vendredi 23 août 2019

Carte postale de Macon

Je continue la promenade de vacances. A 30 minutes de Bourg en Bresse arrive la magnifique Macon

Macon c’est pour pleins de gens le début du Bourgogne, la Roche de Solutré. Pour moi c’est la Saône (elle m’a fait naître à 20 ans la Saône. C’est aussi toujours et encore Eurydice Eulaurys, mais aujourd’hui le je le vis bien.
Tellement que je l’écris sur mon blog. Mais je préfère, à 40 ans passé, garder les beaux et bons souvenirs. Et j’en ai tellement.


Macon cet été fera parti des beaux souvenirs du Falconhill de 41 ans. Visite rapide. Suivre Lamartine. Et voir les jolis endroits, et se dire “je reviendrai”. Y passer une soirée. M’arrêter vers 18h30 boire une bière en demandant : « on mange où ».
Et après repartir pour une petite marche pour aller à l’hôtel. Les vacances « à la Falconhill » (mes proches usent de mon nom de famille) pour parler de ces moments que j’aime.


Elles me permettent de voir des églises, des croix, des hôtels de ville. La Croix et Marianne sont indissociables et j’emmerde les islamophiles qui nous hurlent contre la laïcité. Je n’ai pas envie d’une nouvelle terreur pour faire accepter dans notre république une religion de haine. 


Sur Macon, j’ai découvert cette belle sculpture du vigneron. Je pense à bblegadois s’il est arrivé jusque là. La Saône m’a fait grandir mais le Rhône, et ses cotes, m’ont fait naître. J’écris ce billet en buvant un Laudun (je m’éloigne) et en écoutant YouTube qui me fait jongler entre Patrick Bruel et Muse. Sacré Google.


Sur le reste rien a dire. Encore une semaine de vacances. Mes enfants m’appellent pour le Mario Kart. Mon PC trouve que j’ai pris beaucoup de photos.



J’ai encore pas mal de photos à passer avant de dire pour qui je voterais si j’avais ma carte aux Rephblicains (j’aurais voté pour Julien Aubert qui a toute mon amitié personnelle)



mercredi 21 août 2019

Carte postale de Bourg-en-Bresse

Mes vacances se passent bien. Elles ont été écologiquement irresponsables car la voiture m’a amené dans pleins de villes. Mais j’aurais contribué à mettre en avant notre patrimoine, et j’aurais offert aux bars et marchands de journaux locaux ma modeste richesse.

Bourg-en-Bresse, qui irait dans cette préfecture de l’Ain si seules roulaient les voitures électriques et les vélos bobos ?


J’avais envie de voir à quoi ressemble la capitale de l’Ain et des poulets bien dodus. J’imaginais une ville vieille sans relief. C’est une erreur : la ville est charmante. Accueillante. Et elle a un potentiel pour l’être encore plus.
On voit des travaux. On imagine que cette ville, a 30 minutes des belles Lyon et Macon, pourrait être un endroit sympa.

En plus avec une arme touristique de destruction massive : le monastère de Brou ! 



Ce billet de rien n’ira pas très loin. Il me fait qu’en effet on a fait un paquet de villes. La nouvelle du jour qui m’a effondré est la sortie prévue de Spiderman du monde Marvel. J’ai vu hier le dernier Spiderman (journée de merde à aller au cinéma) et j’ai adoré. 
Et je suis un fan absolu de Iron Man. Donc dégager son fils me permet scandaleux. J’ai envie d’être de gauche pour dire à Sony et Disney que merde le fric ça fait pas tout.

Mais j’ai pas envie d’être de gauche.



Allez, ceux sont mes derniers mots. Le reste c’est encore deux trois photos. Bourg-en-Bresse mérite d’être vu. L’Ain est un beau département. Pas uniquement car il est le lieu de naissance d’Eurydice (qui a changé de nom depuis mais je laisse Elaurys-la-driade loin de mes billets, elle reste dans un Place tendre de mon coeur).

D’ailleurs (presque) rien à voir mais après Bourg-en-Bresse, l’autoroute nous a amené de l’autre côté de la Saône à Maçon.


L’Ain c’est bien. Et les vacances dans les villes c’est top. 








lundi 19 août 2019

Carte postale du monastère de Brou

Je vais reprendre mes bonnes habitudes et partager mes cartes postales de vacances. Cette année nous avons fait de la route, des plages du Gard aux contreforts du Jura. Et comme me disent mes amis, nous avons fait "des vacances à la Falconhill", c'est à dire visite des préfectures et sous-préfectures de mon beau pays.

Quand je mourrais, je pourrais dire je les ai vu.

Dont le Monastère de Brou, à Bourg en Bresse. Il fut élu un jour "monument préféré des français", et fervent défenseur du Pont du Gard que je suis j'avais trouvé ça comme une insulte et une élection à la LREM.
Mais en fait c'est un joyaux cet endroit. 


Nous sommes dans la préfecture de l'Ain. Bourg-en-Bresse, à part pour les poulets, ça fait rêver moyen. Et pourtant il y a un trésor, un joyaux, un truc fabuleux, fantastique. Le Monastère de Brou.

Alors à quoi il sert et a servi, j'avoue que j'ai suivi les explications. Je n'ai pas cherché à retenir. Wikipédia sera mon meilleur ami et vous expliquera les choses. Mieux que moi.
Mais c'est beau. C'est calme. C'est apaisant.



Ca m'évoque Beaune. Le soir on a bu du vin du Bugey, qui est très bon d'ailleurs. Mais j'aime tous les vins. Et pense que l’appellation ou le prix n'est pas forcément synonyme de qualité absolue.
Cet endroit est fait de cloite, et d'une église magnifique. Où un samedi matin à l'ouverture, on ne l'a que pour soi.



Je pense toujours que Dieu préfère les chapelles au milieu de rien. Mais il passera peut être par ce monastère à deux pas de la FNAC de Bourg-en-Bresse. Il y passera un bon moment, et se dira que l'homme, quand il arrête d'être con et de se déchirer pour trois merdes, il est capable de choses formidables.



Globalement je n'ai rien à rajouter. Rien à dire sur l'actualité du moment. Sur l'actualité municipale aussi, la fête du village aura coïncidé avec le départ de l'élection municipale, où merde mon nom est sorti alors que j'accompagnais mes enfants faire du manège...
Je me suis rappelé combien j'aimais autant la politique que je la détestais.


Sinon pour ceux qui me demandent (si ça les intéresse), j'ai l'impression que je vais bien.







vendredi 16 août 2019

La pierre du renard #Forez #Loire

Carte postale du Forez, un endroit au milieu de rien où on trouve une pierre. La pierre du renard. J’ai cherché Naruto : il était nulle part.


Il fait chaud dans le Forez en ce moment. J’aime ce coin, loin de tout, le téléphone ne passe pas.







Billet de rien. Photo de vacances dans un coin que les touristes ne connaissent pas. Je le garde pour moi, en le partageant un peu...

jeudi 15 août 2019

Je vous salue à Marie



Photo prise à Buellas. Petit hameau à deux pas de Bourg-en-Bresse.

Une eglise formidable au milieu de pas grand chose. Et une très belle vierge Marie, resplendissante et blanche.

Joyeux 15 août. Dans mon village ça va boire le pastis à l’arrosoir à partir de 13 heures. 

On la salue à Marie. 

vendredi 9 août 2019

Début de vacances



Avec le saucisson du beau père.

Les vacances arrivent à point nommée. J’ai été arrêté à trois jours de les vacances. Bravo, je ne tiens plus.

Par contre j’ai une femme compréhensive. Des proches. 

« Lâcher prise ». Tentons.


vendredi 2 août 2019

Apéritif à Avignon #Provence

Un soir de semaine. Le festival est terminé et c’est bien, Avignon est insupportable en cette période. Mais quand ça se calme, un soir d’été c’est agréable.
Avant d’aller trouver une placette avec un restaurant simple, on boit une bière. J’aime la Place Pi. Déjà le coin fut le lieu de l’enterrement de vie de garçon de mon ami et témoin de mariage. Un EVG apeupres où globalement tout fut loupé. Mais sympa.

Puis y a la bière. Une Black Licorne. J’aime cette bière. Pour pleins de raisons dont certaines dépassent le cadre du verre.


Sinon ce soir j’ai une haine réelle pour les salopards qui ont commis les incendies dans le Gard. Des pompiers meurent à cause de salopards. Mon humanisme a des limites. 



Billet de rien, avec de la bière. 

mercredi 31 juillet 2019

Un bébé et un merveilleux Pont du Gard

En me promenant sur mes photos sur iCloud, je suis tombé sur cette photo qui date de 2014. Elle m’a beaucoup touché. Me demandez pas pourquoi.

Elle me rappelle que c’est difficile d’être père. Je ne suis pas parfait. Le mien non plus sans doute mais il fait comme moi. De son mieux. Avec amour. C’est ça être père. C’est une activité difficile, qui doit être jugé avec bienveillance et humilité. 

J’ai toujours regardé ce Pont avec admiration. Mon fils fait pareil. Mon deuxième fils commence à voir le Ventoux avec ce même regard admiratif. 

J’adore cette photo. Je vais l’imprimer je pense.
Et j’aime mes deux enfants. Leur maman aussi.

vendredi 26 juillet 2019

Uprising, Muse et hommage à la Radio des Blogueurs

Je suis encore en mode Muse depuis Marseille. Ma chanson de cette année est vieille mais j'étais derrière le tifo quand Uprising a résonné dans le Stade Vélodrome.

C'est ma chanson de l'été. On n'a pas eu Résistance mais on a eu Uprising et j'aime !

Lolobobo est un blogueur fantastique et il nous offrait ces bons moments tous les étés. Je lui offre mon moment de l'été. Je pense amicalement à lui, la blogosphère offre des jolies rencontres et Lolobobo est un de ceux qui sont ces jolies rencontres. Un mec bien qui a rendu belle cet endroit du net.
A la différence de biens des gens qui l'ont rendu laid et moche. Lolobobo il fait parti du camp de ceux qui rendent le monde un peu meilleurs à vivre, loin de la délation, la mesquinerie, la saloperie.

Avec des photos du Stade Vélodrome en prime. Avec Muse il est formidable mon Stade Vélodrome...



dimanche 21 juillet 2019

Carte postale devant le Gardon

Chez moi y a une rivière qui donne le nom du département. Le Gardon. Ici, à Collias, on est à un endroit de plages où le Gardon est sympa. 
C’était ici que j’avais commencé ma balade en canoë en 2010 lors de mon enterrement de vie de garçon. Ce fut aussi un moment d’enterrement de mon iPhone 3GS qui n’a pas supporté les eaux de ce Gardon que j’aime.

Mon Grenier du Faucon accueille quelques séries de photos. J’aime mettre en avant le Gardon. Et ces moments familiaux. 
Le papa parle. J’aime ces souvenirs qu’on se fait avec les enfants. Ils découvrent des endroits qu’ils montreront demain à mes petits enfants. Et c’est super. Keane en a fait une chanson, un endroit pour que seulement nous on connaît... une belle chanson




Un billet de rien, de carte postale chez moi. Mais chez moi c’est un lieu de carte postale. Et c’est bien






Sans incident majeur...

Ce double tweet de notre presse d’état m’a interpellé. 

« Aucun incident »... mais 198 personnes interpellées et 177 gardes à vue. Rien de majeur sans doute... 

Tout va bien dans notre France aujourd’hui. On a même le remarquable Alexandre Bennala qui donne des leçons de morale sur Twitter. Bon, c’est Nadine Morano et il est de bon ton de s’essuyer les pieds sur elle, mais c’est quand même particulier. La bienséance inviterait au silence et un peu de réserve, mais non. 
Tout est permis dans ce clan Macron. 

Finalement tout va bien... 

mardi 16 juillet 2019

On lui rend à Johnny Clegg

Je viens de recevoir le push de la mort de Johnny Clegg. C'est drôle mais on parlait y a pas longtemps du zoulou blanc avec Falconette et des amis. C'est un morceau de vie qui s'en va, comme souvent.

Et le pire c'est que l'hommage que je trouve était le clin d'oeil des Inconnus. Ce sketch m'a toujours fait mourir de rire (me demandez pas pourquoi).

On le lui rend à Johnny.

lundi 15 juillet 2019

Billet de rien de bière et de cocktail

Photo prise hier. Ce soir il fait du vent. 

La bière est une découverte. Je ne la connaissais pas. 
Le cocktail est un test : rhum limoncello jus d’ananas et un peu de citron et de basilic. Ce dernier fait la différence paraît t’il

Sinon oui je bois mais j’aime bien. Surtout des bonnes choses. Le -8 kg en deux ans m’offre des libertés.


vendredi 12 juillet 2019

Marseille, mon boulevard Michelet a joliment changé

J’ai habité trois ans dans la Tour du Grand Pavois au rond point du Prado à Marseille. Vue sur le stade vélodrome ouvert et sur les montagnes de Pagnols. C’était chouette.

Mardi j’étais au concert (fabuleux) de Muse. J’ai redécouvert le nouveau Stade Vélodrome, que je n’avais pas pénétré depuis sa réfection. Deschamps était l’entraîneur la dernière fois que j’ai pénétré l’enceinte.

Mais ce qui m’a marqué est comment le Boulevard Michelet a changé. Magnifique. Une galerie commerciale fabuleuse qui illumine cette rue mythique. Le stade Vélodrome en est changé. Le quartier en est magnifié. J’ai adoré. 

Je reste mélancolique devant cette Tour. Je ne me souviens plus de l’étage où j’ai vécu. Entre 20eme et 25eme étage. En haut y a un réservoir incendie qui sert de piscine. Vue à 360° sur Marseille entre mer et montagne. C’était génial.
J’avais entre 22 et 25 ans. Eurydice m’avait crevé un cœur que Falconette a soigné. Mais c’était bien


Le nouveau stade vélodrome (qui ne sera jamais Orange mais bleu et blanc avec un bandana en guise de brassard de capitaine) est magnifique. Muse c’était magique. 

Mais cet endroit, cette canopée ouverte sur la plus belle rue de Marseille... j’ai adoré. 




jeudi 11 juillet 2019

Homard aurait du me tuer

Je lis avec amusement les déclarations du ministre d’état vert. Il « remboursera ». Donc il considère avoir fauté. Mais il reste. La Macronie accepte, le nouveau monde tolère tout. Surtout quand ça vient du gang et des premiers convertis. 
Refaisons 2017. Un journal a sorti Fillon et la droite. Macron et son clan se sont accaparés le pouvoir avec les opportunistes qui les ont suivi. Promettant un « nouveau monde ». Une imposture. 

Le nouveau monde est à base de gros homard et de gros vins moelleux. Avec le homard, c'est un accord qui me laisse sans voix. Mais bon...



C'est fascinant de voir qu'ils n'ont honte de rien. Et ils continuent à distribuer les bons points. Il y a un an, le parrain Macron hurlait tel un caïd "qu'ils viennent me chercher !". 
Oui, il faudrait que les gens qui aiment la république arrêtent leurs conneries et aillent les chercher car ils font un mal de fou ces marcheurs et leurs suiveurs...

Enfin il restera en place. Culpabilisant le retraité cévenol ou forezien qui roule avec un diesel qu’il ne peut pas changer. Mais quand les ministres font tourner les voitures à vide en attendant les enfants de Dieux Macron, n’ayant honte de rien. 

Il sera opportun demain d’attaquer sa politique industrielle, scientifique et technologique délirante et dangereux. Basée sur un obscurantisme scientifique inquiétant, et une logique de décroissance humainement contestable.
Parler « tout renouvelable en 2050 » est ambitieux, et en apparence pavée de bonnes intentions. Mais parler d’éolienne comme principale source d’énergie du pays est du délire. Se passer volontairement de l’atome est plus qu’une insulte à l’intelligence. C’est une offense à l’humanité. 
Les bobos urbains devraient passer leurs périphériques pour voir qu’une majorité demande une énergie accessible. Thanos a une vision écologique sympa dans les avengers : supprimer la moitié de l’humanité d’un claquement de doigt. Radical.
Pourtant on peut offrir à l'humanité une énergie propre, prospère, durable, maîtrisable. On peut. Faut juste enlever des oeillères et se rendre libre de certains lobbies...

En Marche aura été un foutage de gueule et un crachat sur Marianne. Mais ils osent tout : ils auraient tort de se gêner. L’alternative qu’ils ont désigné et imposé est extrême.
PS et droite républicaine : ressaisissez vous !!!

mardi 9 juillet 2019

Détruire l'esprit de la Comète et la blogosphère d'avant...

Le billet de mon ami Nicolas sur l'affaire @vogelsong commence comme ça :"En début de week-end, Vogelsong a été outé. Des connards ont donné son vrai nom et son employeur dans les réseaux sociaux. Il y a eu une engueulade entre un type ou une gonzesse lui et un débile a commis l’irréparable. C’est lamentable. Vogelsong a tout mon soutien. Réellement."

Ce weekend, une chroniqueuse sur RMC Info a aussi vécu ce triste et laid épisode. Car une autre personne ne partageait pas ses opinions et ses positions, Zorha Bitan a vu pleins d'informations personnelles rendues publiques sur le net. C'est particulier. C'est abject, et ça témoigne d'une nouvelle manière de débattre. Plutôt qu'essayer de convaincre et d'exprimer ses idées, il s'agit de mettre à mort la personne que l'on en face. Un terrorisme de type nouveau, qui interdit la discussion, les idées, le débat, l'opinion contradictoire. Un loi non pas du plus fort mais de celui qui est capable du plus odieux, de l'appel au lynchage le plus fort.
Un fascisme nouveau. 

La période 2012 - 2017 a été affreuse pour notre blogosphère. Les attentats de Charlie en sont une cause, mais il n'y a pas que ça. De nouveaux protagonistes sont apparus sur la toile, et n'étaient pas dans ce délire sympa du début des blogs. Loin de "L'esprit de la Comète", du nom de cette brasserie kremlinoise qui a été le siège du Kremlin des blogs et un épicentre chaleureux et intelligent de notre blogosphère à la française.
2005 - 2011 a été un époque bénie pour les blogs. Le début, Guy Birenbaum et DEL. Il y avait une droite et une gauche. Des supporter de Royal, d'autres, moins nombreux, de Sarkozy. Il y avait une opposition. Et même au sein des électeurs de droite dont j'étais, une critique respectueuse et constructive du mandat Sarkozy (si j'avais été plus lu et entendu, Sarkozy aurait gagné en 2012).

Et puis après de nouvelles personnes sont venus. Le tweet de 140 mots a étouffé le billet de beaucoup de page. Plutôt qu'argumenter, cela venait "basher", clasher, voire même menacer. Le plaisir initial d'écrire, de débattre, est parti. Non pas remplacé par la peur, mais par une lassitude de voir que nos amis de blogs, nos contradicteurs préférés, n'étaient plus là. Eux aussi lassé de ce lynchage permanent. 
Puis y a eu ensuite les attentats. Les mots certes, mais aussi les balles. 

Et une certitude, certaines personnes sont prêtes à tout. Nous avons vu un militantisme d'un type nouveau. Des lynchages en règle. L'esprit de la Comète, et quelque part des lumières, obscurcit par cette épaisse fumée noire de l'intolérance et de la violence. 


J'ai toujours eu l'attitude que Chirac avait eu vis à vis de sa ligne jaune à lui en 2002. Refuser de débattre avec Le Pen. Moi, j'assume un refus de la discussion avec des personnes qui portent des messages et des valeurs qui sont en opposition fondamentale avec ce que j'ai dans le cœur, avec mes valeurs d'homme. 
Les bloquer sur Twitter fait du bien car cela donne plus de place à mes copains de IKF (Internationnal Kikadi Fédération, ceux sont des penseurs). Cela fait moins de mal et à mes yeux, et à ma république. Et finalement, il y en a peu de tous ce que je lis et fréquente. 

D'ailleurs, à l'époque de la Comète, nous étions beaucoup en désaccord. Mais il y avait un respect mutuel, presque une affection. Qui perdure aujourd'hui avec des gens qui défendent des opinions totalement opposées aux miennes. Mais on se respecte. Le respect de l'humain dans sa diversité, ses contradiction, et ce qui fait de lui un être un humain, c'est la base.
Certains ne l'ont pas. Il ne faut pas parler avec eux. 

C'est doux de repenser à cette époque. Plus dur de voir ce qu'il en reste...

dimanche 7 juillet 2019

Soumissions en Marche ?

Je suis un lecteur attentif et intéressé du très bon Franz-Olivier Giesbert. L'intelligence et l'appel à l'intelligence et à la réflexion, d'où qu'ils viennent, est toujours positif. Et FOG ne déçoit jamais. Sans céder à la volonté du clash ou du buzz.
Son dernier édito du Point pose des questions inquiétantes sur le pouvoir qui a été mis en place en 2017. Et sa volonté.

Je retiens sa statistique et sa question : "Selon les statistiques du ministère de l'Intérieur, il y a eu, l'an dernier en France, 1 063 actes antichrétiens, 541 actes antisémites (+ 74 % en un an) et 100 actes antimusulmans. Au nom de quoi, alors, faut-il privilégier l'islam ?".
Oui, au nom de quoi ? Surtout que sauf si j'ai loupé des trucs, ces dernières années personnes n'a tué au nom de Jésus Christ ou de la croyance juive...

Un très bon édito. Qui fait peur. Parce que la soumission ne vient pas que de la France Insoumise qui est soumise à un électorat et une pensée très islamophile. Mais aussi par le pouvoir en place, Emmanuel Macron et son armée de clones qui ont déferlé à l'Assemblée Nationale. Nous faisant regretter le PS et l'UMP, qui mettaient des barrières contre ces ennemis de notre République. 

Laetitia Avia est l'une des femmes en pointe du macronisme. Porte-parole et présidente du bureau exécutif de La République en marche, députée de Paris, très proche du président, elle entend ne rien laisser passer, ni le racisme, ni la haine, ni les campagnes de harcèlement. Vaste programme, avait dit de Gaulle en découvrant l'inscription figurant sur une Jeep de la 2e division blindée de Leclerc : « Mort aux cons ».
Raisonnable et compétente sur la plupart des sujets, Mme Avia, régulièrement prise pour cible par la merdaille raciste, semble sortir, avec ses tropismes religieux, de l'avant-dernier roman de Michel Houellebecq, « Soumission ». On ne peut certes que l'approuver de partir en guerre, avec un projet de loi discuté ces jours-ci, contre la cyberhaine que déverse une certaine populace sur les réseaux sociaux. « Il n'y a aucune raison, déclare-t-elle, que nous tolérions sur Internet des propos que jamais nous n'accepterions dans un bus ou dans un café. » Louables intentions.
Mais quels propos haineux faut-il, au juste, sanctionner ? Toute la question est là.Dans une première version, la proposition de loi intégrait, parmi les délits, l'islamophobie, mise sur le même plan - quelle incongruité ! - que le racisme, l'antisémitisme ou l'homophobie. Pourquoi ne pas criminaliser aussi, pendant qu'on y était, la christianophobie, la judéophobie, la bouddhistophobie, l'hindouistophobie, qui ne figuraient pas sur la liste noire de Mme Avia ? Pourquoi deux poids, deux mesures en faveur d'une seule religion ?
Selon les statistiques du ministère de l'Intérieur, il y a eu, l'an dernier en France, 1 063 actes antichrétiens, 541 actes antisémites (+ 74 % en un an) et 100 actes antimusulmans. Au nom de quoi, alors, faut-il privilégier l'islam ? L'interdiction de le critiquer est une revendication obsessionnelle des Frères musulmans et du Collectif contre l'islamophobie en France. Sans parler de la mouvance islamo-gauchiste, surreprésentée dans les médias.
Cédant à leurs injonctions, LREM s'est donc exécutée bassement. Face au tollé provoqué, Mme Avia a finalement consenti, pour définir les propos délictueux, à troquer le mot d'islamophobie pour celui d'antimusulman. Le problème n'est pas réglé pour autant.
Les Français, qui adorent bouffer du curé, n'auront désormais plus le droit de bouffer de l'imam. Aux yeux de Mme Avia, l'islam doit bénéficier d'un statut particulier, comme si la France était devenue, excusez du peu, une République islamique. Quand sa loi scélérate sera votée, les antimusulmans ayant fauté sur Internet seront poursuivis par la maréchaussée, mais pas les antichrétiens, ni les antijudaïques, ni tous les autres qui, eux, pourront continuer à s'en donner à cœur joie en critiquant les religions non musulmanes sur les réseaux sociaux. Toujours deux poids, deux mesures. Tout ça dans une indifférence quasi générale. 
Mais qu'arrive-t-il donc au pouvoir ? La macronie a-t-elle perdu la tête, la raison, le sens commun ? Ne se rend-elle pas compte qu'elle dessert l'islam en lui donnant des droits qu'elle n'accorde pas aux autres religions ? Si l'on veut faire baisser le niveau des haines de toutes sortes qui montent dans ce pays, ce n'est pas avec ce genre de discriminations stupides et démagogiques que l'on y parviendra. Pour complaire aux autorités musulmanes, le chef de l'Etat a souvent laissé entendre, dans le passé, qu'il était prêt à réformer la loi de 1905 de séparation de l'Eglise et de l'Etat, qui établit la laïcité à la française. C'eût été une insanité d'ouvrir cette boîte de Pandore. C'en serait une autre de favoriser, dans un texte bâclé, l'islam par rapport aux autres religions.
On n'ira pas jusqu'à dire que les pseudo-modernes de LREM rêvent de réinventer une nouvelle « dhimma », laquelle, dans le droit musulman traditionnel, place l'islam au-dessus des autres religions, abaissant les juifs et les chrétiens au rang de sous-citoyens ultrataxés, humiliés, offensés, vêtus de signes distinctifs. Ne galéjons pas. Mais convenons quand même qu'entrent en jeu, dans la genèse de cette loi anticyberhaine, beaucoup d'amateurisme, d'angélisme, de calculs électoralistes, de confusionnisme dangereux. Puissent nos législateurs se raviser et la réviser avant de voter la proposition de loi.
Ce n'est pas avec un texte comme celui-là que le pouvoir réconciliera les Français avec lui, avec les autres. Au contraire, il risque d'attiser les braises dans le feu qui couve

vendredi 5 juillet 2019

Arènes de Nîmes panoramique #Gard

Semaine dernière dans une délicieuse fournaise gardoise. Les arènes de Nîmes sont fantastiques. En belle compagnie elles sont sublimes.

Nous étions aux concerts de Zazie et Pascal Obispo. C’était sympa. 



Et le cadre reste toujours majestueux, Nîmes est une ville magnifique. Même en pleine canicule (la pierre des arènes reste brûlante à minuit...)

lundi 1 juillet 2019

Sexisme Royal et lamentable

Tiens ? Je vais me citer car je trouve que j’écris des choses très intelligentes et intéressantes. Qui appellent à réfléchir. 

Ségolène Royal ne déçoit jamais. Quand elle parle, c’est souvent lamentable intellectuellement parlant. Et ce n’est pas la femme qui est critiquée, mais la personnalité qui se veut « responsable ».



Arrêtons nous sur sa défense. « Je suis critiquée car je suis une femme », défense systématique qui interdit tout débat. En plus quand un #Metoo tranche la discussion violemment. La Défense est redoutable : tu te défends de sexisme en pensant à Daniel Riolo et Jérôme Rothen de RMC suspendus pour « sexisme » suite à une intervention de Marlène Schiappa. Et tu n’argumentes plus sur le fond.
Bon, les femmes réellement victimes de violence sont mises de côtés. Je pense à une amie proche qui doit avoir mal au ventre de lire cette défense royale et abjecte... une victime, une vraie.

Et je me demande si les critiques sur François Hollande, Nicolas Sarkozy où François Fillon ne sont pas une sorte d’attaque anti homme blanc de plus d’un certain âge. Je me demande pourquoi Laurent Wauquiez a déchaîné autant de haine contre lui, mais peut être est il un homme, blanc en plus. 
Je suis un homme blanc de plus de 40 ans. Affections chretiennes. Hétérosexuels. Je paie en plus l’impôt sur le revenu. Quand on me critique, est ce moi qui suit critiqué ou ce que je suis ?

Ségolène Royal fait honte à la politique et à la question de la femme. Mais ça passe. Alors fonçons. 

Des copains vilains sur Twitter ont démocratiqué le #jekiffemesroues en sortant leurs couilles sur des jolis paysages. Ben pourquoi pas ?

vendredi 28 juin 2019

Rire avec la canicule

Il fait chaud. On reçoit des conneries. J'aime bien ces trois bêtises qui font le tour des mails et des résocios.




J'adore ce dernier. Il m'évoque ce hashtag amusant #jekiffemesroues (la version masculine et classe du #jekiffemondécoleté). Il est cool



Sinon c'est le weekend. Il faut chaud pourtant...

jeudi 27 juin 2019

Alerte rouge canicule dans le Gard (et dans le monde)

Tenter de lutter. Même si, sans plaisanter, il fait très très chaud.



Après, plaisanterie mise à part, je discutais cette semaine avec un sénateur. Je suis assez scandalisé de voir que l’on parle aujourd’hui d’urgence climatique en pleurant, mais en restant sur des postures idéologiques. Et en restant sur ce logiciel funebre qui aujourd’hui tue la planète.

Y a 20 ans, pour des considérations politicienne, on a fermé Super-Phenix. Aujourd’hui nous sommes à poil. 20 ans après on se prend la vague climatique. Dominique Voynet s’était prise la vague de l’Erika. Mais les pétroliers et les gaziers continuent à tuer la planète en balançant le CO2 qui permet de construire les panneaux solaires. 

Il est politiquement et humainement irresponsable d’avoir rayé l’atome des possibles. Pour des questions à la fois idéologique, et à la fois un peu guidee par ses philosophie décroissantes et obscurantistes. Ignorer une réponse pour des raisons irrationnelles, et laisser finalement une partie de l’humanité privée d’énergie, et subir le réchauffement climatique... je trouve ça criminel.

Mais la science est moins forte qu’une bière vide, et j’ai un rosé de mon village au frais. On discutera demain