mercredi 25 mai 2022

vendredi 20 mai 2022

Comme une envie de vomir

La phrase de Vahid Halihodzic quand Fabrice Fiorèse a quitté le PSG pour aller à l'OM le dernier jour du mercato : "je suis rentré chez moi et j'ai vomi".

Entendre l'ancien chef de mon groupe parlementaire, que j'ai rencontré aux universités d'été d'Oser la France tenir un discours très digne, trahir sa famille et entrer au gouvernement. Moi aussi j'ai vomi.  

Damien Abad, Eric Woerth... La trahison s'appelaient hier Le Maire (le renouveau c'est Bruno) et Darmanin. Tout se paie un jour... 

mercredi 11 mai 2022

mardi 10 mai 2022

Continuons à jouer

Donc aujourd’hui, en quelques mots. Ma sœur fait un truc qui ressemble à un AVC. Au boulot on me propose pire qu’un placard. C’est indécent. Et sur le boulot, le reste, on continue à m’emmerder avec plaisir. 

Point positif. J’étais à un audit à Marseille. Dans les nouveaux quartiers des Docks

Point négatif demain j’y retourne pour 8h. L’entreprise est sympa. 

Sinon j’attends la suite…


vendredi 6 mai 2022

On n'y peut rien (mais librement)

Je finissais mes études quand JJ Goldman avait sorti son dernier album, "chansons avec les pieds".  On y peut rien est une chanson sur l'amour.

L'amour, je l'ai connu. Mon foyer en est l'exemple type. Il propose des pates aux thons ou du riz au dés de jambons.

On y peut rien quand on tombe sur un ami qui est un modèle. On n'y peut rien quand on a une personne que l'on imagine député et chef politique du coin.

On y peut rien, mais on est libre. Et c'est ça qui est beau : nous sommes trop intelligents pour être des moutons.

Le Rhône sépare Julien Aubert et Blandine Arnaud. Vous méritez qu'on se donne pour vous : vu ce que vous nous avez rendu. Merci. 


lundi 2 mai 2022

Déambulations dans Gréoux les Bains et pensées du lundi

Malgré le running gag de la fuite dans le liner de la piscine au début de la saison, la semaine de vacances a été superbe. Et j'ai cette chance de ne pas avoir eu hier ce blues du dimanche soir, aujourd'hui je suis encore en vacances. Mais j'ai le blues du dimanche matin, c'est con non ? 
Ce soir j'aurais le temps de soupirer dans mon verre de whisky. Mardi, je vois la médecin du travail : je suis un de ses fidèles clients. Ca ne plait pas à ma chef de département, mais elle pense que je ne suis qu'un "RPS" avec R comme Risque. Malheureusement je suis une Réalité, et pas le seul dans son département.



Elle s'est vantée d'avoir mouché un délégué syndical. Ben ce dernier va partir en tendant l'autre joue, et comme on dit dans Jésus 2 le retour il y aura le match retour.

Revenons à Gréoux les Bains. 4 ans que nous n'y sommes pas allés. Le temps est passé à une allure folle.



J'ai, pour reprendre un terme très "chaine info", déambuler dans Gréoux. Je n'avais pas une horde de journalistes qui me suivais, pas de foule qui m'applaudissaient, m'insulter, voulaient un selfie ou discuter avec moi. Non, au mieux j'étais avec Falconette et les enfants, au mieux aussi seul avec moi même. Je marche souvent seul.

Parfois je me perds. Falconette m'attendait au marché, j'ai voulu prendre un raccourci dans les collines et me suit perdu. Voilà la photo que j'ai prise quand j'ai reçu les insultes de on t'attend au marché et tu fais chier.



Gréoux les Bains est une porte vers tous les beaux coins de Provence. Les gorges du Verdon (j'en écrirai des billets, des photos superbes) et la mignonne Castellane. Manosque Forcalquier Lurs Sisteron et plus haut, en remontant la Durance, Gap et le Lac de Serre Ponçon.
Digne les Bains à deux pas. Aix en Provence. 

Et sur la route, on peut "déambuler" dans la circonscription de mon ami Julien Aubert. Les villages perchés, Gordes, Lauris, Lourmarin, Cadenet, Pertuis. "La plus belle circonscription me dit il". Je lui dis souvent "il te manque le Pont du Gard, je te l'apporterai". Pas en mettant ma tête sur l'affiche, mais en aidant ma candidate qui est une fille superbe. 


Gréoux les Bains, c'est les thermes. Le Verdon qui coule paisible. Et le château. 



Un point quand même. Gentillesse des gens. Le Covid a été dur pour eux. La pizzéria nous a offert les desserts, le traiteur un paquet de chips maison pour mon petit garçon. Au bar de mon club de vacances, j'ai du avoir 6 bières et 3 cafés offerts. A la fin je voulais offrir à boire au barman mais il n'avait pas le droit. Ca a été le bon pourboire qui fait plaisir à celui qui le donne. 
Mais quelle dureté ce Covid. Les gens reprennent vie. Des commerces ont fermé.

Et donc 15 minutes après la réélection de Macron, qui était une des deux mauvaises choses possibles de la soirée (Le Pen aussi, mais il fallait un vainqueur), nous avons fait la boom des enfants. Byoubi. Et Marseille est allé gagner à Reims. Perdre à Rotterdam aussi, mais je sens le retour très Marseille Leipzig ou Marseille Newcastle, un de mes plus beaux souvenirs.


Allez, ce soir je serai triste.

Ps : ce matin la voiture n’a pas démarré. L’assurance apporte un camion. J’en ai marre…

mercredi 27 avril 2022

Résister !

Et ne pas oublier le chargeur de batterie
Après je réfléchirai demain à quoi résister. 




mardi 26 avril 2022

Que Macron arrête de draguer tout le monde

Ça commence à se voir 😅

Je suis désespéré de voir le Ps vouloir faire alliance avec ces racistes et fascistes qui promeuvent l’islamisle radical que sont LFI. Les frondeurs ont fait du mal. Hollande Valls et Cazeneuve ont été remarquables. A gauche, Carole Delga a refusé tout alliance avec la gauche brune islamophile. Elle a été la mieux élue des présidents de régions.

A droite, je suis scandalisé de voir des responsable de LR poser avec Macron. Quand je vois ce que fais le PS je pourrais fermer les yeux si certains voulaient aller vers le RN mais non. Nous sommes une force. Faible. Mais le noyau est dur et solide. 
Nicolas me l’a rappelé. En 1993 le PS se prenait une branlée mémorable. En 97 retour.

Je l’ai dit en tant que syndicaliste a mon directeur. Parisien. Le match aller ne vaut rien sans le match retour. C’était pour défendre le droit à l’erreur. Mais aussi rappeler l’humilité. Je lui ai rappelé la remontada.

Les vacances sont sympas sinon



lundi 25 avril 2022

Soirée hier soir avec notre président

Hier soir 15 minutes après les résultats, là boom des enfants commençait. A la fin, le président a pris mes enfants, qui font très bien le crocodile. Il est venu me faire un tape dans ma main mon pote. 
Je suis républicain. Je pense qu’il nous a volé deux élections, mais soit, c’est ma famille qui ont décidé les règles du jeu.

Après j’ai du respect pour la fonction de président. Pas pour ce..j’allais dire « clown » mais non, il est brillant. Il a verticalisé la politique. Seuls ont été remboursés de l’élection lui et des populistes. Melenchon Le Pen Zemmour même combat. 
LR et PS hors jeu. 

A titre personnel, j’en ai fini avec Sarkozy. Chirac a eu l’honneur de soutenir Nicolas. Sa famille.

Demain ? Je reste dans une famille qui fait moins de 5%. Désolé. Mais les affiches d’un ancien RPR avec Macron (le maire du Touquet) me sont insupportables, 

La présidentielle nous a été volée deux fois de suite. Je respecte le président mais sa légitimité reste légère.

Que la vrais UMP (LR est une invention de Sarkozy, supprimons là) et socialistes et communistes restent eux même. 

Hier soir j’étais avec Biouby, et Gerson a bien aidé l’OM. Un nouveau Lucho Gonzales ce type.


vendredi 22 avril 2022

Quand on a rien à dire, autant se taire...

J'aurais appliqué à merveille cette maxime. Une autre aussi : mieux vaut passer pour un con et se la fermer que l'ouvrir et ne laisser plus aucun doute...

Pourtant, la période était prolifique à la discussion. J'ai lu des blogs, ça débattait. Mine de rien et malgré ceux qui hurlent à la médiocrité, j'ai pas trouvé les débats sur les blogs que je fréquente (même si j'ai peu commenté) de bas étage. Je mets toujours en avant mon ami Nicolas, mais ses billets étaient de qualité, avec une plume légère mais puissante. Et les débats étaient sympas.
Par contre message de service : j'ai découvert des blogs que j'aimerais mettre en avant sur ma Blogroll qui mérite toilettage. Mais impossible d'arriver à quelques choses. Je n'arrive pas à la mettre à jour : c'est pénible !

Quinze jours qui sont passés à une vitesse étonnante. Avec des journées qui s'allongeaient indéfiniment. Le soir, je m'endors à 21h30. Autant dire que le débat Le Pen Macron j'ai zappé : y avait un super Marseille Nantes dont je n'ai pas pu profiter pleinement. Le matin, je n'arrive pas à me lever avant 8 heures... Avant j'arrivais au bureau à 7h30, mais c'était avant...

Toujours des passages avec les RH. Je dis "les", car y en a pleins. Qui ne se parlent pas. Asterix et les 12 travaux d'Hercule. Enfin, la DRH de mon centre et mon responsable syndical, qui emploie les mots avec justesse, m'ont dit que "harcèlement" était peut être plus juste que "acharnement", et que revenir le 17/12 en accident du travail serait une bonne chose.
J'écris ça en pleurant : mon dos me fait mourrir.

Sinon je suis en vacances. Nous partons en Provence. Procuration. Mes parents viendront voter dans mon village. 
Je me fais rire moi même : je disais que j'irai à la pêche suivant le deuxième tour... Je serai au bord du Verdon, peut être autour du Lac d'Esparon. Pécher non car ça me gonfle. Courir si mon dos reste aussi gros c'est non aussi. Mais ça sera presque ça.

Politiquement, je n'ai rien à dire. Pour être honnête, je ne sais pas pour qui voter ce weekend. 

Il y a par contre un Reims Marseille que je regarderai sur ma tablette... Connection 4G. Ca c'est important. Saint Etienne aussi. Contre Monaco très dur. Et Mdr Lyon... 

Allez, je vais me servir une bière (ou un whisky ?) en regardant mon jardin. Faire mon équipe à Mon Petit Gazon (dernier de ma ligue...). Le reste ? 



jeudi 14 avril 2022

Et maintenant, la tortue...

Loin de moi l'envie de catastropher, mais en me posant sous mon olivier tout à l'heure, j'ai fait un triste bilan de ce début 2022. Qui a commencé le 1er Janvier à 5h du matin par une jolie fièvre et un Covid qui annonçait une année bien de merde.

Donc depuis le début de l'année, j'ai perdu :
- Notre chienne Galia,
- Ma situation professionnelle : aujourd'hui elle est critique,
- Une partie de ma santé,
- Ma famille politique.

Ce matin, notre tortue Speedy est morte... Enfin je dis ce matin. Elle a commencé son hibernation, et puis pouf elle ne s'est jamais réveillé. On est allé sur le Doctissimo des tortues, et bon malgré leur longévité qui devait nous enterrer, ben non... 
Les enfants sont amusants : ils me disent que non, elle va se réveiller... Enfin on la laisse en plein soleil, et pendant que sa petite soeur Zelda crapahute, Speedy ne va pas vite...

Néanmoins (et pas que le nez en moins...), il reste ce soir l'OM...

Je retourne sous mon olivier. La porte Tjordman Métal qui s'est refermée sur mes doigts et ma gueule ce dimanche soir à 20 heures continue à rendre mes heures douloureuses... 
Je me dis que 2022 est quasiment finie... (il en reste moins de 3/4...)

vendredi 8 avril 2022

Avant de voter, quelques pensées ci et là

Hier soir, je trouvais jolie la photo de l'église de mon village avec les panneaux électoraux. Dimanche, nous votons. Je n'en ai pas l'impression... Parce que personnellement une période compliquée. Parce que l'impression n'a pas eu lieu.

Dimanche, je me lèverai tôt. Pas comme hier pour aller sur un piquet de grève en tant que Délégué Syndical (après ma période végan qui a duré le temps d'un repas...). Mais pour voir le départ du Grand Prix de Formule 1. Ensuite j'irai voter. Ensuite j'irai manger chez mon ami témoin de mariage qui produit un vin super, dont je ne cesse de faire la publicité. Venez à Lirac et à Tavel, le vin est bon. Et en litre il commence à être meilleurs marché que le litre de carburant. 

Dimanche j'irai voter. J'ai finalement assez peu écrit. Mon ami Nicolas, meilleurs blogueur politique de la toile (combien de temps n'ais je pas entendu ce mot ?), a écris des billets complets et riches. Moi finalement je n'ai que peu à écrire, et pas envie d'écrire grand chose.
Je voterai pour la candidat de la droite républicaine (Valérie Pecresse) comme je me suis engagé. J'ai respecté les règles du jeu interne, j'ai voté Bertrand. Mais j'accepte la candidate élue. Ma candidate au législative avait voté Barnier, mon copain député du Vaucluse Julien Aubert a choisi Ciotti. Mais toutes et tous ont respecté la règle du jeu. Donc acte.

Ce matin, je tique un peu que Valérie Pecresse réponde à la question "que feriez vous en cas de second tour Le Pen Macron ?" car elle n'a pas à répondre à cette question. Elle sera tombé dans tous les pièges... Elle dit "je ne donnerai pas de consigne de vote", au début je me suis dit "si elle est au deuxième tour j'espère qu'elle en donnera un...". 

Une remarque d'ailleurs. LREM ou Reconquête il n'en a jamais été question pour moi. J'ai été surpris de recevoir une paire de SMS "reconquête". Message de service à LR : vos fichiers adhérents et sympathisant, il serait de bon ton d'en prendre soin. Une remarque amicale comme ça. 
Après, mon copain Cyrille qui me fait l'honneur de passer souvent m'a fait remarquer que lui aussi recevait des sms fake news de la part de la bande à Zemmour. Ils ont une manière de faire campagne qui est assez particulière, et qui ne me donne pas envie de voter pour eux...

Sur le reste, je sais déjà que sur le deuxième tour je serai en vacances. J'ai réservé tout à l'heure. 
Je ferai une procuration. J'espère pouvoir voter pour Valérie Pecresse et mon camp. Je suis un doux réveur : je rêve encore d'être footballeur professionnel. 

Si ce n'est pas le cas, je réfléchirai. Je pense que les ficelles sur une extrême droite qui nous priverait de liberté tout ça tout ça sera difficile à défendre. Je me souviens qu'il y a un an, nous menacions le malade du Covid de sanctions et des pires tourments de Sodome et Gomorre si l'envie idiote de sortir de chez lui lui passait par la tête. 
Et sur le côté "raciste", j'ai eu un sentiment quand j'ai appris que Borloo soutenait Macron. J'avais cru me souvenir que ce dernier avait jeté son dossier sur la ville à la poubelle en lui balançant "ceux ne sont pas deux hommes blancs de plus de 40 ans qui vont régler des problèmes de la banlieue". Ce n'est peut être pas raciste, mais c'est con. 

Je serais bien emmerdé si nous avions ce match retour que personne ne veut. 

Il va de soit qu'en tous cas je suis pas un castor. Mais si Mélenchon était au second tour je voterai contre lui sans aucun état d'âme. 

Mais bon, en fait ce weekend, j'espère que Saint Etienne et Marseille gagneront (le match hier de Marseille était fantastique, même si le résultat est décevant. Quelle papinade de Payet). 

Et à part ça ça va.  Content que ça soit le weekend. Je vais déconnecté la messagerie du boulot. Et le reste. Le cardiologue m'a appelé tout à l'heure pour me dire "j'ai une place ce soir venez". Donc j'y vais. J'espère que l'ambiance sera sympa en salle d'attente et que le groupe vivra bien (et que je rentrerai pas trop tard pour boire un coup). 

Ce weekend on vote. Allons y. Ca nous sortira. 

mercredi 6 avril 2022

Les valeurs et un véganisme rapide...

Aujourd'hui j'ai vécu une expérience particulière. Je suis en convalescence, et j'ai repris le boulot lundi. D'abord en télétravail, aujourd'hui en présence. Avec passage devant la DRH pour mes "mandats syndicaux", que j'assume avec responsabilité et diligence. Le problème est juste que je suis en inéquation avec ma hiérarchie, mon département.
Je ne suis pas meilleurs. Mais je n'ai pas les mêmes valeurs. Je privilégie 50 € de moins sur la fiche de paie, mais que les enfants voient leurs parents, et que la priorité soit à la maison qu'au boulot. Je suis dans le temps long : je ne supporte pas les changements de cap et de priorité toutes les cinq minutes. Supporter au sens physiologique du terme : le pilote de F1 ou de Falcon est capable de se prendre des G dans la gueule. Moi pas. 

Aujourd'hui, je suis retourné (pour la première fois de l'année) à la cantine de mon travail (avec les gens qui m'ont poignardé). Et j'ai fait une erreur. J'ai pris un burger végan.
Je suis le mari d'une fille et petite fille de boucher charcutier. Et j'ai gouté à... Cette merde. Pourquoi ? Je ne sais pas. J'en parlerai à mon cardiologue (un nouveau dans la famille) et à mes psys et docteurs. J'en parle ici.

Alors ce soir je reviens sur mes bases. Le vin de mon ami témoin dans les bons et mauvais moments. Un saucisse lentilles bien comme il faut.

Demain à 6h du matin je partirai comme responsable syndical pour un mouvement dont j'ignore la fin. Je ne sais pas comment je tiendrai. Mais bon...

Suite au prochain épisode. 

dimanche 3 avril 2022

Envie de rester dans ma grotte…

Instant personnel. Après une semaine de vacances, et une autre d'arrêt maladie, je retourne au boulot. Des examens. Le cardio. Tout va bien mais pas tant que ça.
Journée sympa. J'ai trouvé Précesse bien. Avec une équipe LR unie. 

Mais moi, je veux rester dans la grotte. Lire. Ne plus travailler pour des gens qui détruisent. 

Je connais la réponse. Un ami qui refaisait le monde comprend ce que je ressens. Je me soigne. Je me préserve.

Beau Marseille sinon. Et retour dans la grotte. 

vendredi 1 avril 2022

L'après malaise

Ce matin chez mon médecin traitant. Mon malaise ne l'a pas fait trop rigolé (il ne sait pas que j'en ai écrit un billet). Pourtant il est sympa (même si la première que je l'ai vu, c'était pour l'annonce du décès de mon papy chéri). Il m'a mis plein d'électrodes pour un électro-cardiogramme. Il me parlait d'un problème réseau au cabinet médical (que j'ai résolu en moins de temps qu'il n'en fallait pour décoller les électrodes de mon torse). 


Je parlais de mes malaises dans mon billet du début de semaine. J'ai vu dans la semaine, aussi pour des problèmes d'informatique, mon "vieux" docteur à moi à la retraite. Il avait le Covid, mais l'ayant eu y a pas longtemps... Je lui ai parlé du malaise. Lui non plus n'a pas rigolé. Il est allé chercher son vieil électrocardiogramme et quand j'ai fini de faire le ménage sur son PC (non sans lui dire que les sites de cul c'est bien mais qu'il faut s'assurer d'avoir les protections que j'ai mis à jour pour ne pas se prendre une chaude pisse informatique...), il m'a dit qu'on allait faire un check up masqué (enfin, avec gestes barrières)..
Rien d'anormal mais quand même... Il m'a dit "j'appelle ton médecin traitant" et blabla et il a raccroché et il m'a dit "demain 11 heures tu y retournes". Et un "c'est quand même pas sérieux à ton âge faut faire gaffe".

Depuis ce weekend, Falconette et mes parents m'engueulent. Mes deux docteurs s'y mettent. Si j'ai une crise cardiaque, j'aurais eu des engueulades. Mais ils ont raison. Je fais le malin mais je m'inquiète de moi même. 

Bon, je suis sur la liste d'attente du cabinet de cardiologie d'Orange, qui soigne ma famille... Là encore les déserts médicaux... Nous avons le temps de mourir d'une crise cardiaque si pour une visite après malaise, il faut être sur "liste d'attente".. 

Quoiqu'il en soit si vous me demandez comment je vais après une semaine d'arrêt et une de vacances, je vous dirais "moyen". J'ai mon bébé 2 qui est rentré de l'école avec fièvre. Il dort depuis 17 heures. 
Mon médecin, à la fin, m'a demandé : "vous voulez retourner au boulot lundi ?". Je lui ai dit "franchement... Pas trop non mais il faut bien bosser...". Il m'a répondu qu'il voulait me rajouter quinze jours d'arrêt, mais qu'il sait que je risque de culpabiliser. En tous cas j'y retourne, mais sous surveillance médicale. Cela m'amuserait de faire le même devant ma chef de département. Comme ça j'aurais le tampon "accident de travail". Je plaisante, à moitié...

Finalement quinze jours de repos c'est bien. Je n'ai pas fais tout ce que je voulais. Mais j'ai lu. 

La suite au prochain épisode... (par contre dimanche soir mon blues du dimanche sera top...)

mercredi 30 mars 2022

L'Auberge de Miemart, à Roquemaure #Gard

Je parlais lundi soir du Bleu Carotte, restaurant qui a fermé ses portes en fin d'année dernière. Roquemaure a en son sein un très bon restaurant où j'aime inviter (et pas invité merci Cyrille) les gens. L'Auberge de Miemart. Nous y avons fêté nos 40 ans. Et nos victoires électorales



La bière de la cave coopérative de Roquemaure, Roccamaura, y est servie. Très agréable. Vigneron et brasserie c'est bien. 



Nous n'étions pas seul pour boire le Tavel du Chateau Correnson


Les seiches à la plancha sont fantastiques....

Bref, un billet de bouffe. A l'heure du déjeuner. C'est très bien. 







 

lundi 28 mars 2022

Soirée pizza (souvenirs du bleu carotte)

Souvenirs de cette pizzeria Roquemauroise qui manque terriblement. La Marie blanche (thon, oignon, moutarde, creme fraiche) était merveilleuse...


Celle là était magnifique. La cocote, avec des oeufs. A manger chaud. On trempe le bord de la pizza dans le blanc de l'oeuf. Orgasmique. 


La Marie blanche... Je l'avais découverte dans un autre restaurant de Roquemaure qui était notre cantine et qui a fermé. Chez Angèle... J'avais retrouvé avec le "Bleu Carotte" une autre cantine. Un coin à nous. 



Le vin est forcément un Lirac de la cave de Roquemaure.


Un billet qui change des précédents. D'ailleurs ça me fait penser qu'il est bientôt l'heure de manger. Le changement d'heure ne doit pas nous faire changer d'habitudes.
J'aimerais bien que Falconette nous fasse une quiche au thon...

(Billet qui fera l'objet de photos dans mon Grenier du Faucon, mon autre blog bouffe et voyage)
 

dimanche 27 mars 2022

Malaises

Je ne parle pas de l'interview d'Eric Woerth dans le Point. Je me demande ce qui a été promis à cet homme, quel poste, pour un manque de classe et d'honneur. Non, des miens. Récents.

Je vous ai parlé de mon "enfer" au boulot. J'ai été arrêté cette semaine. Samedi dernier, avant d'aller tailler mes oliviers, un malaise m'a fait perdre connaissance quelques secondes. J'étais dans le gazon, je ressassais le boulot, et à un moment tout à tourner, et j'ai eu la présence de m'assoir dans l'herbe avant de m'effondrer.
C'était le matin. Ca a duré quelques secondes. J'étais en sueurs. Point positif, je n'étais pas dans l'arbre. Ni sur l'échelle. Un malaise à 5 mètres auraient eu d'autres conséquence.

Malaise vagal avec sans doute hypoglycémie. La sueur est typique de ce point. J'avais deux points de tension de moins. Le médecin de garde m'a arrêté. Là je suis en vacance et ça tombe bien.

Hier, dans la nuit de vendredi à samedi. Je me lève pour aller boire un coup. Dans le noir. Au retour dans le lit, vertiges violents. Je crois qu'il y a mon canapé pas loin. Loupé, je tombe sur mes fesses. Mes 85 kg font un joli bruit. Un bleu sur la fesse droite est apparu mais c'est hors sujet.
Falconette vient, et en allant dans la chambre, rebelote. Perte de connaissance quelques secondes. Je me réveille apparemment 5 secondes plus tard. Falconette a le téléphone à la main prête à appeler les pompiers. Il est 2 h du matin...

Je vais dans le lit mais ne dort pas. Fréquence cardiaque moyenne 90 pulsations minutes... Pas le même malaise, je suis glacé, pas bien.
Dans la journée, je me souviens que 12 ans plus tard, pendant la nuit, le maire de Roquemaure nous a quitté d'une brutale crise cardiaque. Apparemment j'en étais loin. Plus un vertige, j'ai du boire vite, un mauvais mouvement dans le noir.

Deux fois en moins d'une semaine... Les prises de sang sont bonnes (on voit que j'ai bu de bonnes choses mais ça va...). Pour autant je vais faire attention. 
Une semaine de vacances. Je n'aurais pas de stress du dimanche soir ce soir. Simplement peut être au départ du GP d'Arabie Saoudite. 

Entre temps, j'aurais écouté le meeting virtuel de Valérie Pecresse à qui je souhaite un prompt rétablissement. Et que je trouve courageuse. Ainsi que Xavier Bertrand dont je loue, à lui ainsi qu'à mon ami Julien Aubert et de quasi l'ensemble des LR, leur loyauté. 
Dommage qu'il n'y ait pas pu avoir de campagne. Deux campagnes absentes (2017 merci le canard et celle là), ça fait be
aucoup pour la France. 

mercredi 23 mars 2022

Il va y avoir une élection ?

Bizarre… en allant faire mon loto, j’ai vu des panneaux électoraux… y a une élection ?

Je viens de recevoir deux cartes de vote. Pourquoi ?

C’est bizarre…

Depuis que le canard enchaine nous a volé l’élection présidentielle de 2017, je n’étais pas au courant que nous avions une élection cette année. 

Y a la Covid, la guerre… non y a rien, circulons et continuons à être gouverné par des opportunistes. De toutes manières, Chevenement, Guigou, Rebsamen, Woerth, Raffarin, Valls, Muselier et Estrosi (les récents opportunistes ralliés) l’ont ratifiés. Il n’y a plus besoin d’élection. 
Nous avons le messie. 

Amen




dimanche 20 mars 2022

Mis sur la liste des transferts...


Presque un mois de silence. A la différence de mon ami Nicolas, ce n'est pas de la censure exogène. Simplement des douleurs internes. La mort du petit chien est encaissée. Elle continuera à faire du mal.

Depuis cet épisode, ma hiérarchie professionnelle a "intensifié ses frappes" à mon égard. Et m'a simplement dit "de me trouver un autre poste". Ou plutôt fait dire par la numéro 2 de mon syndicat. 
Je travaille dans une grande entreprise mais qui n'a aucune limite. Le principal reproche que l'on me fait ? Etre humain, et dire "aie" quand j'ai mal ou quand quelqu'un de mon équipe a mal. Mon groupe atteint ses objectifs. Mais incompatibilité d'humeur avec ma hiérarchie. 



La fin de l'année dernière, j'ai été en difficulté. Et l'humain a craqué. 
Depuis quinze jours, une machine à broyer l'humain se met en place. On contrôle mes activités, on me fait passer des messages pour que je comprenne que je suis indésirable. On ne m'avance pas. On fait dire à mon syndicat que l'on me sort de certaines catégories... Bref, je passe de déjà pas grand chose à plus rien. 
Ce n'est "que du boulot". Humainement, la manière dont les choses m'ont été annoncées depuis fin février ressemble à un supplice chinois. La grenouille dans la marmite... Depuis la fin de l'été dernier, mon coup de fatigue de la fin de l'année, j'ai l'impression d'être une grenouille dans une casserole d'eau, et on augmente, depuis l'été dernier, la température un peu toutes les semaines. Et depuis trois semaines c'est 5°C par jour. Je suis bouilli. 
Mis sous contrôle. Activités enlevées. Des rapports à faire sur ce que je fais. Mon chef qui m'a lâché du jour au lendemain... Et cette semaine, le corps qui s'est battu a dit stop.

Ce que du boulot. Je ne suis pas mis à la porte. C'est entre moi et mon égo. C'est très dur. Mercredi soir en rentrant de Saclay, sur la route qui me ramenait de la gare d'Avignon j'ai failli, à un rond point, tirer "tout droit...". La nuit je n'ai pas dormi. Falconette m'a dit "maintenant tu arrêtes". 
Vendredi soir, mon médecin a trouvé une tension deux points de moins. Je ne sais plus le terme, mais une sorte d'état de choc. A cause du boulot... 

Oui, quand le petit chien est mort, j'ai eu énormément de mal. Mais qu'est ce que ça va être si je perds quelqu'un de proche ? En ce moment, l'analyse médicale est claire : "psychologiquement nickel, mais physiquement et moralement au bout du rouleau". C'est vrai que je passe plus de temps avec le médecin du travail qu'avec mes équipes et mes collègues de travail. 

J'essais de positiver en me disant que dans l'environnement du PSG, Tuchel et Emery étaient des sous merdes. Et l'année dernière, dans l'environnement Chelsea et Villareal, ils ont été champions d'Europe. Aujourd'hui, je suis un "indésirable sur la liste des transferts". Ca arrive... Ca fait drôle quand même. 



J'ai deux semaines pour prendre soin de moi et me reconnecter sur l'essentiel. Je trouverai un autre poste quand je serai rentré. 

Cette semaine, outre des examens "de routine" (mon médecin m'a prescrit deux trois examens pour être sur), je lirai. J'ai deux revues de l'Afterfoot en retard. J'écrirai. Je profiterai de mon jardin. Quand je serai plus vaillant, je m'occuperai de mes quelques oliviers.

Je pense que c'est mon premier gros échec professionnel. J'espère que la machine se remettra en route. Pour l'instant, je suis la Redbull de Verstappen sur ce premier grand prix : arrêt net. Plus de jus... Bon, je ne sors pas d'un titre de champion du monde non plus...

samedi 26 février 2022

Galia est morte

Le titre dit tout. Et la tristesse qui va avec.



Internet est fantastique et il y a eu une mobilisation qui nous a beaucoup touché avec mes beaux parents. Elle a été retrouvée sur un chemin pas loin de chez eux. Endormie pour toujours.

Le matin elle était dans mes bras. Le soir elle est morte seule. Elle a passé la nuit dehors, sans vie. Elle aurait pu mourir à Roquemaure mais a attendu d'être dans son Forez pour tirer sa révérence.

Mes enfants sont partis au ski avec mes parents ce matin sans savoir qu'elle avait disparu pour toujours. Ils ne la reverront plus. Ils l'ont toujours connu. 

Nous n'avons pas perdu "qu'un chien". Mes enfants ont perdu leur grande cousine. Nous avons perdu quelqu'un de la famille. Mes beaux parents sont comme nous, inconsolables.  
L'année est difficile. 

vendredi 25 février 2022

Portée disparue :( (Galia)

Je laisse à d'autre écrire sur la Russie. Depuis hier soir, Galia, qui accompagne mes beaux parents et nos vies (elle a 6 mois de plus que bébé Faucon) a disparu. 

Hier matin elle était au creux de mes bras. Ce soir, nous ignorons où elle est. Si elle est encore vivante. Nous ne savons pas.



Elle a quitté la maison de mes beaux parents vers 20 heures et n'est jamais rentrée. Ce n'est pas une chienne fugueuse. Mon beau père, 1er adjoint, a fait ce qu'il a pu. Une amie implantée dans les associations de protection animale m'a offert son aide et son réseau. 

Pendant une partie de la journée les enfants pleuraient. Moi aussi. Je recevais aussi des scuds de mon boulot. Mais je m'en fous. 
Un des gars de mon équipe a perdu son beau-père. Moi j'ai perdu notre chien... La douleur reste la même. 



Cette semaine a été dure. Au boulot, ma hiérarchie s'est occupée de bien continuer à m'humilier et à me démotiver. La santé n'est pas au top. 
J'ai vu mon ancien chef dans un vilain état, avec 10 kg de moins et une opération programmée. Le stress dans notre entreprise est en train de nous tuer à petit feu. 

Mais de cela je m'en fous. Dans ce billet il y a la première photo de Galia, et la dernière que j'ai prise. Je pense que je vais être inconsolable pendant un long moment...



mercredi 23 février 2022

Parrain marraine


Le dernier billet de mon ami Nicolas, avec encore un titre excellent (parrainage de raison) pose la très bonne et sempiternelle question des parrainages. Un marronnier de l'élection présidentielle.

La candidate que je soutiendrai aux législatives dans ma circonscription écrivait sur son Facebook que dans notre circonscription, seuls 7 maires sur 53 avaient donné leur parrainage. Elle se demandait s'il ne serait pas nécessaire de changer la règle rapidement pour ne pas laisser aux démagogues le soin de jouer les pleureuses, avec tous les risques qu'il en coute. 
Sur la forme, je ne suis pas favorable aux changements des règles électorales à deux mois d'une échéances. Cela fait cinq ans que chacun sait qu'il faut 500 signatures. 

Par contre, je lui écrivais en commentaires mes quelques modestes réflexions :
- Le candidat du PCF Roussel a ses parrainage, et pas le bruit et la fureur Mélenchon. Hidalgo et le PS aussi, pas Taubira pourtant qui devait sauver la gauche. Il y a peut être quelques réponses. Des candidats "sérieux", et des moins sérieux... (je n'ai jamais pensé que LFI était très sérieux)
Le parti communiste français, qui ne fait pas dans le wokisme, le racisme et l'outrance, mais reste comme le PS un parti de gauche républicaine, n'a pas de problème d'ancrage local. 
Et finalement, si la gauche de la gauche est divisée, est ce un problème pour la démocratie ? Ceux qui voulaient voter Mélenchon iront voter Jadot, Hidalgo, Lutte Ouvrière... 

- Ma candidate LR a eu sans problème ses parrainages, sans doute sommes nous sérieux aussi,

- Si l'extreme droite n'était pas divisée, elle aurait aussi ses parrainages. D'ailleurs, certains oui ont donné pour le Pen hier donnent pour Zemour. C'est vrai. Mais bon, l'extrême droite est divisée. Est ce un problème pour la démocratie ? 

- Lutte Ouvrière a toujours ses 500 signatures... J'allais dire plus haut qu'il n'y a peut être pas de place pour deux extrêmes droites, mais quand nous voyons le nombre de candidats d'extrême gauche à chaque élection...

Je me souviens que mon premier maire avait donné en 2002 une signature qui lui a posé soucis. Le maire tient sa légitimité de l'élection, mais aussi du mandat donné au suffrage indirect par les élus de son conseil municipal. Qui ont comme lui une légitimité.

Je sais que certains maire ont demandé à leur conseil municipal à qui donner un parrainage. C'est une idée.

J'ai une proposition que j'avais quand j'étais élu. Je ne suis pas favorable au fait que tout citoyen puisse parrainer. Mais chaque élu (municipal, départemental, régional, parlementaire), qu'il soit maire, adjoint, opposition, devrait pouvoir donner un parrainage.
Quitte à augmenter et passer de 500 à plus, le corps de parrains marraines augmentant considérablement.

L'excellent maire de Cannes a donné son parrainage à Mélenchon, ce qui est honorable (que n'aurions nous pris chez LR s'il avait donné à Zemour ou Le Pen...). 

Par contre non, ne changeons pas les règles du jeu a 40 jours du scrutin. Tant pis pour Mélenchon, Le Pen et Zemmour s'ils ne sont pas prêts et s'ils ont fait preuve de négligence. De la part de Mélenchon, qui préfère parader et faire le clown qu'être réellement sérieux, tant pis pour lui. 

(PS : la photo avec le mauvais iPhone 4 devant est une photo du baptème de mon premier... Elle a 11 ans cette photo de la ruche à dragées. Sarkozy était au pouvoir, c'était bien)

dimanche 20 février 2022

Réflexions d'un dimanche soir de février...

Dimanche soir... Toujours la boule au ventre alors que j'écris ce billet, un verre de whisky à la main. Les beaux parents sont venus aider leur fille toujours pas en forme : la fracture du pied en ce début d'année est pénible...
Elle n'a pas pu profiter des couleurs de ces jours qui rallongent. De ces quelques amandiers en fleur. Elle marche difficilement... 

Elle est arrêtée depuis le début de l'année. Moi je reprends demain en télétravail. J'ai la "chance" de bénéficier encore de cette possibilité. Ensuite, vu qu'apparemment il n'y a plus de Covid, il y aura "assouplissements des règles sur le télétravail".
J'adore ce mot "assouplissement" qui en fait ajoute des contraintes sur les salariés. Quand le prix des carburants explose, ça me gonfle de retourner au bureau alors que je suis plus efficace chez moi. 




D'ailleurs j'ai reçu la facture de gaz Engie. Je consomme moins que l'an passé, mais la facture double. Mon salaire non... Je m'appauvris. Je bosse plus de 10 heures par jour, mais je m'appauvris. Ca me gonfle.

Et pourtant Macron est à 26% d'intention de vote. Tout va bien...
Elisabeth Guigou (qui représente pour moi le pire de la politique, parachutage à Avignon et retour à Bondy) rejoint Woerth, Pompili et Le Maire. La soupe est bonne...

Dans mon camps, oui, Valérie Pécresse a loupé sur la forme son discours la semaine dernière. Je me souviens de "car c'est notre projet" ridicule. Depuis, le président fait des beaux discours, avec des mots compliqués. Dommage qu'il soit entouré d'opportunistes. 
Je préfère une Valérie Pécresse moins brillante dans le discours, mais qui ré-établiera une politique fiscale juste, et entourée d'une équipe de gens fidèle et fiable. Je préfère Barnier, Bertrand, Jacob, Ciotti, Aubert, Boyer, Morin et Retailleau à une bande d'opportuniste qui ont couru derrière les postes.

Et une victoire qui reste volée. Merci le Canard Enchainé... 




Bon, c'est dimanche soir. Demain la semaine reprends. Comme à chaque fois, j'espère qu'elle "ne se passera pas trop mal"...

dimanche 13 février 2022

Campagne sous le signe de la trahison

Un certain malaise depuis que la campagne s'est enflammée... Voir ces trahisons de femmes et d'hommes qui n'ont aucune parole. Aucune colonne vertébrale. Allez là où il y a le plus à manger, voler au secours de la victoire...

Eric Woerth, Stéphane Ravier, même combat. Des gens qui n'auraient été rien sans leurs familles politiques. Et qui s'en vont au plus offrant. 

Sans honte. Valérie Pécresse est trop droite ? Bon ben va manger la future soupe avec Bartolone et Rebsamen qui viendront prochainement rejoindre la Macronie, ce pays d'opportunisme et de gens dont la loyauté fait mal au ventre.
Et surtout garde le beurre et l'argent du beurre. Ne pas démissionner de son mandat qu'il tient des Républicains est d'une petitesse laide. 

Gilbert Collard m'a vraiment mis mal à l'aise de la manière dont il a théâtralisé sa trahison vis à vis de Marine Le Pen. "Je vais aller me baigner dans une petite rivière à côté de chez moi dont j'ai oublié le nom...". Moi, comme un con, je pensais au Gardon. Non, le "Rubicon". 
Je ne pensais pas le dire un jour, mais j'ai eu, ces derniers jours, de la tendresse pour Marine Le Pen. 

Je n'oublie pas que j'avais 17 ans quand mon mentor en politique, Charles Pasqua, a trahi Jacques Chirac. Il m'a expliqué le pourquoi après, mais malgré que je n'avais pas le droit de vote encore, je lui en voulu. Mais il est resté en famille...

Par contre, le renouveau c'est Bruno Le Maire, Gérald Darmanin, l'ancien organisateur de la primaire de la droite Thierry Solère... Ca c'était de la haute trahison. Et ils en sont fiers. Barbara Pompili aussi, qui est allée à la soupe pour revoir repartir le programme électro-nucléaire civil. 

Fidélité, Loyauté, Franchise. En politique, autour de Macron, élu par accident grâce au Canard Enchainé, il n'y a rien de tout ça. J'en veux à François Fillon de ne pas avoir été honnête, et si nous avions été pleinement informé lors des primaires, Juppé ou Sarkozy seraient aujourd'hui président de la République. 
Pourtant, le jour du vote, malgré 40°C de fièvre (infection rénale), je suis allé voté Fillon. 

J'ai demandé à mon parti politique de la loyauté lors du processus de désignation du candidat. J'étais plutôt pour Bertrand, mon beau père pour Barnier, mon ami Julien Aubert pour Ciotti. Et nous serons tous loyaux derrière Valérie Pecresse.
Comme je suis loyal et fidèle avec le maire et conseillère générale apparenté socialiste de mon village, qui est mon amie. 

Je déteste ce début de campagne avec ces scénarisations de trahison. C'est abject. Mais l'humain n'a pas que de belles valeurs. 

jeudi 10 février 2022

La limite

Je m'interroge beaucoup en ce moment sur nos propres limites. Notre mur de verre.

J'ai beaucoup écrit sur la souffrance au travail. Ma souffrance. Juste changer le point de vue : est ce la société qui n'est pas faite pour moi, ou moi qui n'est pas faite pour ces règles du jeu ? Ne suis je pas au delà de mes limites, ce qui a un impact fort sur ma santé, mon moral, et ce que je suis ? 
Mon médecin m'a trouvé psychologiquement top. Mais physiquement et moralement à plat. Juste un être humain, avec ses limites. Qui tente de garder la tête hors de l'eau.

Mon épouse a le pied cassé. Ma hiérarchie attend un moment pour me mettre une balle dans la tempe. Syndicalement chez moi on arrive à un niveau ZAD. 

Je m'en veux d'embêter des gens que j'aime, qui ont une campagne présidentielle à gérer. Moi, j'ai juste à être aligné avec moi. Je n'y arrive pas.

La limite. Le mur de verre. Je ne serai jamais maire ou député. Déjà je suis mari et père. C'est déjà super. 

Accepter ses limites. Se dire que le Pont du Gard, on le regardera toujours d'en bas. Si c'est avec mes enfants... Ca me va.
J'aurais aimé l'apporter à quelqu'un, j'essaierai de faire en sorte qu'un autre lui offre. 


dimanche 6 février 2022

Janvier 2022 en photos

Oui je suis un immense fainéant. Pas envie de blogguer. Ce weekend, bébé 1 était à Paris Bercy voir le judo. Le judo club de Roquemaure a fait son effet et je posterai des photos. Je suis fier d'eux et heureux pour mon fils.

Je viens de décharger les quelques photos de Janvier de mon iPhone. 

La première de l'année est tout un symbole. La photo des pharmacies de garde. Tomber sur un Covid pénible le 1er Janvier donne le ton de l'année. 

J'ai l'impression que le mois de Janvier aura été comme ses 10 premiers jours. Une lassitude, entre fièvre, angoisse, et tout le reste. Je ne parle pas boulot. Pas ce dimanche soir. 


Cela faisait 40 jours que je n'avais pas retrouvé mon bureau... Bon, le moment Covid était chouette. Le retour pénible. Pour l'instant, mon entreprise (qui traverse un mouvement social sans précédent...) ne veut pas stopper le télétravail. Omicron est pénible. 

Nombre de collègue l'ont ou l'ont eu, leurs enfants, leurs compagnons... Bref c'est le bordel. 


Et pendant le Covid Falconette a eu la délicatte idée de se casser le pied. 6 semaines d'arrêt. Je suis casse couille, casse pied, mais je ne pensais pas à ce niveau là... 

Un "irritant", un de plus...

Puis y a le sport. A Mon Petit Gazon je n'ai plus de gardien de but (j'ai tout misé sur ceux de St Etienne). Par contre je marque pleins de buts. Vis ma vis de parieur sportif, cette semaine a été une bérézina. Dortmund humilié, Zverev qui se plante, Manchester et Benfica qui perdent à domicile...
Pour vous dire, des weekends sur 5 ou 6 € pariés j'en gagne 8 ou 9. La sur 8€ j'en ai gagné 1,7... Merci Strasbourg. J'attends les matchs portuguais. 


Billet de rien. Je n'ai plus ni le temps, ni à vrai dire l'envie d'écrire. Pourtant encore un peu partager. Essayer.