dimanche 15 octobre 2017

Cabale

Sans doute y a t'il une cabale contre "la pauvre avocate" qui donne des leçons Raquel Garrido et son forcément respectable compagnon Alexis Corbière. Forcément respectable car "de gauche", et quand on est de gauche, même si on tient des discours encore plus abject que pouvait le faire le papa Le Pen, tout passe.

Jean-Luc Mélenchon a raison, sans doute y a t'il une cabale contre ses deux protégés. 

Sans doute aussi y a t'il eu une cabale contre le candidat de la droite et du centre François Fillon il n'y a pas si longtemps. Cette gauche de la gauche n'était pas la dernière à l'alimenter, cette cabale qui a pourri l'élection présidentielle, et qui a envoyé aux égouts un homme et sa femme (dont on n'entends plus parler d'ailleurs). 

Sans doute y avait il aussi il y a quelques années une cabale contre Eric Woerth. Je me souviens de photos de profil de militants de la vraie gauche "Woerth démission", avant qu'il ne soit lavé de tout soupçon. Mais le lynchage était extraordinaire. 

Sans doute y a t'il une cabale contre Garrido (qui se défend de manière ridicule) et son compagnon Corbière. Mais bon... L'électeur de droite que je suis a du mal à faire preuve de compassion. Pourtant mon enseignement chrétien et humain devrait m’amener à en avoir, mais les seaux d'immondices qu'ils ont balancé pendant la campagne présidentielle, et que la France Insoumise continue à déverser aujourd'hui (Valls, drapeau européen, négation du radicalisme, etc...) me donne envie de continuer à enfoncer plutôt. Et à alimenter cette cabale.

A force de vouloir faire du buzz tous les jours, en choquant (l'utilisation un peu légère du terme "nazi", les sorties hallucinantes d'Obono et Autain, etc...), on fait du mal à la politique. Le Pen et son parti continuent de payer son détail et son Durafour-crématoire qui datent de 30 ans. La logique voudrait que cela soit la même chose pour Mélenchon et ses insoumis. Manuel Valls a raison : ils ne sont pas très républicains ces insoumis...

Cabale sans doute. Tant pis...

samedi 14 octobre 2017

Cactus crétins

Idiot

J'aurais pu titrer aussi "embrassades entre insoumis", mais bon... laissons les rejoindre Le Pen et ses militants extrêmes dans les limbes de la politique... (et oublions les un peu)

vendredi 13 octobre 2017

Été indien et bière en terrasse

Une des dernières de l'année. 
La table penche un peu. Et il fait bon. Presque chaud.

La piscine est vidée. Prête à être hivernée. Mais pourtant il fait encore chaud, et beau.

A part ça rien. Sinon il paraît que Macron va parler. C'est bien. Si Melenchon et ses abjects affidés pouvaient un peu faire du bien à la politique et à la république et se taire...

jeudi 12 octobre 2017

Phobie administrative vs élection présidentielle

Je me demande dans quelle mesure l'excuse de l'insoumise Raquel Garrido pour non déclaration de ses revenus n'est pas aussi ridicule que celle de l'éphémère ministre socialiste Thévenoud... Si l'excuse d'une élection présidentielle pour ne pas payer ce que l'on doit ne vaut pas une bonne phobie administrative.


En tous cas ce formulaire pourrait servir aux insoumis. Et au pauvre couple Corbières - Garrido qui émeut beaucoup les militants France Insoumis... Ces derniers étaient moins conciliants quand, par exemple, ils mettaient la tête de Woerth sur une pique.


mardi 10 octobre 2017

Carte postale gourmande de Beaune

Souvenir de quelques jours en Août à Beaune, une des capitales de la Bourgogne. Dans un restaurant agréable et offrant une belle cuisine bourguignonne.

Je me souviens qu'une veganne avait réservée une table avec son ami. Ce fut un grand moment de l'écouter donner une leçon de vie à la pauvre serveuse qui apportait une ardoise avec des escargots, des pâtés, et du bœuf bourguignon. Le gendre de boucher charcutier que je suis était amusé... les "tendances" aujourd'hui, c'est parfois navrant. Mais bon. Être reac, ou simplement conservateur, ce n'est pas forcément un mal. 
Et on peut manger ce que l'on veut.

Sinon je regarde avec intérêt, et un peu de crainte, ce qui se passe en Catalogne. Et avec une autre inquiétude les manifestations (assez ridicules) d'une base syndicale totalement divisée et manquant de crédibilité. Je ne pense pas que ça soit une bonne chose. 

A part ça j'adore Didier Deschamps, mais j'en ai marre de son équipe de France déplorable. J'en ai marre de ces choix d'hommes (Pogba, Kurzawa, Coman, Fekir... ca n'a plus rien à faire en équipe de France). Peut être la aussi il faudrait un entraîneur étranger à la tête de la sélection. Mais Deschamps et Le Graet stop. Ce football francais qui ne réagit pas aux déclarations de Nasri qui les accuse de "racisme" pour n'avoir eu envie de garder ces capricieux et sales gosses, stop.

J'ai encore fait un billet avec pleins de sujets. Si les blogs existaient toujours, et si y avait toujours Wikio, ils me diraient que je fais n'importe quoi. Et ils auraient raison...

dimanche 8 octobre 2017

Début d'automne et dégoût politique

J'avais envie d'écrire un billet pour exprimer tout le dégoût que m’inspire Melenchon. Dénoncer le racisme de cette personne qui disait y a quelques temps qu'il ne pouvait pas survivre au milieu de blonds aux yeux bleus. Et mettre l'accent sur des relents antisemites et racistes (qui plairaient a Dieudonné, Traoré ou aux admirateurs des tueurs de Charlie ou du Bataclan) sur ses déclarations contre Manuel Valls.

Mais je me suis rappelé qu'il ne fallait pas donner à manger aux trolls et qu'il ne servait à rien de leur répondre. La France Insoumise a choisi de courir derrière un électorat qui n'est pas très Charlie, et son guide a choisi de dépasser Le Pen père dans l'outrance. Le détail et Durafour-crematoire sont loins.

Donc non, ne pas répondre à Melenchon. Mais il faudra résister à ces marcheurs rouges bruns, et ne pas les sous-estimer. Pour l'instant, ils m'évoquent du dégoût à courir autant derrière les amis des frères Kouachi et une réelle peur. Mais non, faut pas répondre...

Sinon j'ai allumé ma cheminée ce soir. Ça fait du bien...
Il a fait beau ce weekend. Mais on sent quand même l'automne arrivé. J'aime bien.

samedi 7 octobre 2017

J'ai fait le même cocktail

Les applications Blogger déconnent à plein tube, même sans passer sur iOS11. Alors je reposte ce billet de la plus haute importance.

Hier soir, j'ai donc fait un cocktail fantastique. Campari, vin blanc, jus d'orange, une goutte de Perrier, et une larme de grenadine. Il n'y avait plus la place pour les glaçons.

Falconette aime que je lui fasse des cocktails, surtout que j'innove parfois, par petites touches. Celui là était fait après plusieurs coups. J'ai tenté un Spritz au début qui était imbuvable, et d'une touche à l'autre je suis arrivé à ce cocktail qui n'a pas de nom. 

Cet été, j'en servais à mes invités. Le truc vodka machin cuiraçao classique. Et à coté je crois c'était un Spritz revisité avec Apérol et mélange de d'un vin "tranquille" et d'un pétillant. 

Ca valait le coup que je reposte et que je complète ce billet. Sans quoi je me demande si la face du net s'en serait remise...
(et puis ça fait un billet de blog dans la morne plaine de ma blogosphère qui devient de plus en plus tranquille elle aussi...)

vendredi 6 octobre 2017

J'ai fait un cocktail



Campari, vin blanc, jus d'orange, une goutte de Perrier, et une larme de grenadine.

Il n'y avait plus la place pour les glaçons.

mardi 3 octobre 2017

Tester Blog Manager puisque iOS11 passe par là

Rien à dire dans ce billet que j'écris dans le train. Je teste Blog Manager pour écrire un billet avec mon iPhone. 


Avant j'utilisais l'application Blogger qui était tres bien. Je pouvais poster facilement des photos, ce qui est très utile pour mon grenier du Faucon et mes cartes postales. Sur iPad et iPhone l'application de Google était parfaite.


Mais voilà iOS 11 passe par la et interdit les applications qui ne sont pas en 64 bits. Cela veut dire que pleins d'applications ne fonctionneront plus. Obsolescence programmée et institutionnalisée : ca m'énerve.

Blogger me manquera si je passe à iOS11 donc je teste un possible remplaçant. Mais d'autres applications sont plus problématiques.

Mes bébés sont fans des Sonic Racing : et bing pas prévu que ca marche. Sega, ça serait bien que tu fasses quelque chose... et puis j'ai Street Fighter IV que j'aime beaucoup et qui ne marchera plus. Idem, ca m'insupporte.


En tous cas l'écriture avec Blog Manager se passe bien. Je pourrais peut être me passer de Blogger.

Impression qu'il y a plus de possibilités. Notamment pour faire des liens, ce qui est la base de nos blogs les liens. Après je verrai si on peut inclure des vidéos, programmer des billets, etc...

Pour les programmes de l'heure des billets j'ai pas trouvé encore. Et j'ai l'impression qu'on ne peut pas mettre de mots clefs dans les libellés. C'est emmerdant : ca m'aide à retrouver des billets...


Ouais, j'en veux un peu à Apple sur cette mise à jour d'OS. Je reviens sur mon trucs iPhone mais pour les Sonics Racing et Street Fighter IV Volt j'ai un peu les boules...


A part ça rien. Allez retour Avignon Paris - Saclay dans la journée c'est épuisant... à presque 40 ans je fatigue.

dimanche 1 octobre 2017

Je suis Marseille, triste et en colère

La première réaction quand j'ai appris que deux femmes avaient péri sous les coups d'un fou d'un Dieu auquel je ne crois pas et dont je pense le message maléfique a été de me revoir un matin de Mai. 
Avec Falconette, nous avions offert à Bébé Faucon son premier voyage en TGV pour ses 6 ans. Avec la destination de rêve, cette ville dont il a toujours entendu parler : Marseille. Vers 9h30 nous arrivions à Saint Charles, il faisait une chaleur de fou, et bébé qui n'en n'était plus vraiment un était fou de joie.



La journée à Marseille fut belle. C'était un vendredi avant les premières finales du Top 14 de rugby. J'avais revu ma tour du Grand Pavois au Prado, dans laquelle j'ai vécu 3 jolies années de ma vie. Nous avions fait la Corniche, sommes montés nous recueillir à Notre-Dame-de-la-Garde, et avions foulé le parvis du Stade Vélodrome (qui ne sera jamais Orange dans ma bouche). 



C'était une journée fabuleuse.

Et comme nous avons en ce moment une recrudescence de petites merdes qui passent à l'acte, nous aurions pu être ces deux femmes égorgés par un fou de Dieu. Nous sommes tous des victimes potentielles de ces fanatisés élevés aux mamelles d'un islam maléfique, et nourris d'une haine pour l'Occident et la France. 


A coté de ça, j'écoutais d'une oreille distraite la député insoumise charismatique Danielle Obono ce midi. Continuant à nier le radicalisme islamiste de certains, comme d'autres nient qu'entre 39 et 45 des Hommes ont pu commettre les pires saloperies contre d'autres Hommes. Et puis je me suis dis "mais en fait c'est un troll". Les mêmes trolls qu'on a sur nos résocios à nous. Le troll qui nous fait réagir et dégoupiller en balançant un truc gros comme un cul de dinosaure.
Je me suis dit qu'en fait, elle est là juste pour que cette gauche de la gauche puisse pleurer contre ces forcément racistes et fascistes qui la critiquent, et de fait critiquent cette France Insoumise et leur Ducé Mélenchon. Je me suis dit qu'en fait elle est un piège redoutable, et que cette secte est franchement à féliciter, car ils arrivent à victimiser l'abject. 

Et puis après je me dis que non. Sans doute Mélenchon a dépassé son modèle Le Pen et mis son détail au niveau d'un simple détail. Mais quand même...
Aujourd'hui, nous avons une vingtaines de députés qui nient le radicalisme. Ils ne le minimisent pas, non. Ils le nient. Et ils font partis d'une gauche de la gauche complaisante vis à vis de ces gens qui sont forcément des victimes de cette France blanche, mâle, et aux diaboliques racines chrétiennes. Électoralement, cela permet de gagner des circonscriptions et des postes dans certains endroits. Mais c'est abject.

La semaine passé, le guide des insoumis a mis Juppé et nazi dans une même phrase. Donc si j'avais aussi peu de scrupule, je n'aurais aucune honte de mettre Pétain et France Insoumise sur une même ligne. Et de dire que le mot affreux de "collaboration" irait assez bien à coté de "France Insoumise". Je tomberai sans doute dans les pièges de ces trolls qui veulent faire dégoupiller les républicains. Sauf qu'il y a eu Marseille cette aprés-midi, et j'en ai marre d'allumer des bougies et de changer le fond de ma photo de profil à chaque saloperie de ces musulmans radicalisés qui sont choyés par une certaine frange de la classe politique.

Pour autant, Mélenchon, bien que "député de Marseille" (mdr), n'est pour rien. Lui et sa secte représentent pour moi le principal danger de notre République, mais ce n'est pas lui qui est aux affaires.
Nous verrons si notre exécutif est un peu plus couillu que le précédent. Je l'espère. 

Je suis Marseille. C'est une ville dont je suis proche, et je suis meurtri et en colère ce soir. Triste et en colère...

(billet avec des photos du Marseille que j'aime...)


samedi 30 septembre 2017

Carte postale d'Autun côté romain

Le début de l'automne et cet été indien me donne envie de me retourner vers mon été. Et mon petit périple bourguignon.

Je reviens à Autun. Je voulais voir cette ville. En fait, c'est un petit musée ouvert. 
J'avais posté une carte postale sur le Autun intérieur. Celui des églises, du moyen âge. Ici, je poste le Autun romain. Le Autun antique. 

Celui d'un théâtre antique assez fascinant ouvert à tout public. Pas de porte, pas de tourniquet. Et un endroit que l'on n'imagine jamais trouver aux portes du Morvan.



Ce 15 Août vers 11 heures, le ciel se débarrassait de ses nuages. Et toujours personne. Ville vide, mais accueillante. Et pleine de surprise.

Dont ce théâtre antique. J'y reste encore le temps d'une photo. En pensant que j'habite à 9 km d'Orange, la ville dont la maternité a vu naître mes enfants, et dont le théâtre antique est formidable. Avec le souvenir aussi de jolis concerts dans les théâtres antiques de Vienne (Sting c'est bien) et Arles.


Un peu plus loin du centre, deux autres curiosités. Cette pyramide de Couhard, vieille nécropole qui est juste fascinante. Sur un point haut d'où on domine la ville d'Autun, avec derrière nous le Morvan qui nous regarde.


Et de l'autre côté de la ville, le Temple de Janus. Une autre curiosité qui laisse sans voix.



Un billet de pas grand chose du samedi soir. Une autre carte postale. Je pense que j'écrirai un dernier billet sur Autun, car cette ville m'a vraiment marqué.
Pour la petite histoire de les vacances, nous avions ensuite pris la route pour Dijon. Je ne connaissais pas, j'ai adoré cette autre ville musée à ciel ouvert, d'un autre genre. 

A part ça, il pleut. Le PSG est décidément extraordinaire. Et politiquement, je suis vraiment déçu par ce début de mandat Macron, et par des symboles que je trouve inquiétants. Cette semaine, des signaux fiscaux qui accentuent encore le caractère injuste et punitif de la fiscalité. Et le ponpon aura été cette braderie industrielle d'Alstom, qui témoigne vraiment d'un pilotage à vue de notre exécutif.

Mais la principale question reste de savoir quel film on va regarder ce soir. Falconette veut regarder un film, et elle se moque de savoir si je vais ou non dormir à la dixième minute... sans doute on tentera le film Batman et Superman... j'avais acheté le Bluray, et je me dis que si je m'endors, ca ne sera pas bien grave...


vendredi 29 septembre 2017

J'ai trouvé dans un cahier bleu d'écolier

"Souvenir Attention Danger" est ma chanson préférée... Je réfléchissais y a peu à quelles sont mes 5 chansons préférées. En premier arrivait celle là. Sans discussion pour moi, mon coeur est plus rapide que ma raison sur certaines choses...

J'aime Serge Lama. Je l'ai souvent dit. Je le répète. Quand on aime les gens il faut le dire, car après c'est trop tard.

D'ailleurs aujourd'hui c'est la fête de mon papy qui est mort y a déjà 7 ans. Il me manque, et je me rend compte des quelques larmes qui coulent en écrivant mon billet.
C'est la fête de mon grand bébé aujourd'hui, qui a un autre prénom. On le fête aussi.

A part ça rien. Je me dis juste que j'ai retrouvé dans un vieux cahier bleu d'écolier, un vieux poème à l'encre un peu délavé. Des mots d'amour couleurs d'enfance et soudain, un prénom qui ne me dit rien.

Sauf qu'il me dit ce vieux prénom. Ou pseudo. Même si aujourd'hui j'ai trouvé celle qui apaise la nostalgie. Et que j'ai deux enfants formidables.

Un billet de rien. Mais quand même...

(j'essaierai de trouver un jour quatre autres chansons... Peut être "je te promets" de Johnny, "La solitudine" de Laura Pausini, "Always" de Bon Jovi, et "Canta per me" de Yuki Kajiura... Mais c'est 4 chansons que je pose là sans réflexion... Le sujet mérite d'être creusé)

jeudi 28 septembre 2017

En marche pour un matraquage fiscal rural

Très bon billet du député LR de l'Aisne Julien Dive, que je reprends.
Dans son très bon papier : "Augmenter la taxe sur le diesel de 10%, encore un matraquage fiscal des habitants ruraux", il indique que "Ce n’est pas en taxant continuellement les ménages que l’on passera à une activité humaine plus soucieuse de l’écologie".

Il a raison.
Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, a confirmé le choix de l'exécutif d'augmenter brutalement les taxes sur le diesel en 2018. +10%! 
Une nouvelle fois, les premiers à payer ce prix sont les habitants des territoires ruraux, qui utilisent plus fréquemment leur voiture que le reste de la population, et pour effectuer de plus longues distances. Pour aller travailler dans certains territoires, le seul moyen de transport est la voiture. Pour emmener les enfants à l'école, la voiture. Pour faire les courses? La voiture, une fois de plus. Pour accéder aux services publics? Vous avez compris... Et à chaque passage à la pompe, +10%.
Le gouvernement veut augmenter la fiscalité du diesel pour accélérer la "convergence" avec l'essence, soit. Mais s'il s'agissait de la seule raison, il aurait aussi très bien pu diminuer le prix de l'essence. On constate que la transition énergétique est maintenant un prétexte pour camoufler, de façon bien maladroite, une nouvelle taxation des ménages français. 
Plutôt que de mettre l'accélérateur sur le matraquage fiscal pour financer la transition énergétique, le gouvernement devrait accompagner les efforts de recherche et développement des professionnels de l'industrie automobile. Il devrait soutenir les collectivités pour la mise en place de transports en commun moins polluants et donc moins néfastes pour la santé de leurs usagers. 
Ce n'est pas en taxant continuellement les ménages que l'on passera à une activité humaine plus soucieuse de l'écologie. Ce n'est pas en amputant le pouvoir d'achat que l'on favorisera la consommation, l'investissement et le retour de la croissance. C'est en favorisant l'innovation, en réunissant les acteurs de l'industrie automobile et en écoutant les acteurs de terrain que l'on trouvera, de façon pragmatique, des solutions de bon sens.
A part ça, les prévisions du budget 2018 sont décidément une nouvelle souffrance. Pas suffisamment riche pour profiter des mesures pour les foyers les plus aisés, et malheureusement des revenus (issus de notre travail) trop haut pour profiter d'aides diverses et de réductions d'impôts. Après ces 5 dernières d'années qui furent d'une violence folle (augmentations d'impôts locaux, d'impôts sur le revenus, baisse du quotient familial, d'aides diverses...), on continue vers cette folie.

Malheureusement je n'ai pas de camion pour bloquer les routes (juste une 308 diesel). Cadre moyen, marié à une salariée, en cours de remboursement de sa maison et père de deux enfants, nous ne sommes pas dans les cibles d'aides ou de cadeaux. Juste bon à continuer à travailler, à trimer, à être parmi les 40% qui paient l'impôt sur le revenus, demain les 20% qui paieront la taxe d'habitation.

En Marche vers un écœurement général...

mardi 26 septembre 2017

Bière brune et black licorne

Ce billet me permet trois choses. Mettre une jolie photo de bière brune, clamer haut et fort que j'aime la bière brune. Et voir si le robot "licorne" de Twitter qui nous avait fait rire y a quelques années Marche toujours.

Sinon la Black Licorne est une magnifique découverte. Très belle bière d'automne. Pas forte (6° c'est pour les enfants). Qui va très bien quand le soleil commence à se coucher tôt.

A part ça rien. Je suis crevé, j'ai mal au dos. Et le Monaco - Porto de ce soir me donne envie. 

lundi 25 septembre 2017

En marche vers un ras le bol fiscal nouveau

Ca commence le matin par une habitude française : l'augmentation d'ue taxe. Sous couvert d'une pseudo écologie, forcément punitive pour le français moyen.

Et puis réception de la taxe d'habitation. Celle qui est injuste pour 90% des foyers, mais pas pour 10%. Ces 10% qui ne sont ni des voleurs ni des paresseux, encore moins des nantis. Qui bossent, qui paient tout plein pot. 

Donc réception de cet impôt local injuste pour certains mais visiblement pas pour moi. Et délicieuse augmentation de 4%, grâce à l'entrée de mon village dans l'agglomération du Grand Avignon. Il paraît qu'il faut que les villages entrent dans des agglomérations : on a des services moindres. Mais on paie plus cher pour une structure inutile. C'est génial. 

Et puis j'ai Falconette qui m'a rappelé de ce matin, elle a fait le chèque pour la cantine des deux bébés. Cantine qu'on paie aussi plein pot, on a les moyens. 

Et je continue d'en avoir marre. Parce que j'ai le sentiment que cette fiscalité est injuste. Et que ce sentiment de "bosser pour d'autres" rend l'impôt injuste et insupportable. Sur ce point la, Macron ne change rien. Des ministres de l'économie normalement de droite non plus.

Demain, on me dit qu'il faudra que je bosse plus. Que je paie davantage de CSG. C'est dur. Et j'ai l'impression que ça fait 10 ans que c'est dur et que je fais des efforts pour la solidarité nationale. 
C'est dur. Et pas très équitable. 

Faudrait changer de logiciel, vraiment...

dimanche 24 septembre 2017

Simplifions avec Mélenchon

Mélenchon et ses fanatiques insoumis auront contribué à abaisser considérablement le niveau de la politique. Elles sont loin les outrances verbales de Jean-Marie Le Pen : Mélenchon les multiplie tous les jours. Avant hier en comparant l'ouragan qui a ravagé nos îles avec la politique "libérale", ou en trouvant que Merkel et Cazeneuve sont "de pires dictateurs" que le bon Maduro qui massacre ses opposants. 

Hier, dans la même phrase, Mélenchon mettait au même niveau les nazis, l'ancien gouvernement Juppé, les gouvernement d'aujourd'hui. 
Alors les disciples du ducé Mélenchon diront que non, c'est pas tout à fait ça, mais le buzz est fait, et les nazis sont mis au même niveau que Juppé et Macron. Hier, les soutiens de Le Pen expliquaient aussi que "le détail" c'était pas tout à fait ce qu'il voulait dire. La fautes à ceux qui comprennent mal...

Alors comme Mélenchon et ses disciples sont OK pour simplifier la politique, simplifions les choses. Et n'ayons plus honte de mettre au même niveau la France Insoumise, l'Etat Islamique ou les khmers rouges
N'ayons plus honte de considérer qu'un Mélenchon qui est fier d'avoir "abattu les rois de France" n'est guère moins dangereux qu'un Pol pot, un Castro, un Hitler.
Le rappel de ce vocabulaire de haine vis à vis de certaines catégories, parler "d'éradiquer" ou "d'abattre", des insultes,  quand ce n'est pas des considérations racistes (mais on peut discriminer les blonds aux yeux bleus, ça passe ça), ça fait peur. Ca me fait peuyr. 

Simplifions, amalgamons, faisons des comparaisons abjectes et à l'exactitude moyenne. De toutes manières tout le monde s'en fout, le débat est par terre. La République est en train d'être souillée par une extrême gauche qui rabaisse tout, surtout le niveau du débat. 

Hier, Melenchon a blessé la République. En tous cas il m'a blessé. Et il me fait peur. Ils m'ont effrayé hier, ces 30000 marcheurs rouges dans les rues. Ce bruit de bottes étaient gênant. Je ne le prend pas à la légère. Melenchon n'a pas tort de répéter qu'à 600000 vois près... Ceux sont les urnes qui ont donné le pouvoir aux nazis. Ces urnes qui ont permis la constitution d'un groupe d'insoumis à l'assemblée nationale. Ca fait peur. 
Espérons que la République tiendra, et qu'un mur du Nord tiendra au loin cette menace rouge, un peu brune...

vendredi 22 septembre 2017

Grenouille bourguignone

Magnifique rencontre à Autun : une délicieuse grenouille en face de la cathédrale.
Après je confirme : le blocage utile, je n'arrive pas. Je n'arrive plus. J'ai l'impression de n'avoir plus d'avis sur rien. Ce n'est pas grave et je ne prendrais pas de traitement pour la dépression pour autant, mais après tant d'année à bloguer sur tout et rien, et à être engagé dans ma cité et dans la société, ca me fait drôle.

Alors je poste des photos de grenouilles en bois

Et j'attends l'automne 

Mes enfants sont des futurs leaders

Falconette a partagé sur sa page Facebook cette image qui m'a beaucoup amusé...


Etant donné que je ne parle plus de politique et de foot dans mon blog, et que j'ai encore envie de continuer (même si l'appli Blogger ne marchera plus sur iOS11), je me demande si je ne vais pas faire un blog "famille". Je me ferai référencé par Femme Actuelle comme premier "blog papa" de la blogosphère, ça serait top non ? (me rends pas compte)

jeudi 21 septembre 2017

Défilé de vaches

Souvenir d'une rencontre cet été dans mon Forez. Elles voulaient me faire un bisou.
Après, je ne sais pas si symboliquement c'est une idée saine de poster ce billet un jour de défilé de la gauche de la gauche et d'un syndicat aussi peu républicain que la CGT (avant les "défilés" de ce front national de la France Insoumise).

Mais la photo est jolie.

(J'avais aussi rencontré cette sympathique personne...
)


mercredi 20 septembre 2017

Carte postale d'Autun

C'est au bord du Morvan que j'ai découvert cette petite bourgade que je voulais visiter. Des trucs bêtes, mais au début de mon périple bourguignon, j'avais dit 'je veux visiter Autun'. Pourquoi ? Aucune idée... Je ne savais pourquoi.

Lisant la carte, Falconette, qui a pourtant du mal avec Google Map et les gros livres Michelin, ne comprenait pas non plus pourquoi je voulais aller dans ce truc loin de l'A6 et de la perpendiculaire Paray le Monial - Beaune - Dijon qui devait être notre triangle à nous. J'avoue ne pas avoir grand chose à lui répondre non plus : je voulais aller à Autun, mais pourquoi ? 

Regardant toujours la carte, elle me demandait si ce n'était pas de Chateau-Chinon que je parlais. Un peu plus loin sur la carte. Bah, le nom on l'a entendu, même si nos parents n'ont pas forcément voter pour Mitterrand. Mais non, même si je respecte l'histoire de mon pays et ceux qui ont gouverné, ce n'était pas là bas que je voulais aller, mais à Autun.

J'avais lu que cette ville pouvait être un musée à ciel ouvert. Au milieu de rien certes... Mais j'avais quand même envie de voir. Qu'on aille voir. Et puis bon on est en vacances, le réservoir de la 3008 est plein, alors merde...
On y est allé.

C'était vide ce 15 Août les rues d'Autun. Et le climat, froid et nuageux, nous évoquait cette fin d'été que nous sommes en train de vivre. Et pourtant...
Au début c'était la place de l’hôtel de ville. Grande, belle, des bars tout autour. Un sentiment qu'un jour de vie, ça doit grouiller de gens. Le genre de place qui m'évoque celles des petites villes du Nord, où on veut aller dans un bar boire une bière, et éventuellement profiter du match de foot tout au fond.
Et des églises, pleins. Mises en valeurs. Qui se fondent dans ce paysage de début de montagne. La campagne profonde, c'est pour ces endroits là qu'on a inventé ce terme...

Et en montant une rues vieilles mais achalandées de divers commerces, on tombe sur la cathédrale Saint Lazare. Et sa place chaleureuse. 



Pour mon copain Pierrot13, je met la seule photo de l'entrée de l'église. J'en ai une autre avec Falconette qui monte les marche, mais celle là je la garde pour moi. 


La tour Ursulines est un autre endroit chouette. Les remparts de la ville sont d'autres monuments remarquables... Qui rappelle les belles choses que peuvent construire les hommes. 



Et Autun nous rappelle qu'être en plus une ville républicaine et du moyen age, elle a connu l'époque romaine. Et c'est ça le fascinant dans cet endroit reculé de tout...

La romanité, pour moi, c'est Nîmes, c'est Orange. C'est chez moi. Et puis à 500 bornes au milieu de rien, je vois que l'empereur Auguste a crée Augustodunum, une ville romaine qui aujourd'hui s'appelle Autun. Et qui est un musée à ciel ouvert, pour qui aime ce que font de beaux les hommes...


J'avais envie de ces quelques photos sur Autun. Je poste ce billet un peu tard. Pendant que mon iPad supporte l'application Blogger. Je vais être emmerdé pour poster après, car je poste de plus en plus depuis mon iPad, dans mon canapé. Les billets sont moins "utiles" et plus "de rien", mais c'est ce que j'ai envie de faire.

Et comme je pense que personne n'est forcément intéressé par mon avis sur Wauquiez, ou sur la fusion des partis radicaux de droite et de gauche, je poste des cartes postales. Et c'est bien 







mardi 19 septembre 2017

Bêtise arrière gauche



C'est crétin mais ça m'a amusé.

Par contre que celui qui fut le pire capitaine de l'équipe de France de football et qui nous a fait honte porte les couleurs de mon club, je crois que je n'y arrive toujours pas. Au delà de ses qualités football qui sont ceux qu'elles sont...

dimanche 17 septembre 2017

Carte postale de Nuit Saint Georges

Encore un village de la Cote d'Or. La Cote de Nuit même, qui se finit pour moi à Nuit Saint Georges. J'ai beaucoup apprécié cette petite capitale. Qui venait d'accueillir une étape du tour de France le mois d'avant.

Dans ma série des recherches de boulangeries et de marchands de journaux, c'est ici que j'ai trouvé le bonheur. Avec cette placette adorable, entourée de cafés accueillants.


Je garde une jolie image de Nuit Saint Georges. Ces toits particuliers, qui ressemblent à ceux des hospices de Beaune. Une ambiance particulière, décidément. Chaleureuse et accueillante, comme l'est la Bourgogne.



A part ça rien. Sinon que l'été se termine. Ca se sent...