lundi 28 février 2011

Sarkozy a parlé. Fillon plus tard. Et Marseille est toujours là...

... voilà en quelques mots le résumé de ce dimanche soir, et de mon billet (d'où la photo : Sarkozy, et Marseille sur la même image... Vous comprenez ? Non ? Moi non plus remarquez...)

Hier soir, Nicolas Sarkozy parlait en même temps que Laurent Blanc (invité au Canal Football Club). J’ai donc zappé, privilégiant le "cousin" gardois… Pendant une page de publicité sur la chaine du football et du SAV, je suis revenu sur I Télévision où j’ai donc vu et entendu Nicolas Sarkozy parler du monde et de son remaniement ministériel.
Je ne ferai pas grands commentaires. Sur la forme, j’ai trouvé que c’était filmé bien près. Et ce qui m’a sauté aux yeux hier soir était le coté vieilli, fatigué (pas usé, pas encore) du Président. Rides, cheveux blancs… Cela m’a marqué. Plus cette forme que le fond...

J'ai aussi relevé le twitt très juste de Guy Birenbaum : « Donc le Président ne fait même plus semblant de nommer des ministres sur proposition du Premier ministre ». Ben oui… Le premier ministre, François Fillon, il était où ce weekend ?

Je l’ai retrouvé ce matin sur RTL. D’habitude, je suis déjà arrivé au bureau quand Jean-Michel Aphatie donne son interview matinale. Ce matin, la fatigue et un weekend pas évident aidant, je n’étais pas encore parti de chez moi quand elle commença. J’ai donc pu entendre François Fillon, que je n’ai pas trouvé très ni percutant, ni très convaincant.

Pour autant, je suis d’accord avec lui sur sa vision de l’affaire Michelle Alliot-Marie. Tel que je l’ai déjà exprimé, je pense qu’elle a commis une grande faute politique avec son manque de vision et de compréhension des épisodes au Maghreb. Derrière, les histoires de balades en avion ne sont pour moi pas le plus important. Moins, en tous cas, que sa défense pitoyable et sa propension à s’enfoncer à chaque fois qu’elle ouvrait la bouche.
Problème moral je ne sais pas. Problème politique clairement. Elle aurait du partir d’elle-même. Elle aurait évité le lynchage dont elle a été l’objet, et elle en serait sortie grandie. Au moins une fois de sa carrière politique, cela n’aurait pas été un luxe…

Un mot quand même sur le départ d’un des pires ministres de l’intérieur de la Veme République… Je suis heureux de voir enfin sorti du gouvernement Brice Hortefeux. De la Sarkozie historique, beaucoup sont partis (Woerth, Estrosi, Hortefeux maintenant…), il reste Besson et Morano (silencieux en ce moment). On voit de plus en plus sur le devant de la scène des Baroin (que je trouve assez bon) ou Juppé. A suivre…

Après, pour moi l’information du weekend n’était pas là. C’était la belle victoire à l’arraché des marseillais à Nancy, suivi d’un match Lille – Lyon que j’aurais suivi avec un verre de vin et un cigare à la main, sans stress et avec plaisir : quelque soit le résultat, il était bon pour mon OM, qui a son destin entre les mains à présent. Si Marseille gagne tous leurs matchs, ils seront champions de France : c'est simple le football des fois...

Et je conclurai par les mots toujours agréables de l’excellent René Malleville : « André Ayew et Steve Mandanda, respect ! ». J’ajouterai juste « merci »

4 commentaires:

  1. Dans ton article, tu parles d'un certain François. Qui est-ce?

    RépondreSupprimer
  2. Je viens découvir ton blog, très intéressant. Je reviendrai.

    RépondreSupprimer

Bienvenue dans ma maison.

Ici, Le respect qui accompagne la critique et le débat est le bienvenu. Insulte ou attaque personnelle (sur moi ou autres) non. Et il est interdit de venir casser les couilles du taulier que je suis (et des autres commentateurs).

Anonymes, passe ton chemin.
Tu peux t'inscrire avec un compte Blogger ou en t'inscrivant à plein d'endroit... C'est bien de savoir avec qui on discute...