mercredi 19 septembre 2018

Carte postale d’une église transformée en brasserie

Carte postale de Nevers encore. En prenant la photo je savais que j’en ferais un billet. D’abord parce que « Saint Génies » est un saint qui a donné le nom d’un village qui a vu naître mon papa, des amis, et des jolis petits enfants. 
Ensuite car c’est un moment d’histoire. Les plus belles choses peuvent aussi naître de délires collectifs. Et la révolution française a donné des choses merveilleuses mais y a aussi des moments particuliers.

J’ai toujours eu une affection pour les églises et les endroits où l’homme et le divin se sont rencontrés. Les croix au milieu de rien me fascinent. 

Pour autant j’adore l’idée d’une église transformée en brasserie. Elle m’est sympathique. 




Qu’une église se transforme ne me choque pas. Qu’elle devienne un hôtel, un musée, même une boîte de nuit ou un office de tourisme ne me choque pas tant que ce patrimoine qui a vu passer des hommes et des âmes reste ce qu’elle est.
L’idée très violente et conquérante d’un Dalil Boubakeur qui, dans une indifférence (complaisance ?) évoquait que des églises pouvaient servir au culte musulman m’est beaucoup plus choquante. 



Encore une carte postale de vacances, alors qu’elles sont loin.

dimanche 16 septembre 2018

Carte postale de Nevers

Dernier dimanche soir de l'été, je repasse encore et toujours dans ma tête mes souvenirs de vacances. Déjà deux semaines de travail. Les poux sont arrivés (cf dernier billet), les impôts locaux pas encore, et la fatigue est déjà là.

Mais il me reste les photos et les souvenirs. Notamment de ce dimanche soir il y a un mois à Nevers. Nous étions à Villandry le matin, et nous avons traversé le Berry pour rejoindre la capitale nivernaise.

Nevers un dimanche soir d'Août, c'est une idée pas banale pour les vacances. Mais pourquoi pas ? Je ne connaissais pas la ville, mais j'avais en tête cette image prise depuis une Loire que l'on devine en bas de ce pont.
Ce dimanche 12 Aout, il faisait une fournaise. Je me souviens de coup de soleil le soir, nous avions beaucoup marché le matin à Loches, et l'aprés-midi à Nevers nous n'avons pas été avares ni de pas ni d'effort.

Je me souviens que j'échangeais des MMS avec une amie qui arrivait dans une fraîche Bretagne. C'était bizarre...



Si je devais parler de la ville, je la qualifierais de jolie. Nevers est une jolie petite ville. Il me semble me rappeler que Wikipédia m'avait appris qu'elle était la troisième ville, en terme de population, de la Bourgogne. Mais les gens, en Aout, ils n'habitent pas Nevers, qui semblait vide.


Ce dimanche soir, nous cherchions un restaurant... Il y a une grande place avec quelques brasseries ouvertes. Mais finalement c'était un des rares coins de vie de Nevers. Je me souviens des articles sur les désertifications des centres-villes. Nevers pourrait être une de ces villes témoins.

Nous avons trouvé, un peu à l'écart, un pub délicieux. Je voulais boire un Sancerre, et finalement j'aurais tombé des bières avec un fish & chips. Pas très nivernais ni berrichon, mais cette bière, elle m'aura fait du bien. A mon corps, à mon coeur aussi, qui en ce chaud dimanche d'Aout ne savait plus trop où il habitait.



A part ça Nîmes est en train de gagner à Bordeaux. Je suis le match en écrivant le billet. Et en parlant de bière, il va falloir que je m'occupe de les servir. Je crois que Falconette n'a pas envie que l'apéritif du dimanche soir commence tard.



Sinon je parlerais à un prochain billet de mon équipe au jeu "mon petit gazon". Equipe très Marseille - Nîmes - Saint Etienne. Il est bien ce jeu entre collègues de boulot. Pourquoi je vous en parle ? Car j'ai dans mon équipe Thauvin, Mitrogluglu, Ocampos, et beaucoup de nîmois. Une victoire de Nîmes, en plus de me rapporter des sous (je les ai parié ce matin) m'apportera des points. Et c'est bien.

A part ça encore je vais encore bloguer un peu esprit "vacances". Car je n'ai pas envie de bloguer différent en ce moment. J'aurais pu écrire si les propos indignes du gouvernement, de Castaner et de en Marche d'une manière générale, mais à quoi bon ? Menacer le sénat comme le fait le ministre chef de en Marche, et commenter la justice comme le fait cette garde des Sceaux dont le maintien en poste est surprenant, montre combien ce nouveau monde fait mal à la politique.
Leur arrogance et celle de leur petit chef de bande Macron fait que je continue de me dire que ça ne durera pas 4 ans encore, pas possible. Ou alors ça finira mal, très mal.

Mais Nevers c'est quand même joli.

mercredi 12 septembre 2018

Attaque de poux et indignité nationale

Morceau de vie de parents. La rentrée a donné du travail aux coiffeurs et à la maman. Malgré la rigueur dans notre hygiène et dans ce qu’on inculque à nos enfants, force est de constater que toutes les famillles n’ont pas ces exigences. 

Force est de constater que ce matin des poux ont été vu sur la tête de bébé 2. Falconette a tous retourné la maison, qui sentait bon javel et produits ménagers. Ce soir je dormirai dans des draps propres. Et les bébés auront des doudous propres.


A part ça l’élection à la tête de l’assemblée nationale de Richard Ferrand est gênante. Elle me donne un drôle de sentiment. Il a été visiblement très sympathique avec sa famille quand il était député, et il finit 4ème personnage de la république. 
Quand je vois que fait ce nouveau monde politique, je regrette que la présidentielle ait été pourrie par les révélations du canard enchaîné en février. L’électeur aux primaires de la droite aurait été informé trois mois plus tôt, le résultat aurait été différent, et nous aurions autre chose qu’un Al Pacino a l’Élysée, et un clan aux pratiques assez gênantes. 

Mais bon, ma priorité c’est les poux. C’est le projet de PLU qui va permettre de construire des HLM en face de chez moi. C’est l’augmentation de 25% de mes taxes locales votée par ma municipalité pourtant qui se veut de droite (mais qui fait n’importe quoi d’une manière générale). C’est un tissu industriel local qui malgré les selfies de mon députés avec des ministres se délite et des proches qui se retrouvent au chômage.  

C’est ma famille. Et les gens que j’aime. 

mardi 11 septembre 2018

Les jardins du château de Villandry

Billet silencieux, juste les jardins de Villandry. Les photos se suffisent à elles même. Prises un dimanche matin d’août sous des lumières chouettes.





Je garde juste le souvenir que dans ces jardins j’avais l’esprit ailleurs. Ces vacances étaient chouettes, mais il restera cette faiblesse. Ça arrive.






Mais ces jardins sont vraiment très beaux...










dimanche 9 septembre 2018

Carte postale du château de Villandry et réflexions épistolaires

Etre rentré depuis une semaine ne doit pas me faire perdre le rythme du partage et de l'écriture. 


Même si j'écris beaucoup en ce moment (mais c'est plus de l'épistolaire, le bon vieux mail de 4 pages que l'on écrit à des gens qu'on aime, que des opinions à la con ou des avis tranchés sur mon blog).
D'ailleurs écrire ça reste formidable. Parler c'est bien aussi, mais parfois à l'écrit on fait passer des messages qui ne font pas le même effet qu'à l'oral. C'est con à dire (à écrire), mais c'est bien de s'en rappeler.

Les SMS, les tweets en quelques mots, c'est bien. Mais le bon vieux mail long, c'est mieux. La lettre manuscrite, là c'est un luxe que je me suis permis y a pas longtemps pour une occasion particulière, et pour une personne qui m'est chère. Mais le long mail, c'est quand même pas mal.



Si certaines personnes qui m'aiment bien me lisent, elles doivent se dire que j'ai décidé de faire du mal au fil conducteur de mon billet. Qui n'a pas résisté à la première photo et qui est parti se pendre.

Reprenons le contexte des photos. Nous sommes dans le château de Villandry, là encore à l'ouverture. Un dimanche matin de la première quinzaine d'Août. Il va faire une journée caniculaire et chaude dans le berry (j'y serai dans l'aprés-midi).

D'ailleurs vous voyez que l'ordre des billets ne suis pas forcément l'ordre de mes visites. Loches (Mme Belpert) était après Villandry. Mais bon on s'en fout.


Le château de Villandry... Ben ce fut mon préféré de ces quelques jours de château. Pas forcément le château en lui même, Amboise et Chenonceau c'est quand même du lourd. Mais la manière dont le château de Villandry est intégré dans le village (d'une manière moins majestueuse qu'Amboise), j'aime beaucoup.

Dedans c'est sympa.



La décoration c'est pas ce que je préfère. Je me dis que l'écran plat irait mal dans la pièce (à la place du tableau ?). Et les chaises, bof... Le carrelage me rappelle celui de chez moi quand j'ai acheté ma maison roquemauroise : le carreleur fut le premier artisan à venir bosser chez nous. Le damier c'est bien sous Giscard, mais aujourd'hui...



Et le château de Villandry, c'est surtout un jardin fantastique. Le jardin de Villandry, j'en écrirais des tonnes de billets. J'en mettrais dans mon grenier du Faucon, ça occupera les soirées d'hiver. Mais qu'ils sont formidables ces jardins. Immenses, colorés... C'est un régal.


Au fond il y a le village dont je parlais. Qui est sympa. J'en ai écris deux billets dans ces derniers jours.



Il y aura d'autres cartes postales avant que je reprenne des billets où je dirais tout le dégoût que m'inspire la politique et les méthodes de ce pouvoir actuel. Les jardins de Villandry, Nevers qui est une ville surprenante et jolie (quoique morte un dimanche soir d'Août). Le Forez.

Et des photos de mer et de plage. Les côtes gardoises et la Camargue, j'en aurais abusé pendant mes vacances. Abusé, mais quel bonheur.

Et à part ça je suis passé sur France 3 édition régionale en coup de vent ce midi sur un reportage sur mon village. On me voit une seconde, c'est rigolo. Nicolas était passé sur TF1 lui mais moi je n'ai jamais été number one.

Et à part ça c'est bien d'écrire aux gens qu'on aime. 

vendredi 7 septembre 2018

Réconfort d’une fin de semaine de rentrée

Ça s’est pas trop mal passé. 

Pensées à mon ami vigneron de Lirac qui vendange en ce moment. Au sens propre comme au figuré. La cuvée 2018 promet, après 9 mois de maturation, d’être sympa aussi.

A part ça le temps se rafraîchit. 


jeudi 6 septembre 2018

J’aime le Chinon, la bière et les bonnes choses à manger

J’aime manger. Et j’adore le Chinon. Ça me rappelle la Comète, mes premiers déplacements professionnels. L’odeur m’évoque pleins de choses. 

J’aime le Chinon. Et boire du Chinon à Chinon c’est fantastique. 


Ces photos ont été prises deux soirs de suite à Villandry. Bière. Vin. Viandes.





On mange bien. C’est agréable. 





Sinon la rentrée est dure. Mais les enfants se régalent 

mercredi 5 septembre 2018

Carte postale de Villandry coté village

Un petit village, un immense château et un jardin extraordinaire. Quelques petites tables sympas, qui servent de la bière et du Chinon. 
Un petit village comme j’aime. Avec une église qui est belle.


Avec des maisons de villages toutes vertes, j’ai eu de la chance d’avoir un ciel bleu et beau.





Des soirées jolies aussi. Même en Touraine les couchers de soleil sont beaux. 



Et puis y a Villandry, le château. J’en ferais des tonnes de billets de ce château et de ces jardins. Il est fascinant ce château, il est beau et grandiose.



A part ça la rentrée s’est bien passée pour les enfants. Les parents c’est un peu plus dur, mais ce n’est pas grave. Les vendanges ont bien commencé et promettent de belles choses.

Et des beaux bébés 

dimanche 2 septembre 2018

Carte postale de Loches et instant Formule 1

Je n’ai pas rencontré la célèbre Mme Belpert (de Loches). Mais j’ai découvert un dimanche matin cette petite ville royale. Une visite pas prévue. 

Nous étions le matin à Villandry à côté de Tours. Le soir j’avais un hôtel à Nevers. Je ne voulais pas prendre l’autoroute : nous avons donc traversé le Berry (!!!) en prenant un café ce dimanche matin ensoleillé à Loches.



Une pause d’une heure dans cette ville. Petit bonheur, petit bijou. Loches n’est sur la route de rien, mais ça vaut le coup de la découvrir. L’arrêt était chouette.



La cité royale est royale. Tout est mignon dans cette petite ville. Ce qui me rappelle que me disais ma première petite copine « ce qui est petit est mignon ». Elle était petite. Et vraiment mignonne. 



J’écris ça avec Falconette et les bébés à côté. Nous avons quitté la piscine pour suivre le départ du Grand Prix de Monza. bébé Faucon est passionné de Formule 1, à 7 ans. Ricciardo est son pilote préféré (ne me demandez pas pourquoi) et après c’est le français Ocon.
Et là il est scotché au départ.



Le grand prix est fantastique déjà. J’aime pas Hamilton et il vient de faire sortir la Ferrari de Vettel. Quel départ encore. Mais tous les départs de Grand Prix cette année sont géniaux.



Ce billet est parti dans tous les sens. J’adore écrire ces billets...

samedi 1 septembre 2018

Carte postale de Langeais

A quelques kilomètres de Tours, une surprise. Un village charmant, surprenant. Et comme partout dans le coin, un château. 


Remonter la Loire. On a vu le panneau « Langeais ». On avait un peu de temps devant nous. On s’est arrêté quelques instants. Jolie surprise, du genre que tu trouves quand tu prends le temps des vacances. Celui de flâner, de rouler, de s’arrêter n’importe où.



Nous n’avons pas visité le château. Mais il ne faut pas abuser des châteaux, la journée fut riche.



Billet de rien, un autre de plus. En regardant l’horloge tournée, qui le rappellent que les vacances sont bientôt finies. Cette après-midi, avec une amie proche et nos enfants, nous irons dans un parc aquatique. Et demain soir...



Bon je déprimerai demain soir. Pour l’instant profitons de ce petit village dont je ne connaissais pas le nom y a deux semaines.