vendredi 10 septembre 2010

Les 5 raisons pour lesquelles Sarkozy pourrait être réélu... (par JFKahn)

J’avais parlé, la semaine dernière, des 10 boulets de Nicolas Sarkozy. Devant rendre sa candidature pour 2012 très compliquée. C’était un article intéressant du Point d'il y a deux semaine, qui était suivi tout de suite derrière par une tribune de Jean-François Kahn : « Cinq raisons pour lesquelles Sarkozy peut être réélu ».
J’aime beaucoup Jean-François Kahn. Moins aujourd’hui Marianne, le magazine qu’il a crée et auquel je ne me réabonnerai pas. Mais JFK, je l’écoute et le lis toujours avec intérêt. Son blog, d’ailleurs, me manque un peu (mais normalement au 10 Septembre il doit prendre position...).

Voyons voir les cinq raisons qu’il met en avant…

1 – C’est le candidat sortant.
Jusque là, oui, et ? Et ben il y a avant lui les précédents Mitterrand, balayé en 86 mais réélu brillament deux ans plus tard, et surtout Jacques Chirac… En 2002, au sortir de 5 ans de cohabitation avec un Lionel Jospin très bon premier ministre (le gars de droite que je suis le pense, malgré des désaccords politiques), Jacques Chirac devait être balayé. Il aura été réélu avec plus de 80% des voix. On me répondra qu’il y a eu un 21 Avril, mais l’histoire se souviendra que Jacques Chirac aura été président deux mandats.

Pour JFK, être sortant présente deux avantages. Elle « permet de se présenter comme professionnel du job », contre un adversaire jugé moins fiable. Et elle permet de « bénéficier du soutien matériel et efficace de l’Etat », même si Mitterrand et Chirac eurent prétendu le contraire…

2 – Plus mauvais président de la Veme République, mais meilleur candidat…
C’est l’avis de JFK. On peut ne pas le partager. Je suis assez loin d’être en désaccord avec lui… Nicolas Sarkozy a été un excellent candidat à mon avis. Volontaire, et volontariste. Dommage que son "Ensemble, tout devient possible" n'ait pas été suivi d'effet, et que les 12 promesses du candidat Sarkozy ne soient restées que des promesses...

3 – L’unité de l’UMP sera totale autour de son chef…
JFK parle de Luc Ferry, qui comme Juppé ou Raffarin descend en flamme Nicolas Sarkozy, son système, sa méthode de gouvernement… Mais annonce qu’il le soutiendra sans aucun état d’âme…
Par contre, pour Kahn, cela sera en face « un concert de dissonances ». Besancenot, Mélenchon, Eva Joly, Bayrou, la gauche et la droite du PS, les intellos progressistes… Voilà toute une liste qui risque de ne pas forcément parler de la même voix que celle du candidat socialiste…

Cela reste encore à prouver. Mais 2002 et 2007 ont montré combien la gauche pouvait être capable des pires divisions, au pire moment...

4 – Nicolas Sarkozy n’est ni pétainiste, ni raciste, ni xénophobe, encore moins un Chavez camouflé. Mais « il ose tout et ne s’interdit rien »...
...Ce qui est un avantage en période électorale…
C’est l’avis de Jean-François Kahn, je le partage complètement. Je m’amuse toujours (parfois un peu moins) de voir la facilité de certains, qui fascisent à tout va tout ce qui ne va pas dans leur sens. Et quand on « un petit peu plus à droite qu’eux », on est forcément fasciste. Chirac était facho, Chevènement était facho. Forcément pour ces mêmes, Nicolas Sarkozy l’est. C’est faux, mais c’est comme ça, c’est ce qu’il pense. Donc ils diabolisent au lieu de proposer. Et donc 2007…

Nicolas Sarkozy ose tout. Certains diront « c’est à ça qu’on les reconnaît », oui mais ça marche d’après JFK. Il conclue cette partie par « à la boxe, un spécialiste des sports de combat a plus de chance de l’emporter sur une cheftaine évangéliste ». Ca déplaira à certains, mais je trouve que c'est un peu (beaucoup) vrai…

5 – Contrôler les médias est un atout déterminant.
Bon, je ne partage pas forcément ce point là. D’abord parce que le mythe « Sarkozy contrôle la presse » m’amuse. On le voit avec le lâchage de cette dernière. Il a beau être le chef de l’audovisuel public, ça ne fait pas une politique.
J’ajouterai que l’exemple du référendum européen de 2005 devrait amener à un peu plus de calme sur ce point là : tous les médias étaient pour le oui, le peuple a dit non. Donc…


C’est l’analyse de JFK. Je trouve que ça complète assez bien les 10 boulets de Nicolas Sarkozy. Mais j’ajouterai un 6eme point, c’est que la situation deux ans avant n’a rien à voir avec celle deux ans après. Lapalisse pourrait me servir un verre de blanc, mais les faits sont là. Eté 2005, quand Sarkozy faisait la gueule à la Baule alors que Chirac entrait à l’hôpital et que Villepin courrait torse nu sur la plage, je n’aurais pas forcément parié sur le résultat…
Et en allant plus avant, l’été 1993 devait nous promettre un deuxième tour Balladur – Delors. On a vu…

Beaucoup font des paris sur les résultats des présidentielles 2012. Attendons. Mais on s’amusera bien d’ici là…

15 commentaires:

  1. "L’unité de l’UMP sera totale autour de son chef…"
    Surement, mais n'oublions pas à droite, le FN qui va surement retrouvé le plein de ses électeurs (les déçus du sarkozysme)et peut-etre Villepin (s'il se présente) qui pourrait lui grappiller qques voix.

    Quand à l'expression "un Chavez camouflé"...comprends pas.

    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  2. Rep, je pense aussi que l'unité sera sans doute imparfaite. Quoique je ne sais pas si Villepin franchira le rubicon.

    Sur le Pen, oui il repartira à la hausse. Je n'oublie juste pas que beaucoup de ses voix en 2002 provenaient aussi de la gauche de la gauche.

    Sur Chavez déguisé, faudra demander à JFK ce qu'il voulait dire. je pense que dans son esprit, un Chavez est comme un Berlusconi, pas forcément un compliment.
    Et pour moi non plus remarque...

    RépondreSupprimer
  3. Je suis d'accord pour dire que Sarkozy ne contrôle pas la presse. En revanche, il faut dire aussi qu'il pratique au sein de certaines rédactions une forme d'interventionnisme, sans aucune discrétion : ceci a tendance à accroitre ce sentiment.

    Je ne suis pas certain que les présidents précédents n'aient pas versé dans ce genre de pratiques. Ils étaient simplement plus malins, moins arrogants.

    RépondreSupprimer
  4. Dorham : "il faut dire aussi qu'il pratique au sein de certaines rédactions une forme d'interventionnisme, sans aucune discrétion : ceci a tendance à accroitre ce sentiment." --> Oui, totalement.

    Et oui les autres, Présidents, chef de l'opposition, ministre, le faisaient aussi. "Plus malin, moins arrogant", totalement d'accord avec toi.

    RépondreSupprimer
  5. Le premier point est discutable puisque n'oublions pas que Mitterrand et Chirac ont effectivement été réélus mais qu'ils sortaient d'une période de cohabitation et qu'ils pouvaient, en conséquence, se désolidariser des actions du pouvoir !
    A l'inverse,je dirais même que l'expérience montre, qu'en France, il ne fait pas bon d'être au pouvoir puisque, systématiquement les élections suivantes sont défavorables à la majorité en place !

    Ok pour le point 2

    Le point 3 est quand même discutable, il ne me semble pas à exclure que Villepin voire le Nouveau centre vont vouloir profiter d'un Sarko affaiblis pour se présenter. De plus, il est à craindre que le FN ne reprenne du poil de la bête !

    Point 4, tout à fait d'accord !

    Point 5: tout à fait d'accord ....avec toi !
    Il faut arrêter avec ce doux fantasme de gauchistes, qui est que la presse est aux ordres de Sarko !

    RépondreSupprimer
  6. Nico007, tout est discutable (et c'est, je trouve, l'intêret de ce billet : je met en avant des positions vis à vis desquelles je suis aussi critique).

    Et c'est pour ça aussi que JFK est quelqu'un de passionnant. On peut ne pas être d'accord avec lui, mais il amène toujours à la discussion.

    RépondreSupprimer
  7. un autre point, qui pourrait aussi faire le jeu de Sarko : une éventuelle reprise économique à l'horizon 2012. Reprise qui, même si elle n'est que conjoncturelle, même si elle est plus poussive qu'ailleurs, même si elle devra sans doute plus à l'environnement international qu'aux efforts de relance franco-français... sera certainement mise à son crédit.
    Bon, encore faut-il que reprise économique il y ait...

    ps : 1e commentaire ici, pour moi. Et pourtant, nous sommes voisins : regarde, de l'autre côté du rhône, le grand qui agite ses bras : oui, c'est moi qui te fait coucou.

    RépondreSupprimer
  8. Chiffon rouge, bordel, je te vois... (je rajoute un blog dans mon reader)

    Sinon oui, peut être. Mais aura t'elle lieu suffisament tôt pour avoir un effet électoralement parlant ?
    Et si on va par là, l'activité économique bonne d'un pays aurait du donner la victoire à Jospin en 2002.

    Mais oui, c'est un paramètre qu'il faudra sans doute prendre en compte. Je ne sais pas à quel niveau...

    RépondreSupprimer
  9. L'indien10/9/10 19:30

    rien est sur, tout dépend de l'adversaire.

    RépondreSupprimer
  10. L'indien, euh... Bonjour d'abord (non ?)

    Sinon oui, sans doute... (que répondre à autant de certitudes ?)

    RépondreSupprimer
  11. Je suis d'accord avec les 4 premiers points, pas le 5eme (un peu comme toi, certes...).Contrôler les médias est un atout, c'est déterminant dans un régime totalitaire...

    Bon ya peut-être le coup du candidat sortant, je ne sais trop qu'en penser, par contre qu'il n'est pas xénophobe, qu'il aura tout l'UMP avec lui et que c'est un des meilleurs candidats possible (en discours il est grand le petit !), je n'ai aucun doute là dessus !

    RépondreSupprimer
  12. Ce n'est pas ce que dit un sondage publié de fin aout:
    DSK écraserait NS par 59% contre 41% et face à AUbry 53% contre 47% pour NS.

    http://www.20minutes.fr/article/589625/politique-presidentielle-2012-dsk-loin-devant-sarkozy
    aspi

    RépondreSupprimer
  13. Aspi et Val, je redis ce que j'ai répondu à Nico007. Tout est discutable, et c'est l'intêret des tribunes de JFK.

    Ensuite, les sondages 18 mois avant la présidentielles, reprennons nos livres d'histoire récentes...

    RépondreSupprimer
  14. Déjà répondu. J'ai même donné 10 billets (tu n'es pas sur le bol...)

    RépondreSupprimer