dimanche 12 mai 2013

Je ne vous parlerai pas d'elle... (mais sache que, je...)

La première image qui m’est venu à l’esprit, lorsque j’ai eu la triste nouvelle cette après-midi, c’était la cathédrale de Fourvière. C’est con, c’est idiot, mais je me dis qu’après ces 5 ans passés ensemble, sous sa protection, juste en dessous, nous sommes un peu ces enfants…

Je joue un peu le malin, le romantique bête, qui cherche l’image et symbole à chaque évènement, mais non…
Mes premières images, c’était d’abord mon ami à qui je pense très fort depuis quelques jours, quand j’ai su que le sablier commençait à égrener ces derniers grains de sable. C’est lui et sa fille, parce qu’ils restent, et que je les aime vraiment. Je les aimais tous les trois, mais ils ne sont plus que deux. Et bon…

Je me sens con devant mon Blogger. J’ai envie d’écrire quelque chose, mais je n’arrive pas. Et de toutes manières, ce que je pourrais écrire finalement, ça ne servirait à rien. Ca serait lourd, ça serait con, et ça serait loin de ce que je ressens vraiment ce soir dans mon cœur, dans mon ventre.
Mais ce que je ressens, finalement, on s’en bat les alibofis. Ou les couilles (c’est la même chose). Ce qui compte, c’est la peine de mon ami et de sa fille. C’est la peine de leurs parents à tous les deux. 
Ils n'ont jamais mérité ça.

Ce qui compte, c’est que nous sommes un de moins ce soir sur cette Terre. Qu’il y a de quoi être en colère, être réellement « indigné », pour reprendre ce mot à la con qui ne veut rien dire quand il est porté par des pseudos révolutionnaires à deux balles. Parce que bordel c’est pas juste. 
Ce qui compte, c'est qu’il y a de quoi être triste ce soir. Vraiment.

En tous cas ce soir je suis vraiment triste… Je m’en fous de la Cathédrale de Fourvière. Mais le Transbordeur (et le gros Lulu tout nu sur la scène) ou le 3615 pages blanches sur le Minitel, c’est pas joli sur un billet. Et finalement, la Madame qui est sur la Cathédrale, elle aura une personne formidable dont elle devra s’occuper.
Mais si elle a cinq minutes, qu’elle protège aussi ceux qui restent…

C’était un dimanche affreux. Mais ma douleur n’a rien à voir avec celle de ceux à qui je pense.

De celui à qui je pense très fort ce soir… (et qui me pardonnera ce titre à la con, en hommage à une idole commune...)

8 commentaires:

  1. Je comprend tellement, il faut se souvenir des belles choses, mais jamais aisées quand cela arrive, c'est brutal, toutes mes amitiés aussi et mes meilleures pensées, pour toi et surtout sa famille

    RépondreSupprimer
  2. Je pense à toi, très sincèrement.

    RépondreSupprimer
  3. Les mots sont bien peu de choses...
    Des pensées pour toi et pour les proches qui restent...

    RépondreSupprimer
  4. Chienne de vie ...Connaitre ce compte à rebours quand il n'y a plus rien à faire, avoir envie que ça finisse vite et pourtant espérer encore un petit peu un impossible miracle ...c'est vraiment une torture. Pensées amicales pour toi au grand coeur et pour tes amis dans la peine.

    RépondreSupprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  6. Veillez accepter mes condoléances.
    Accessoirement, c'est la première fois depuis au moins cinquante ans que je vois quelqu'un employer le terme "alibofi"...

    RépondreSupprimer

Bienvenue dans ma maison.

Ici, Le respect qui accompagne la critique et le débat est le bienvenu. Insulte ou attaque personnelle (sur moi ou autres) non. Et il est interdit de venir casser les couilles du taulier que je suis (et des autres commentateurs).

Anonymes, passe ton chemin.
Tu peux t'inscrire avec un compte Blogger ou en t'inscrivant à plein d'endroit... C'est bien de savoir avec qui on discute...