vendredi 23 octobre 2020

Tu ne la croiseras plus tous les matins...

 Non Johnny... Déjà tu n'es plus là et tu nous manques.

Mais non, tu ne la croiseras "plus tous les matins, à 5h40, elle prend son train, et toi tu rentres". On est dans le couvre feu... Tu ne rentreras pas, elle ne partira pas...


Jean-Jacques nous manque aussi. La lumière te fait peur Jean-Jacques, mais tellement de gens t'aiment et ont perdu des lumières.

Ce soir je peux encore sortir. J'ai pas envie. En pyjama. Envie de regarder un concert de Johnny avec les enfants. 

Je la croise tous les matins, cinq heures quarante.
Elle va prendre son train et moi je rentre.
Elle commence sa journée toujours à l'heure.
Moi, la lumière me fait peur.
Elle a cette assurance inaccessible
De ceux qu'ont de la chance de naissance.
Elle est belle comme les filles du jour
Comme celles qui n'ont rien à cacher
Et moi j'attends toujours, avant de rentrer, juste pour la regarder.
A la voir on devine des enfants coiffés, un homme, l'odeur du café
La vie qu'on imagine, avant de plonger, celle que je n'aurai jamais
Et moi je me sens misérable, sali des fumées de mes nuits.
Moi je suis né coupable, coupable d'envies, son monde est interdit.
Je maudis les fins de semaine quand les autres me l'ont volée
Jusqu'au lundi matin, cinq heures quarante.
Elle va prendre son train, et moi je rentre.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Bienvenue dans ma maison.

Ici, Le respect qui accompagne la critique et le débat est le bienvenu. Insulte ou attaque personnelle (sur moi ou autres) non. Et il est interdit de venir casser les couilles du taulier que je suis (et des autres commentateurs).

Anonymes, passe ton chemin.
Tu peux t'inscrire avec un compte Blogger ou en t'inscrivant à plein d'endroit... C'est bien de savoir avec qui on discute...