mardi 27 juillet 2010

Mon papy est parti ce soir...

« Il ne passera pas la nuit ». Cela va faire un peu plus d’une semaine que je l’entends, cette phrase, à propos de mon papy. Mais aujourd’hui, quand mon médecin, mon ami, m’a fait comprendre au téléphone qu’il ne passerait sans doute pas la journée, j’ai pensé qu’il avait peut être raison… Il avait raison.
Mon papy est mort ce soir, vers 18h50. Le 27 Juillet 2010... A 88 ans…

Mon papy est malade depuis un moment. En Mars, une opération du cœur, qui ne lui aurait pas été faite il y a encore quelques années à son age, lui a donné un sursis. Mais des infections à répétitions, une sorte de leucémie à la con, et pleins d’autres choses, ont eu raison de sa santé. Aujourd’hui, l’histoire est être terminée…Hier je lui avais parlé, pour la dernière fois…

Je n’avais jamais vraiment connu, avant cette année, la mort d’un être très proche. J’ai perdu des amis déjà, à qui je pense très souvent. Quand je regarde SaintSeiya, ou jouer les Girondins de Bordeaux. Mais des très proches, non.

Cela a commencé cette année… Le 26 Mars 2010, je quittais l’apéritif de l’association de la Saint Valentin. J’ai dit au revoir à mon Maire, à mon ami. A Guy. C’était son prénom.
Je lui ai dit au revoir, c’était 20 heures, j’avais bu un verre de whisky, j’avais avant couru une heure après près de trois mois d’arrêt, j’étais très fatigué. Lui m’a dit qu’il partirait peu de temps après moi. Et on s’est dit à demain… Sauf qu’il n’y a jamais eu de lendemain…

Pile quatre mois après, mon papy a rejoint Guy. Ils s’appréciaient énormément.

Enfin si, il y en a eu un. Où j’ai grandi d’un seul coup. Cet homme, qui était à la fois un grand frère, un papa, un ami, un modèle, était parti pendant la nuit. Cette fois sans me dire au revoir… Je savais que personne n’était immortel… Mais putain, s’en rendre compte ça fait mal. Ca fait très mal.

Hier soir, mon papy m’a dit au revoir. Il n’était pas bien du tout. Il souffrait. Et moi, j’étais droit, devant le lit. Je tenais sa main. Ma mamy était là. Et je ne disais rien, je ne savais pas quoi dire. Mon papy m’a dit qu’il ne viendrait pas à mon mariage. Oui, je me marie fin Aout (avec Falconette oui, j’en ai pas cherché une autre depuis…), mais c’est une autre histoire… Juste pour rendre celle d’aujourd’hui encore plus difficile. Et il me disait au revoir. Et moi de lui répondre « à demain »… Tu parles à demain… On est con quand on ne sait pas quoi dire à quelqu’un qu’on aime qui vous dit adieu.
Aujourd’hui, c’est fini. Après avoir passé la pire nuit depuis sa fin de vie. Il a passé la journée sous un mélange de Valium et de Morphine. Le médecin remplaçant est venu ce matin pour calmer ses douleurs. Et il a appelé mon médecin pour lui dire que ce n’était qu’une affaire d’heure… Une affaire d’heure.

Alors j’attends. J’irai peut être au boulot demain. Peut être pas. Probablement pas. Sur les blogs sans doute, quoique… Et je me sens comme un con. J’ai envie de pleurer, mais les larmes restent au niveau intérieur des yeux, et ne sortent pas. C’est marrant comme ça fait, comme une sorte de barrage à deux balles. Depuis la mort de mon ami, je ne sais pas si j’ai pleuré une fois…
Enfin, les digues vont bientôt se fendre… Sans doute dès que j’aurais cliqué sur « publier » pour ce billet.

Pourtant, je contemple la chance que j’ai eue. Je n’ai pas été proche de mes grands parents paternels, que j’ai peu connus. Mon grand-père est mort j’étais jeune. J’ai mieux connu ma grand-mère paternelle, partie alors que j’avais 26 ans.
J’ai 32 ans aujourd’hui. Mon papy et ma mamy, qui habitaient (et habitent toujours) à coté de chez mes parents, sont encore là. Enfin, était pour mon papy. Ma mamy est fatiguée aujourd’hui, mais elle a tenu le coup jusque là. Ca a toujours été la plus fort des deux.

J’aurais profité d’eux, et j’ai la tête, et le cœur surtout, pleins de souvenirs. Du dernier Noël qu’ils ont passé chez nous l’an passé, à ces soirs où mon papy m’amenait voir les lapins les soirs d’été au bord du Rhône. En passant par les soirées de foot où lui et ses copains retraités fumaient devant l’OM de Papin et Waddle en Coupe d’Europe, ces matchs sur Canal + où j’ai appris le football.

La fin de l’histoire était écrite. Guy est mort le 27 Mars, mon papy l’aura suivi 4 mois plus tard… Et demain sera le jour de mon mariage à j – 1 mois… Symboles à la con, vraiment…
Je sais que mon papy m’aimait vraiment. La réciproque était on ne peut plus là. Ce soir, je suis juste très triste. Très…

La fin d'une histoire où j'aurais vraiment aimé le héros principal...

41 commentaires:

  1. Toutes les sincères condoléances d'un "vieux routard de la mort des proches" (forcément, hein, à mon âge...).

    Je n'ai pas de conseil à vous donner, bien entendu, mais, si j'en juge d'après cette foutue expérience que j'ai, je vous donnerais bien celui d'aller bosser demain...

    RépondreSupprimer
  2. Mes sincères condoléances.

    Il y a quelques mois, ma dernière grand-mère est partie. On se sent si seul dans ces moments-loà même si on est entouré...

    RépondreSupprimer
  3. peu de mots peuvent apaiser la douleur de l'absence. Condoléances
    aspi

    RépondreSupprimer
  4. Mes condoléances Falconhill.

    RépondreSupprimer
  5. Kikoo,
    de tout coeur avec toi!
    biz

    RépondreSupprimer
  6. de tout coeur avec toi

    RépondreSupprimer
  7. On ne se connait pas dans la vraie vie, on se côtoie sur le net depuis très peu et pourtant je voulais t'apporter mon soutien, si insignifiant qu'il soit.

    Je ne sais pas ce que ça fait de perdre quelqu'un de très proche, j'ai des amis qui sont morts, des connaissances. Je ne veux pas les regretter, la vie est ainsi faite, je suis content de les avoir connu et d'avoir des souvenirs d'eux. Je souhaite que ce soit de même pour toi.

    RépondreSupprimer
  8. mes condoléances Falconhill.

    RépondreSupprimer
  9. Toutes mes pensées pour toi, et son épouse

    RépondreSupprimer
  10. Mes pensées sont avec toi en ces moments douloureux. Courage l'ami.

    Sincères condoléances à toi, tes parents et ta mamie qui a énormément besoin de soutien.

    A bientôt, ici ou ailleurs

    RépondreSupprimer
  11. Mes sincères condoléances, Falcon. Je crois que le meilleur remède à une douleur pareille, c'est de continuer la vie. Il y a, en plus, tant de choses triviales et tellement indispensables à faire dans ces cas, dont on ne peut pas se détourner…

    RépondreSupprimer
  12. Mes condoléances, sincères. Après lecture des commentaires des copains, je ne vois pas ce que je pourrais ajouter. On est avec toi...

    RépondreSupprimer
  13. Mes sincères condoléances. Hélas, la mort fait partie de la vie. C'est inéluctable. Je suis heureux pour toi que ton grand-père et toi ayez eu une relation forte. C'est quelque chose de rare et précieux.

    RépondreSupprimer
  14. Désolé pour la perte de cette personne qui t'est chère.
    C'est une année difficile que tu vis là, et je ne peux m'empêcher de t'encourager à tenir bon.

    RépondreSupprimer
  15. Toutes mes condoléances pour cette perte douloureuse. Je pense très fort à toi et à ta famille, et dis toi aussi que ton grand-père, à présent, se repose, qu'il est serein, et qu'il est enfin débarrassé de ses maux.

    Gros gros bisous.

    RépondreSupprimer
  16. Condoléances Falcon.

    elmone

    RépondreSupprimer
  17. Je pense bien à toi et à ta famille dans cette épreuve. Désormais il est en paix, il ne souffre plus et veillera toujours sur toi...

    Toutes mes condoléances mon ami...

    Chibi

    RépondreSupprimer
  18. Merci à vous tous les copains, les amis.

    Bon, aujourd'hui je vais bien. Impression d'avoir choppé une grippe d'enfer, ou qu'un train m'est roulé dessus, mais bon... COmme on se faisait la reflexion avec Falconette, vu tout ce que je fais c'est normal (je cours sur des trains, j'escalade des ruines, normal que je sois crevé... oui j'ai acheté Uncharted 2...)

    Plus sérieusement, pour répondre à Didier, je n'irai pas travailler aujourd'hui. Du boulot à faire, pour préparer la journée de demain qui sera très difficile par contre...

    Après, qu'on se connaisse bien ou pas, merci de vos mots. Le net est parfois, souvent, un échappatoire à une certaine douleur. Et ce billet, c'était un peu ça... Ecrit à la hâte, ce qui y a avait dans le coeur. C'est mieux que d'aller parler à un docteur du coeur, et c'est bien d'avoir des bons copains...

    JFK devrait se dire que malgré l'immense nombre de cons qu'il y a sur le net, il y a quand même une majorité de gens biens, avec qui c'est bien de bloguer.

    Merci à vous. Sincérement.

    RépondreSupprimer
  19. il n'y a pas de fin faucon. Ton papy vit en toi. Tu es la continuité et quand ton enfant naîtra, il lui ressemblera..... bises

    RépondreSupprimer
  20. Pensée pour vous, et longue vie à vos souvenirs...

    RépondreSupprimer
  21. Mes sincères et profondes condoléances

    Quelle richesse d'avoir profité de ses grands-parents, quand la douleur de la perte s'atténuera, je suis sûre que c'est ce bonheur qui restera. Courage.

    RépondreSupprimer
  22. Oh !

    Je viens de découvrir...

    On est avec toi, Falcon !

    Du fond du cœur.

    RépondreSupprimer
  23. Sincères condoléances Falcon.
    Garde bien tous ces souvenirs avec toi et profite de tes amis^^

    RépondreSupprimer
  24. ChristineB28/7/10 23:36

    Union de prière.

    RépondreSupprimer
  25. De tout cœur avec toi.

    RépondreSupprimer
  26. Toutes mes condoléances. Je suis avec vous, au moins par la pensée.

    Amicalement,

    RépondreSupprimer
  27. Condoléances sincères...Courage. J'ai vécu cela il y a peu et oui, le net est un des moyens de partager, d'exprimer et de recevoir...

    Bises

    RépondreSupprimer
  28. Je pense à vous.

    RépondreSupprimer
  29. Condoléances. J'avais pas vu.

    RépondreSupprimer
  30. Je découvre ton billet seulement ce soir et je voulais juste te dire que j'étais de tout coeur avec toi. Je te présente toutes mes condoléances et te souhaite beaucoup de courage.
    Amicalement.

    RépondreSupprimer
  31. Ai vécu la même chose il y a une année et vais le revivre à nouveau ce week-end.
    Mes pensées t'accompagnent.

    RépondreSupprimer
  32. Une pensée à toi et à toute ta famille pour ce moment douloureux.

    RépondreSupprimer
  33. Je suis en retard pour le message mais pas pour la pensée amicale pour toi lorsque j'ai lu cette triste nouvelle sur le billet de Cuicui.

    Je n'ai connu qu'un seul de mes grands parents et il est mort quand j'étais encore enfant.

    Malgré la douleur qui est la tienne, tu sais la chance que tu as eu de vivre ces moments (de football, entre autre) entre autre avec ton papy.

    Peut_être un peu de la même émotion que j'ai en voyant mes jeunes enfants jouer avec mes vieux Legos. Transmission, transmission ...

    Courage et à bientôt.

    Paz y Salud !

    Zgur

    RépondreSupprimer

Bienvenue dans ma maison.

Ici, Le respect qui accompagne la critique et le débat est le bienvenu. Insulte ou attaque personnelle (sur moi ou autres) non. Et il est interdit de venir casser les couilles du taulier que je suis (et des autres commentateurs).

Anonymes, passe ton chemin.
Tu peux t'inscrire avec un compte Blogger ou en t'inscrivant à plein d'endroit... C'est bien de savoir avec qui on discute...