jeudi 18 juin 2009

Soupirs d'un 18 juin...

Il y a longtemps, longtemps, le 18 Juin était la date symbole d’un renouveau. La France n’était plus la France. Et l’espoir avait disparu. Une renaissance venait de l’autre coté de la Manche, et il réapparu l’espoir. Il réapparu.
Attention, ce billet va être très personnel. Je vous préviens d’avance : si vous voulez une grande analyse politique, ou des blagues de boules, revenez demain. Aujourd’hui, je vais gémir sur mon nombril… Mais j’ai le droit. C’est mon blog (et j’écris ce que je veux dedans), et en plus c’est un 18 juin… La Saint Léonce…

J’avais l’impression, hier soir en me couchant, que tout s’était écroulé sous mes pieds. Il y a l’OM bien sur, le départ de Pape Diouf et la victoire des opportunistes qui détestent l’OM. J’ai peur du futur, très peur. Peur que Marseille l’an prochain soit le Saint Etienne de cette année, et peur que le club disparaisse.
Mais ça n’aura été qu’une pierre de plus d’une journée qui aura été pour moi la plus difficile depuis bien longtemps. Professionnellement, politiquement, humainement, personnellement. Très difficile.
Alors aujourd’hui, j’ai envie de croire en ce renouveau de l’espoir. J’y crois sans y croire, les symboles sont les bouées de sauvetage de ceux qui n’ont plus grand-chose et se retrouvent au milieu de l’océan… Mais bon…

Quand je suis dans ce pessimisme étouffant, forcément, la mélancolie reprend le dessus. Le 18 juin eu été un jour délicat pour moi, et le début de la fin de beaucoup d’illusion. Je me revois prendre cet « appel téléphonique » du 18 Juin. Une amie (qui était une amie très chère) bien plus jeune que moi, et qui commence à me planter les coups de poignard dans le cœur. Un 18 Juin. Les symboles auront morflé dans cette période. Une joie incroyable le jour de l’anniversaire de Tchernobyl. Et ce qui me reste comme parmi mes plus grandes douleurs un 18 juin, et quelques jours après un 12 Juillet, anniversaire de la victoire de la Coupe du Monde en France…
L’Equipe de France… Robert Louis Dreyfus et Vincent Labrune auront tué le rêve, et peut être l’OM (après l’avoir sauvé pour l’un… quel sadisme, ou incompétence ?). Escalette et Domenech auront tué l’Equipe de France et ce lien d’amour entre un peuple et son maillot. Ces liens d’amour qui disparaissent, ces dates symboles…

Je me suis toujours considéré gaulliste. Le Général de Gaulle reste pour moi le symbole de la France que j’aime. Une France fière de ses valeurs et de son histoire. Indépendante aussi.
Qui sait dire merde quand il est nécessaire de dire merde, fusse t’il cela choque les amis ou les adversaires, à l’intérieur du pays ou à l’extérieur. En résumé, le symbole d’un certain courage, qui fait que quand on se regarde dans une glace, on n’a pas honte de ce qu’on est.
C’est ça, pour moi, le gaullisme, au-delà de toutes considérations politiques, économiques. C’est con, mais je considère le gaullisme comme une philosophie de courage et de respect. Respect des hommes, de ses amis comme des ses adversaires. Respect des fonctions. Respect des valeurs.
Ais je été gaulliste ces derniers jours ? La réponse est non…

Je vais parler de quelque chose dont je n’ai jamais voulu parler sur mon blog. Je n'en reparlerai pas de sitôt. Un moment de ma vie d’élu. Et un moment où je n’ai pas été fier de moi, vraiment pas… Lors du dernier conseil municipal, j’ai été léger, et faible.
J’ai lu tard l’ordre du jour. Parce que beaucoup de réunion (professionnelles et d’élus, ma vice présidence me prend du temps et de l’énergie en ce moment). Parce qu’il faisait beau. Parce que je croyais le connaître. Parce que j’ai été simplement léger, et donc de fait condamnable. Les explications ne sont pas des excuses lorsqu'il y a faute derrière. Et lorsque j’ai lu complètement l’ordre du jour, c’était en séance du conseil, et je suis devenu blanc.

Parmi mes responsabilités, il y a le personnel de la communauté de communes. Je dois être un piètre chef, mais j’aurais une sale tendance à défendre avec un acharnement coupable ceux qui sont ma responsabilité. S’ils ne sont pas à la hauteur, je leur dis, les yeux dans les yeux. Mais je ne tolère pas que d’autres personnes viennent les emmerder. Le rôle d’un chef, c’est aussi celui de fusible.
Le conseil a voté une disposition qui allait à l’encontre d’un de mes employés. Pas directement, mais au final, les conséquences d’une délibération allait toucher quelqu’un qui fait un travail remarquable pour les habitants du village. Et la conséquence risque de me couter cher. Je vais essayer de le rencontrer ce soir, je n’ai pu le voir.
Et je lui dirai, ou pas, combien j’ai été faible, combien j’ai été négligent. Négligeant de n’avoir pas analysé comme je le fais d’habitude l’ordre du jour, long et touffu.
Presque trois heures de conseil, un conseil dur avec une opposition qui voulait arrogante et violente, voulant sans doute faire passer la pilule d’un 7 juin douloureux pour Solférino et Georges Frêche. Et au milieu, une délibération…Je voulais m’abstenir, faire ce geste qui montrait que je prenais ma mission à cœur, à trippe. Quitte à ce que les conséquences « politiques » soient, pour moi, explosives. Mon amie à coté de moi, une gaulliste réelle et fidèle, m’a déconseillé de le faire. Pensant qu’ajouter de l’huile sur le feu risquait de nuire aussi à l’employé que je pensais défendre.
Et surtout parce que cette délibération était, au final, très juste. Et que mon attitude, consistant à défendre coute que coute ceux dont j'ai la responsabilité hiérarchique, n'est pas forcément la meilleure... une délibération juste qui va dans l'intérêt général donc, mais qui aura une conséquence dure pour quelqu'un qui travaille bien... Et moi au milieu. Soupir énorme...
Et donc rien au final. J’ai voté pour en ne levant jamais la main. Et le soir, j’étais mortifié par ce que je considère être de la lâcheté, de la négligence, de l’incompétence. Cette chanson que j’ai Youtubifier le lendemain aurait pu m’être chanté : l’incompétence.

Je critique ces députés godillots, qui ont le courage d’une huitre. Je suis pour HADOPI mais je vote contre parce que Jean François Copé me le demande. Je suis gaulliste mais j’écris une tribune pour signaler combien c’est bien de s’essuyer sur les valeurs d’indépendance de la France et aller faire le teckel des américains en retournant dans l’OTAN. Je suis socialiste et je demande d’être solidaire avec la ligne du parti, mais quand ça ne m’arrange pas, je vote différemment.Et moi là dedans, je suis quoi ? Je vaux vraiment mieux que Lang,
que le député Gorges, que Michelle Alliot-Marie, que Yves Jégo ?
J'ai montré que non...

Ce soir, j’irai à la cérémonie du 18 Juin, dans mon village. Depuis plus de 10 ans, je n’en ai loupé aucune. A l’époque, je voyageais souvent, pour mon travail. Aussi, j’ai fait des cérémonies à Lyon, quand j’étais jeune étudiant à l’ECAM. A Marseille, à Nîmes. Mais aussi à Paris, à Gien, à Saint Quentin, à Saint Valéry en Caux, et à Blayes enfin. Ce soir, ça sera ma deuxième dans mon village. C’est tout. Je féterai aussi l’anniversaire d’une amie, celle qui est à coté de moi en conseil… Elle est née un 18 Juin.
J’aurais aimé être né un 18 Juin… Puisque la philosophie que j’aimerais essayais de suivre, et dont j’aimerais être digne, est né ce jour là…


J’avais dit que je parlerai de moi aujourd’hui. Je finis l’écriture de ce billet, qui paraitra plus tard dans la journée, avec quelques frissons dans les poignets. Hier, j’ai donc perdu un compagnon gaulliste, un peu plus vieux que mon père (ils se connaissaient, ce compagnon a eu une aventure avec ma tante…), et qui a l’âge de mon maire. Et j’ai perdu un peu de fierté quand je me suis regardé dans la glace pour me brosser les dents…
Un ami qui lit mon blog m’avait dit « on n’imagine pas ce qui se cache derrière le garçon sans allure que tu es ». Sans allure… Depuis le début de la semaine, c’est évident... Mais même derrière, en ce moment y a pas pléthores de qualités...

Sinon, pour finir sur un peu d’humour, Christine Albanel annonce qu’elle est prête à continuer. Je parlais de fierté personnelle, et de respect de ses convictions et de ses valeurs. Christine Albanel est de ces personnes qui en sont totalement dépourvues. J’espère ne pas ressembler à elle.
J’espère plutôt avoir la sensibilité du Coucou de Clavier, qui aura écrit l’un des plus beaux billets de Juin sur la blogosphère…

C’est le 18 Juin. J'ai mis les fiers Aiolos et son disciple. Mes autres références, Saint Seiya... Reprenons des forces et du courage !

8 commentaires:

  1. Mince avec tout ça j'avais oublié que c'était le 18 juin aujourd'hui...

    RépondreSupprimer
  2. bon allez, tiens un truc sur le Général de Gaulle (ça se lit de haut en bas)

    RépondreSupprimer
  3. Quand on est élu il est bien d'avoir toujours en ligne de mire l'intérêt général.
    Et la délibération pour laquelle tu as voté pour va dans ce sens là, quelque part tu ne t'es pas renié.
    J'ai la même réaction que toi, les personnes qui travaillent sous ma responsabilité, je ne souhaite pas que quiconque autre que moi aille leur chercher des poux dans la tête.
    Mais voilà, le sens de la collectivité devrait toujours l'emporter sur les intérêts privés.
    Si la délibération allait dans ce sens-là, dors tranquille :)
    Si la personne qui travaille bien pour la collectivité est titulaire, elle ne risque quand même pas grand chose, et puis tout peut s'arranger ... avec le temps.

    RépondreSupprimer
  4. Cher faucon,
    ne sois pas pessimiste en ce jour mémorable ou un petit gémeaux est née: votre illustre servante:) jour mémorable d'un appel mémorable, bréf une mémorable date. Je t'offre une de mes bougies et en les soufflants ce soir mes pensées t'accompagneront, c'est la saint léonce en plus,alors fais un large sourire amigos, être élus cela implique de grandes responsabilités et des décisiosn pas toujours en osmose avec avec ses convictions et ses valeurs tant que cela ne remets pas en cause ton intégrité tout va bien. Je suis certaine que tu fais un excellent travail,faire de son mieux et s'améliorer, c'est déjà plus que beaucoup!

    RépondreSupprimer
  5. Polluxe : et oui ! j'étais pas trop sur le net hier remarque...

    Gael : merci :)

    Fleche : c'est bien aussi d'être en phase avec ce qu'on pense, ses convictions, sa manière d'être.

    Vezatz : joyeux anniversaire !!!!

    Nicolas : Anéfé ! Et bon séjour breton

    RépondreSupprimer
  6. pour une fois qu'il y a un élu qui ne se fout pas du personnel ! Il n'y a pas peut-être pas de quoi pavoiser personellement mais le pavoisement des bâtiments ce jour là, c'est bien pour rappeler que l'intérêt général de la Nation était supérieur à la facilité d'une planque individuelle. Et le fait de rencontrer la personne courageux.

    RépondreSupprimer
  7. non Thais. Le 18 Juin, une personne n'a pas pensé qu'à elle. Et résister veut dire quelque chose qui prend aussi son essence un 18 Juin.

    Et pour le personnel... On ne peut pas mettre une politique en application sans des gens pour la mettre en oeuvre. Respect pour les fonctionnaires et employés municipals ? C'est une base inévitable ! Sans ça, rien de possible.

    Bon dimanche

    RépondreSupprimer

Bienvenue dans ma maison.

Ici, Le respect qui accompagne la critique et le débat est le bienvenu. Insulte ou attaque personnelle (sur moi ou autres) non. Et il est interdit de venir casser les couilles du taulier que je suis (et des autres commentateurs).

Anonymes, passe ton chemin.
Tu peux t'inscrire avec un compte Blogger ou en t'inscrivant à plein d'endroit... C'est bien de savoir avec qui on discute...