vendredi 22 décembre 2017

Alerte société de merde

Je partage la colère exprimée dans ce tweet. J'en ai marre de cette société qui est en train de se préparer, qui est effrayante. 



J'ai envie de continuer à rire de tout. A rire des juifs des noirs des cathos et des arabes, à rire des femmes, à rire des pédés et à rire de moi. A rire de ceux qui ont un accent de merde en les imitant, comme d'autres m'ont imité quand j'étais plus jeune. A rire de mes copains. A rire de tout. 

J'en ai peur de cette société où tout est vu comme du racisme. J'en ai peur de cette société inclusive où il faudrait féminiser les mots sous peine de passer pour un gros macho con. 

Je suis un blanc quarantenaire chrétien hétérosexuel qui habite en province et qui bosse. Et j'ai envie de pouvoir discuter de tout avec des gens intelligents. Et j'ai envie de pouvoir continuer à me marrer.

Je ne suis pas fan de Tex. Mais virer cet homme blanc de plus de 50 ans pour une blague qui a déplu aux féministes intégristes est abject. Faire un scandale car Giezmann s'est déguisé en basketteur noir, c'est délirant et choquant.
Quand à coté on laisse passer des phrases ouvertement racistes en campagne électorale sans rien dire (Bartolone et Pecresse la candidate des blancs, une soutien d'Hamon contre les "vieux mâles blancs" qui soutiennent Macron...), ça devient choquant.

Faut se réveiller. 

10 commentaires:

  1. Notre regretté Pierre Desproges le disait bien, on peut rire de tout...mais pas avec tout le monde. C'est hélàs de plus en plus vrai. Je suis horrifiée de voir dans quelle société mes enfants (et les tiens) devront vivre, c'est du totalitarisme de la pensée. On se croirait dans 1984 de George Orwell, et cela me déprime profondément.
    Il y a des jours où j'aimerais partir sur une île perdue, sans smartphone et laptop, et où je pourrais gueuler "mort aux cons" si cela me prend, sans avoir la police de la pensée aux trousses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui, mais c'est vrai que c'est notre société.

      Bordel j'avais 15 ans quand les nuls et les inconnus sortaient des trucs qui aujourd'hui seraient sources d'horreur pour le conseil qui représente les noirs intégristes ou les amis des musulmans qui tuent les pas forcément musulmans mais qui hurlent contre la stigmatisation. C'est effrayant.

      Après être sur une ile ça me ferait chier car j'aime les gens qui me font marrer sur tout et sur rien. Y a 20 ans il me faisait Michel Leeb quand il imitant les noirs, les chinois et aussi Marielle et Belmondo. J'adore quand Légitimus se noircissait encore plus et que ses collègues faisaient les mamas noires des urgences (Marie-Thérèèèèse...)

      Et j'en ai marre qu'aujourd'hui on hurle que l'on dise "école maternelle" et que l'on veuille bruler Tintin au Congo. Faut arrêter...

      Supprimer
  2. Bonjour et merci. Deux remarques si vous le voulez bien:
    - cette évolution était à prévoir dès la première loi qui a tendu à criminaliser l'expression d'un sentiment (loi gayssot? Je ne sais plus... j'essaie d'oublier ce qui m'angoisse)

    - ne plus pouvoir rire en France, pays de l'opérette et de Molière, c'est ne plus avoir la possibilité d'être Français (autrement que par la cni). Etant professeur de français, je remarquais que ne plus permettre aux enfants d'apprendre par coeur des poèmes et de maîtriser le fonctionnement de leur langue, c'était les empêcher d'être des héritiers d'un patrimoine de l'esprit exceptionnel.

    En somme tout cela conduit à la disparition d'un peuple par la disparition de son âme, car notre âme était dans notre légèreté notre littérature nos chansons.

    Ce monde est triste à périr pour qui a goûté à la France d'il y a 30 ans encore. Un monde au goût amer de totalitarisme. Nous souviendrons-nous, qq uns d'entre nous, que ns sommes "Francs" càd par essence libres, nobles et généreux?

    Ah, la liberté et le rire dont nous disposions encore autrefois... comme ils faisaient de ns un peuple...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est assez vrai ce que tu dis, et je partage ton sentiment de peur et de tristesse.

      Supprimer
  3. Ce qui intéressant dans le tweet ci-dessus,ce sont les deux mamelles que tètent les curés du politiquement correct.
    victimisme compassionnel d'un côté;l'imperturbable sérieux avec lequel les imbéciles prononcent leurs sentences,de l'autre.

    Vendémiaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est assez bien vu ces deux aspects

      Supprimer
  4. Ne sommes nous pas en train de confondre allègrement humour et vulgarité ?
    Il y a de moins en moins d' "humoristes" qui me font rire et de plus en plus qui manient la vulgarité à tour de bras.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non je ne crois pas. L'humour est fonction de celui qui le reçoit. Les Inconnus et les Nuls me faisaient mourir de rire, et d'autres étaient insensibles. Personnellement, Tex m'indiffère et je le trouve même plutôt mauvais. Mais qu'on le vire pour sa blague est insupportable.

      Supprimer
    2. Je ne parle pas d'une personne en particulier mais sur ceux qu'on dit "humoristes" en général. Tex, connais pas.

      Supprimer
    3. Je ne suis pas capable de juger, et je ne juge pas. Je constate simplement qu'aujourd'hui on est de plus en plus brimé, et que l'humour l'est.

      Et je n'ai pas envie de cette société là, vulgarité ou pas, blasphème ou pas.

      Supprimer

Bienvenue dans ma maison.

Ici, Le respect qui accompagne la critique et le débat est le bienvenu. Insulte ou attaque personnelle (sur moi ou autres) non. Et il est interdit de venir casser les couilles du taulier que je suis (et des autres commentateurs).

Anonymes, passe ton chemin.
Tu peux t'inscrire avec un compte Blogger ou en t'inscrivant à plein d'endroit... C'est bien de savoir avec qui on discute...