mardi 25 octobre 2005

Elisabeth Guigou prend position...

Je suis allé hier sur le site de l'AFP. J'ai lu le titre de dépèche suivante : "Elisabeth Guigou opposée à l'ouverture de capital d'EDF ". Ah ?

Ma premiere réaction, basique, a été celle là : "mais qu'est ce qu'on en a à foutre de l'opinion d'Elisabeth Guigou ?". Puis ma deuxieme réaction fut celle ci : "elle est toujours en politique cette là ?".

Elisabeth Guigou fait parti de ces personnalités politiques que je déteste franchement. Il n'est ici question ni de gauche ou de droite, et encore moins d'idée; mais de manière de faire de la politique. Deux points me gènent particulierement dans le parcours de cette fille de François Mitterand :
* La Mairie d'Avignon : elle, la parisienne, est venue se présenter en Avignon devant le suffrage universel en 2001. Soit, pourquoi pas, elle a le droit. Elle s'est faite battre à plate couture par MarieJosé Roig, se retrouvant ainsi tête de file de l'opposition. Les avignonais ont choisi... Ce qui n'est, en soit, pas forcément une insulte... Sa réaction fut de démissionner de la Mairie d'Avignon (ville dont elle était députée également) et d'aller se faire investir, par son partie, dans la circonscription de... Bondy, en SeineStDenis...

Gerer sa carrière politique ? pourquoi pas... J'ai simplement toujours une pensée pour mes amis socialistes avignonais et vauclusiens (j'en ai quelques uns) qui se sont battus pour une femme qui, à la premiere défaire, les a laissé tomber. Peut on avoir confiance en les convictions d'une personne, et en sa morale et sa fidélité, lorsque l'on voit pareille désertion ? Puis je avoir confiance en un homme ou une femme qui, quelques mois précédant l'élection durant, clame son amour pour Avignon et le Vaucluse, et s'en va se faire élire en banlieu parisienne à la premiere défaite venue ?

* La campagne référendaire... N'allons pas parler de l'attitude toujours intolérante d'Elisabeth Guigou, mais juste d'une phrase, reprise dans de nombreux journaux, qui m'a fait hurler de rire à l'époque... "si le non l'emporte, je quitte la politique".

Il me semble que 55 % des électeurs lui ont envoyé un joli message...

Lorsque un sondage dans le Parisien, la semaine passé, indique que 75% des français ne font plus confiance à la classe politique, et lorsqu'on voit se préparer en 2007 la suite du 21 Avril 2002, je pense franchement que les commentaires et les leçons de personnes comme Elisabeth Guigou ne sont pas forcément ni utiles, ni nécessaires...

Donc pour la politique française, pour sa respectabilité et pour son honneur, par pitié Madame Guigou... Quittez la politique comme vous nous l'avez conseillé, et partez... Pas forcément à l'Ile de Ré (apparement, on en revient facilement), mais quittez la vie politique, les médias... Et le pire, c'est que je suis modestement convaincu que le pays (et le parti socialiste) se remettre ma foi assez rapidement et facilement de votre départ.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Bienvenue dans ma maison.

Ici, Le respect qui accompagne la critique et le débat est le bienvenu. Insulte ou attaque personnelle (sur moi ou autres) non. Et il est interdit de venir casser les couilles du taulier que je suis (et des autres commentateurs).

Anonymes, passe ton chemin.
Tu peux t'inscrire avec un compte Blogger ou en t'inscrivant à plein d'endroit... C'est bien de savoir avec qui on discute...