont certains veulent faire des symboles. Qui n'étaient pas moins insupportables au demeurant... Mais ne méritaient pas une mise en lumière plus importante. 

J'écris souvent des billets pour m'émouvoir de ces actes de violences et de délinquances, que je trouve insupportable. Je trouve davantage insupportable cette instrumentalisation médiatique, à des fins qui ne me semblent pas saines, de "certains" faits de violence. Vouloir faire un "symbole" d'une acte inqualifiable (l'agression d'un Rom par exemple). Et laisser entendre qu'à coté de ça, l'agression d'un curé ou d'une jeune fille est finalement moins importante. Et mérite moins d'égard.

Tout ceci me parait dangereux, malsain. Et ça contribue grandement au mal-être général de notre société aujourd'hui...
Certaines associations en sont grandement responsables. Triste de voir le pouvoir politique et médiatique embrayés dernière, ignorant la jeune fille de l'Aude et le curé d'Avignon.

Mais ce qui est le plus triste, c'est bien la violence présente dans notre société. Avec des personnes qui se comportent comme des animaux et n'ont plus aucune notion de la valeur de la vie humaine...
Le plus triste, et le plus inquiétant. 

8 commentaires:

  1. normal , si j'ose dire
    aujourd'hui une vie humaine est moins importante qu'une variation du CAC 40

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bob, ben non ce que tu dis est faux. Les actualités sont pleines de faits divers "choisis".

      Ensuite, sur le discours caricatural bien rodé de la gôche de la gôche basique qui vient tout de suite parler du CAC40 (et le Medef, on en parle pas ?), je n'ai rien à dire... Pas le sujet, pas le propos (et faux, mais bon...)

      Supprimer
  2. Tout à fait d'accord avec toi cher Faucon, le politiquement correct impose une hiérarchie dans les faits divers tragiques et en corollaire dans le malheur des victimes qui est injuste et insupportable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nicolas007,
      Ben oui. C'est triste d'instrumentaliser des faits divers pour en faire des symboles à deux francs. Et assez abject, de fait, d'en oublier voire mépriser d'autres.

      Supprimer
  3. Deux poids, deux mesures. Les médias et le gouvernement se foutent complétement de ce qui peut arriver à une jeune fille de 17 ans tant qu'elle n'est pas issue d'une minorité quelconque (religieuse, ethnique, handicapée etc...).

    On ne doit pas s'indigner du meurtre d'une jeune fille française et blanche car ce crime ne peut pas être raciste, il n'est donc pas vendeur pour les associations et médias subventionnés comme SOSRacisme et Libération.

    Alors que la tabassage d'un rom, voleur de surcroit, ça c'est vendeur !! Avec ça "on" peut encore affirmer que les Français sont racistes, "on" peut dire que c'est de la faute de Sarkozy et du FN..

    Ha merde... le rom a été tabassé par des noirs... On ne vas donc plus en entendre parlé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Skandal, je ne sais pas. L'histoire du tabassage du rom est quand même scandaleuse et abjecte, qui que ce soient les agresseurs.

      Mais l'instrumentalisation qui est en faite est indigne et révoltante.

      Supprimer
    2. "L'histoire du tabassage du rom est quand même scandaleuse et abjecte, qui que ce soient les agresseurs. "

      Évidemment !! Mais elle n'est ni plus, ni moins abjecte que l'histoire de cette jeune fille qui s'est faite violée par 4 "jeunes" sous prétexte que les françaises sont toutes des putes et dont on a nettement moins parlé.

      L'instrumentalisation est plus qu'indigne et révoltante, elle est le signe d'un truc vraiment, mais alors vraiment mauvais dans les médias et la politique...

      Supprimer
    3. C'est ce que j'ai écrit dans mon billet

      Supprimer

Bienvenue dans ma maison.

Ici, Le respect qui accompagne la critique et le débat est le bienvenu. L'insulte ou l'attaque personnelle non. Et il est interdit de venir casser les couilles du taulier que je suis (et des autres commentateurs).

Anonymes, passe ton chemin.
Tu peux t'inscrire avec un compte Blogger ou en t'inscrivant à plein d'endroit... C'est bien de savoir avec qui on discute...