jeudi 31 janvier 2019

Le premier du premier train

Mon bébé deux prend le tgv, tôt, pour la première fois de sa vie. Il ne sait pas encore ou il va. Bébé Faucon non plus mais il a une idée


Forcément pour Doudou Chien c’est aussi le premier voyage. Pour en prendre plein la vue 

dimanche 27 janvier 2019

Grande tournée En Marche

Franchement ça se voit cette campagne électorale déguisée sous fond de l'argent public, pour promouvoir la sainte personne de Macron et ses apôtres ?



En tous cas si le résultat des gilets jaunes est de voir les listes LREM en tête aux européennes, et le show Macron en direct sur toutes les chaines de télévision, bravo les gars...

Le coup du grand débat pour occuper l'espace médiatique, c'est très fort. Cette imposture politique, franchement, elle restera un modèle du genre... Les conséquences seront dures pour la République, mais bon...

vendredi 25 janvier 2019

Marlène Schiappa et la mort de la politique

Donc Marlène Schiappa animera avec le très distingué Cyril Hanouna une émission sur ce "grand débat" (qui offre un temps d'antenne extraordinaire pour le show Macron, fascinant...). 
Cyril Hanouna qui avait à l'époque animé une émission culte sur Comédie "ils ont montré leur cul". Emission fascinante, où on voyait notamment le jeune Hanouna se promener tout nu dans la rue lors de l'émission culte "la grosse émission" qui reste pour moi un des meilleurs moments de la télévision.

Donc le gouvernement va faire de la politique chez Cyril Hanouna. Bon...

Le Gorafi a sorti un très bon papier : "disparition de la politique après une longue maladie". Et c'est sur que la nouvelle politique "En Marche", c'est une triste euthanasie de la politique...


Paris – Âgée de près de 4500 ans, la politique est décédée ce matin, après avoir affronté courageusement mais en vain la maladie. Reportage. 
 Entourée de ses proches et amis, la politique est partie « sereinement » et avec le « sentiment du devoir accompli » même si ces derniers jours ont été très rudes expliquent les proches. « Toutes les déclarations récentes, ces secrétaires d’Etat qui veulent être vues partout dans les émissions de prime time au lieu d’aller au contact des citoyens, les ministres de l’intérieur qui utilisent de la novlangue quand des gens sont éborgnés, ça été trop dur ». Après discussions avec l’équipe médicale, il a ainsi été décidé de couper les machines qui maintenaient en vie la politique depuis avril 2002. « Au moins, elle ne souffre plus, c’est ce qu’il faut se dire » a confié une amie à la sortie de l’hôpital. Il se murmure en outre qu’à la dernière minute la politique aurait fait modifier son testament, déshéritant ainsi la totalité de ses enfants et petits enfants. Comme le souligne un analyste « Je pense qu’elle veut faire passer le message comme quoi ils ont vraiment merdé sur la fin».

jeudi 24 janvier 2019

Le Mont du Faucon

Au début mon blog s’appelait « le Mont du Faucon ». Hommage à mon village. Les gens que je dérangeais localement ont compris qui en était l’auteur. J’avais 12 ans de moins, un peu peur. J’ai changé le nom du blog en maison du Faucon.

Mais mon village reste Montfaucon. Il a donné mon pseudo. Même si le,village a changé et que je ne me sens plus chez moi, c’est dans cette église que je me suis marié avec la femme que j’aime.



dimanche 20 janvier 2019

Souvenirs de repas de fêtes

Un billet de souvenirs de ces quelques jours de repos de fin d’année. Du Noël. Du jour de l’an avec les beaux parents (mais c’était très bien). Avec, chez ma belle sœur, le meilleur vin de mon meilleur ami et témoin de mariage, version Magnum. 


Quelques jours après a Saint Hilaire, j’ai ouvert avec les plats du beau père, ancien boucher charcutier, un magnifique Vinsobre offert par mon cousin préféré. Un 2012, pourtant pas une année brillante pour les Cotes du Rhône. Mais celui la, avec une pintade, il était top.


J’ai eu des déceptions avec un Sauterne qui est reparti en fermentation après ouverture. J’ai heureusement un plan B qui s’appelle Tariquet Première grive. Et je pense qu’il’sera un plan À. Mon carton annuel m’a été livré à Montfaucon.



Et puis un vin qui est important pour moi, offert par celui qui m’a recruté dans la boîte où je suis. Il fut président du club d’échec dans le Vaucluse. Sa fille a été championne de France d’échec. Et un jour, le grand Karpov est venu. Ils en ont fait une cuvée de châteauneuf. Qui reste superbe.

Mais il y a des vins qui ne sont pas à boire mais à garder. Je pense que la dernière je la garderai. Aussi pour cet homme qui a été important pour moi. On a besoin de mentor, de modèle. De gens qui vous aide et qui vous font grandir.



C’est un billet qui ne sert à rien. Mais que j’avais envie de faire. Les photos sont belles. L’ambiance sympa. Des photos de bonheur.



Et si vous passez dans le Gard, allez au domaine Brice Beaumont. Vous goûterez un vin fabuleux, mais vous verrez aussi que le vigneron est une personne formidable qui donne une vie au vin. 

mardi 15 janvier 2019

Le ras-le-bol fiscal des cadres

Je recopie un excellent édito publié par Dominique Seux, directeur délégué de la rédaction des échos, qui appelle à faire très attention au ras-le-bol fiscal des cadres. Qui ont été dans la ligne de mire des pouvoir depuis bien longtemps (sous le mandat Hollande c'était terrifiant)


Les classes moyennes supérieures aisées mais non fortunées ont supporté depuis dix ans l'essentiel de l'alourdissement des prélèvements obligatoires. Le renoncement à l'allégement de la taxe d'habitation encore en vigueur serait un mauvais signal.

C'est la première annonce fiscale du gouvernement en 2019 et ce n'est pas franchement une bonne idée. On parle là de la taxe d'habitation : en deux jours, Bruno Le Maire, le ministre des Finances puis Benjamin Griveaux, le porte-parole de l'exécutif, ont quasiment enterré la promesse de sa disparition pour les 20 % des Français les plus aisés. Une promesse qui ne figurait pas dans le programme officiel d'Emmanuel Macron, mais que ce dernier a énoncée à de nombreuses reprises après son élection.

Cartouche pour rien
Le calendrier de cette annonce est à lui seul étrange. Politiquement, envoyer ce type de signal à la partie de l'opinion qui, dans les sondages en tout cas, soutient encore le président n'est pas d'une extraordinaire habileté. Par ailleurs, cette annonce intervient avant même le début du grand débat national promis y compris sur la fiscalité. Dans quelques semaines, le gouvernement aurait pu dire : « voilà ma réponse à la demande d'égalité ». Aujourd'hui, c'est une cartouche lâchée pour rien !

Forte redistribution
Sur le fond, les Français, qui n'ont en tête que les (rares) revenus extrêmement élevés, ont une image fausse de la charge supportée par les classes moyennes supérieures. Ont-ils conscience qu'avant redistribution, les 20 % les plus aisés perçoivent des revenus huit fois plus élevés que leurs équivalents du bas de l'échelle ? Mais qu'après redistribution, cet écart passe à quatre. Pour la tranche des 10 %, l'écart passe de vingt-deux à un peu plus de cinq... Ces dix pour cent les plus aisés contribuent par exemple à hauteur de 50 milliards d'euros à l'impôt sur le revenu.

1.900 euros en moins
Ces dernières années, et notamment depuis le début du quinquennat de François Hollande, de nombreuses mesures ont pesé dans un sens unique. Hausse des contributions sociales, baisse du plafond du quotient familial, mise sous conditions de ressources des allocations familiales etc. Selon l'OFCE, le revenu du tiers des Français les plus aisés a diminué de 1.900 euros en moyenne par an du fait des mesures prises entre 2008 et 2016. Pour les 5 % les plus aisés, la perte a été de 5.640 euros.

La déception sans gilet ?
Tous ces contribuables-là, dira-t-on, ne sont pas à plaindre. D'autres le sont vraiment. Certes. Ils ne porteront jamais de gilets. Sans doute. Mais, cadres, professions libérales, dirigeants de PME et d'entreprises moyennes à l'aise mais pas fortunés (la demi-suppression de l'ISF ne les a pas nécessairement concernés), ils ne comprennent pas toujours pourquoi ils sont sans cesse montrés du doigt. Ils aimeraient que l'Etat fasse davantage rimer son action avec l'amélioration des services rendus qu'avec le seul mot de redistribution.

Dominique Seux

samedi 12 janvier 2019

Au revoir et merci

Au revoir chère amie.

Je t’ai acheté neuve en 2010. C’est Falconette qui t’a conduit en premier car j’avais la cheville dans le plâtre. J’ai adoré te conduire. J’ai adoré ton système streaming. 

Tu avais 130000 km. L’an dernier tu m’as fait peur au contrôle technique. 


Tu m’as conduit à mon mariage avec Falconette. Bébé 2 a pleuré quand je t’ai laissé. 

Tu étais pour nous une deuxième voiture, en tous cas la mienne. Avant tu étais la première, mais deux bébés et la mode des SUV est arrivée depuis. 

Tu as été remplacé par une voiture jeune, récente. Et quand je suis dedans j’ai l’impression d’être un ministre. Mais je ne t’oublie pas. Je n’ai jamais oublié ma ZX de mes débuts. Je n’ai jamais oublié mon premier amour (qui aujourd’hui est sans doute ma meilleure amie). 

Tu as été remplacée par Iron Man. Mais je ne t’oublierai pas. Je t’aime toujours. 






jeudi 10 janvier 2019

dimanche 6 janvier 2019

Carte postale du Forez en hiver #auvergne #forez

Fin des vacances de fin d’année. Elles étaient indispensables. Même si Noël n’est pas une période que j’apprécie tant que ça, même si je suis papa. Pour les enfants c’est fabuleux noël et pour le père que je suis c’est super. Pour l’enfant que je reste c’est plus difficile mais bon (j’en parlerai à un psy si j’en trouve un)

Nous avons passé le début de 2019 chez Falconette dans le Forez. Elle en avait besoin. Moi aussi je crois. Il faisait froid, mais Saint Hilaire Cusson la Valmitte était magnifique tout de même.


Ici, dans le Gard, le vent souffle d’une manière violente. La haut il fait froid, très froid. Mais il n’y a pas ce vent qui risque de tuer mon portail, et m’effraie quand je vois la tête du pin de chez la voisine qui risque de tomber sur ma maison (mais elle s’en fout... donc bon on verra)


J’ai terminé 2018 au boulot d’une manière bizarre. Un comité d’entreprise dont j’ai été secrétaire par intérim qui s’est passé avec 40° de fièvre en tentant de sauver l’intérêt général, et qui a sonné le glas de mon année professionnelle. Grippe. J’ai déserté mon poste deux jours avant mes vacances officielles. Mais je n’en pouvais plus.

Vie personnelle difficile en cette fin 2018. Qui rend 2019 comme une source d’espoir. La photo qui suis est un symbole de mon espoir : une lueur derrière des nuages. Peut être...



Et sinon politiquement je suis gêné de la manière dont les extrémistes de droite, les anciens nuit debout et la gauche de la gauche ont confisqué le mouvement des gilets jaunes. Qui au départ était simple : un ras le bol de la classe moyenne rurale devant une avalanche de taxes sur l’énergie et les carburants, et des attaques sans précédents contre les automobilistes. Et une colère des retraités et des salariés devant ce matraquage fiscal.

Je vois qu’on reparle du mariage pour tous. Quel rapport ? Je vois que Melenchon Coquerel & co veulent privatiser ce mouvement. Et finalement j’ai envie d’enlever mon gilet jaune de ma voiture. Car je ne suis plus en phase avec ce que devient ce mouvement. 
Mais j’en veux d’autant plus à l’amateurisme de ce pouvoir qui est en place par un accident, démocratique certes mais accident quand même.


On avance un peu dans le brouillard quand même, mais ma prédiction que ce mandat Macron n’arrivera pas à son terme peut être gagnant. Surtout quand j’ai vu à midi que LREM a sorti la sémillante Claire Opetit pour porter la cause de ce gouvernement. 



Sinon je ne parle pas de l’Olympique de Marseille. J’ai honte. Heureux que ça soit des foreziens qui les aient puni, mais c’est tout. Je souhaite le départ au plus tôt de Rudy Garcia. 
Ça plus l’élimination de Nîmes... dur weekend de foot.

Allez demain on retourne au boulot

Et pi Fanny...



Bon ben non... (pourtant Christophe Castaner agit, il agite ses gros poings et LREM est en mode killer).

vendredi 4 janvier 2019

Propositions au ministre de l'intérieur qui joue les cakes

On va voir ce qu'on va voir : le ministre de l'intérieur Christophe Castaner serre les poings et sort le menton. Il demande de la fermeté aux préfets pour libérer les ronds points. Et attention ça va chauffer : il demande deux rapports par jour, et leur demande de ne pas hésiter à user de la force contre ces opposants à Macron qui forcément font mal à la République.

C'est vrai que je me souviens des gilets jaunes du 17 novembre qui bloquaient un rond point pas loin de chez moi. Y avait des papys et des mamies que je connais qui se sont fait assassiner sur la CSG. Quelques collègues qui, comme moi, en avaient marre de ces prix délirants sur l'essence, et qui en avaient aussi un peu ras le bol de nos municipalités qui augmentent les impôts locaux quand le gouvernement hurlait que ces derniers baisseraient.
Bon, envoyer les forces de l'ordre contre ces personnes là qui, objectivement, n'ont sans doute pas succomber à la tentation "En Marche" aux dernières élections, et ne le feront pas aux prochaines... C'est un choix.

C'est dommage que le précédent ministre de l'intérieur n'ait pas eu le même courage pour déloger les zadiste de Notre-Dame-des-Landes, ou les délinquants qui occupaient Tolbiac et des facultés en Mai.

J'ai d'autres propositions à Christophe Castaner puisqu'il veut être un grand ministre de l'intérieur. En vrac :

  • Libérer certains quartiers des dealers et autres délinquants qui empêchent la police ou les pompiers d'intervenir. Alors c'est sur que ces bandes de racailles violentes sont peut être un peu plus difficiles à interpeller que des retraités qui distribuent du cafés sur des ronds points, mais ça fera du bien à tout le monde...
  • Lorsque arrivera l'été, évacuer (pourquoi pas par la force) les multitudes de caravanes de gens du voyage qui occupent illégalement des terrains privés ou municipaux, en foutant un sacré bordel et des dégâts considérables lorsqu'ils daignent partir,
  • Faire pareil sur les raves sauvages, souvent dans des terrains privés ou, pire, dans des zones boisés pouvant facilement prendre feu. Lire juste le Midi Libre l'été, c'est la fête aux tefeurs percés un peu de partout... (pareil, plus difficile à déloger que mes petits vieux sur mon rond point),
  • Faire respecter la loi qui interdit le port du voile intégral, y compris en période religieuse. Et si une population s'y oppose, faire respecter la loi. C'est comme les gilets jaunes sur les ronds point !
Je ne parle pas de la lutte contre les cambriolages de propriétés privés. Qui devrait être une priorité. Il serait plus opportun d'avoir les forces de l'ordre patrouiller dans les lotissements pendant que les gens travaillent plutôt que de les piéger au radar quand ils quittent leur boulot.

Bref Christophe Castaner veut montrer qu'il en a une grosse paire ? Ben chiche. Le précédent s'est fait caca dessus devant les zadistes de Notre-Dame-des-Landes et le gouvernement a humilié la république. On doit voir ce qu'on doit voir ? OK...
Pour l'instant, l'impression "fort avec les faibles mais caca mou quand ça craint un peu" reste un peu le sentiment général de ce gouvernement En Marche qui montre du courage contre uniquement ceux qui bossent et paient leurs impôts...

mercredi 2 janvier 2019

2018 en 16 billets ma rétrospective de blog


Finalement j’aurais commis mon billet « rétrospective » de l’année passée. 2018 en 16 billets, les plus lus dixit le relevé de Blogger, qui vaut ce qui vaut. Et qui permet de revenir sur certains billets.

Comme j’ai écrit hier, j’ai très peu écrit cette année. C’est clair : depuis que je blogue de manière « active » et dans un réseau, c’est l’année où j’ai le moins écrit. Avant c’était 2006, mais c’était sous Jacques Chirac. Depuis, toujours au dessus de 250 billets, avec des années de fou.
Je reprends la conclusion de mon billet précédent : « Bilan de blog : 207 billets en 2018. Ca baisse encore. 254 en 2017, 234 en 2016, et les nombres sur-réalistes de 380 en 2015 et 479 en 2014. 2009 et 2010 on dépassait les 550, c'était l'esprit de la Comète. »

Pourtant, les billets que j’ai écrit, mis à part les photos rapidement postées, j’ai l’impression que je les ai plus travaillé. D’ailleurs, les billets les plus lus sont dans cette veine. Et c’est amusant, je les redécouvre.
Même si, avec tristesse, ils sont moins repris, moins commentés. Avant, un billet générait des réactions, des commentaires, parfois pas des très agréables. Là, c’est vrai que le sentiment d’écrire dans le vide est fort.
Mais écrire reste encore plus fort. Donc…

Commençons la liste de billets.


Un billet qui rappelle qu’avant les gilets jaunes et tous les maux qu’on veut leur faire porter, il y avait la France Insoumise. Il y a avait les manifestations de Mai, des casseurs (beaucoup, rappelons nous le 1er Mai, Tolbiac…). Et une philosophie de cette France Insoumise qui est loin de cette des lumières pour plus revenir vers un obscurantisme qui rappelle, comme qui diraient, les heures les plus sombres de notre histoire.


Mélenchon parlait de « gazage » et employait des termes qui font froid dans le dos et montrent que cette gauche a perdu le sens des réalités. Et plus il y avait l’UNEF et sa porte-parole voilée, qui défendait une vision racialisée de la société française, avec une islamophilie mâtinée d’un antisémitisme et d’un racisme de type nouveau.

A relire la tribune sur le nouvel antisémitisme qui avait été écrite fin Avril dans le Parisien. Qui rappelle que ce nouvel antisémitisme est d’origine de la vraie gauche, alliée objective d’un islam radical et de personnes qui défendent la notion de « race », niant le caractère universel de l’humanité.


Edouard Philippe restera une grande déception. Je n’avais aucune confiance en LREM, qui est une bande d’opportunistes qui se sont crus tout permis en gagnant une élection où leur grand guide a eu une chance terrifiante. Une gauche laminée par ses propres frondeurs, qui maintenant n’existe plus. Une droite descendue par une série de révélation qui, manque de bol, est tombée après les primaires de la droite.
Et donc on a un LREM avec des députés type Son-Forget ou celui de chez moi, qui viennent de nulle part, pour ne rien faire sinon des selfies et penser qu’ils ont les pleins pouvoirs.

Edouard Philippe préparait à fuir en rase campagne à Notre-Dame-des-Landes, offrant une victoire inespérée à une bande de délinquants qui ont tordu la République. Marianne a été lâchée par ceux qui sont censés la défendre.
Fort avec les faibles (les automobilistes des zones rurales, les retraités…), mais couard avec les zadistes de NDDL, de Tolbiac, ou ceux qui cassent.

Le gouvernement a fini l’année avec les débordements de certains qui ont profité des gilets jaunes ? Ils ont ouvert les vannes en montrant que l’état Macron était faible, Notre-Dame-des-Landes en a été le symbole.

Sur l’affaire Benala comme sur bien d’autre, le mode « racaille » du président et de sa bande LREM (les opportunistes qui se croient tout permis comme on disait plus haut) a été au plus haut. Le « venez me chercher bande de cons » de notre bon président était formidable.


On a aussi eu, dans le genre délire, la partie techno-gay dans l’Elysée, ou le passage dans les iles avec les deux délinquants qui faisaient un gros doigts à la caméra devant un président en sur méga-kiff.
Oui, Sarkozy, Hollande, Juppé, Chirac, Valls, Royal, ils nous manquent…



Parce que chez les chrétiens, quand on rigole, on ne brule pas des drapeaux et des ambassades. On aime rire. Dans d’autres religions « d’amour », c’est plus difficile…
Et j’adore cette image.
Qui me rappelle que cette année aura été très Dragon Ball avec mes enfants.



LREM nous aura pris pour des cons. Mon député aussi mais il est bien dans les rangs du parti. Leur politique fiscale aura amené des villages a augmenté de manière considérable la taxe d’habitation, celle qui doit être supprimée pour certains. Mais qui reste réglée par ceux qui, déjà, paient l’impôt sur le revenu, et tout.

Il se trouve qu’en plus mon village de Roquemaure aura été bel exemple du n’importe quoi fiscal. Une mairie pourtant bien de droite (on a été battue sur leur discours « nous sommes la vraie droite tout ça »). Qui aura ruiné le village en même pas 4 ans, mis une pression fiscale de dingue (que l’adjoint au finance juge « indolore »).
En plus en cassant les choses qui marchaient bien avant. Le ramassage des ordures ménagères par exemple. Ça coute 11% plus cher et le village est sale de chez sale.




Hommage appuyé au triste ministre socialiste Thomas Thévenoud qui a déposé à l’INPI la marque « phobie administrative ». Bravo l’artiste.

Ils sont forts à gauche, y a pas à dire…



Jean-Luc Mélenchon, qui avait soutenu et remercié les délinquants de Notre-Dame-des-Landes quelques jours avant, avec piqué un coup de colère je ne sais plus pour quoi.

Ce qui me choquait, c’est que cette vraie gauche rouge brune soit à l’Assemblée Nationale. Depuis, Mélenchon insultait les policiers qui faisaient leur boulot (« la république c’est moi, ma personne est sacrée » qu’il bleuglait). Il a montré qu’il était abject, indigne et dangereux, lui et sa bande.


Suite à la mort de Serge Dassault, la gauche qui n’est pas humaniste pour un sou a montré qu’elle ne respectait même pas la mort. Des gens abjects et à vomir.



Ces gens-là sont les vrais dangers de la république. Malheureusement…


… Malheureusement les socialistes ont choisi pour les représenter une personne qui représente bien cette gauche abjecte qui fait peur, et qui n’a plus aucun tabou ou complexe pour se montrer telle qu’elle est.


Dans le drame qui se passe en Palestine, l’ancien candidat du parti socialiste trouvait que hélas, il y a pas beaucoup de mort coté Israel. C’est bien dommage ma petite dame. Et ça passe.
Nous avons une partie de la gauche raciste, antisémite, qui reprend à son compte les thèmes de « races » pour soit disant lutter contre un racisme alors qu’eux même le sont, racistes. Mais ça passe.

Et ça a été candidat pour la gauche normalement républicaine aux présidentielles. Hélas…



50000 € de dépensé pour faire les nouveaux logos de France Télévision. Des logos moches en plus. Pendant ce temps, la CSG augmentait, les prix du gaz et de l’essence augmentait, mon salaire baissait en même temps que ma charge de travail explosait.

La France d’après. Celle d’en Marche…


Moment des déclarations d’impôts. Où je vois que je fais partie des moins de 45% de foyers fiscaux qui paient pour les autres. Cette année, j’ai eu 35% d’augmentation (car plus de crèches pour les enfants), plus les impots locaux, plus le reste.
Et on apprenait que NDDL ça allait nous couter une blinde. Et à la fin de l’année, on aura eu droit à pleins de mesures qui seront financés par cette classe moyenne haute dont je fais partie.

Et j’en ai marre de payer des impôts pour cette France là.



Cette année a été particulière. Des masques sont tombés. En tous cas la décomplexion a été totale. Quand je pense que sous Sarkozy on parlait de « droite décomplexée »… Des puceaux, oui.

Donc nous avons des antiracistes qui sont les pires des racistes, et qui offrent à Le Pen le plus beau des cadeaux en remettant au gout du jour la notion de « race ». Et nous avons des féministes qui tiennent des propos abjects et insupportables.
Exemple la toujours très distinguées Caroline de Haas « Deux hommes sur trois sont des violeurs ». Classe internationale.

Je me demande si quelqu’un disait « un magrébin sur deux est un délinquant » ou « une femme sur deux est une salope », quelles seraient les réactions.

J'avais lu sur Twitter la réaction de Muriel Cousin, qui avait dit de mémoire "j'ai deux fils : puis je savoir lequel des deux sera un violeur". Moi c'est pareil j'en ai deux. Je me demande lequel je vais sacrifier.


Jean-Luc Mélenchon a montré qu’il n’aimait pas trop la police républicaine. Il remerciait les zadistes de NDDL d’avoir fait plier la république. Mais la France Insoumise n’est pas un parti républicain : c’est un groupuscule qui rêve d’un grand soir où tomberont des têtes, ainsi que la république.

Jean-Luc Mélenchon a juste montré une fois de plus que son électorat rêvé et dragué ne sont pas ceux qui contribuent à l’amélioration de l’humanité et à la création d’une société honnête et travailleuse…


J’ai écrit beaucoup sur Notre-Dame-des-Landes. La présidence Macron et le gouvernement Philippe ont accepté que Marianne se fasse violer en méga tournante, et ont humilié la république. Aujourd’hui ca s’émeut de débordements à Paris par les gilets jaunes… Mais ils sont tellement responsables…


Encore un billet sur Mélenchon. Après avoir uriné sur les représentants de la république en s’autoproclamant « la république c’est moi » et « je suis sacré », il a montré qu’il était un petit personnage. Un homme méprisable.
Se moquant de l’accent d’une journaliste toulousaine.

Je me suis senti humilié. J’ai raconté une histoire personnelle vieille, qui m’avait marqué profondément et douloureusement.
Il y a quelques années il disait ne pas se sentir bien quand il y avait trop de blonds aux yeux bleus. Une autre de ses caractéristiques racistes et pas très humanistes.

Le parachuté Mélenchon est une honte de la politique.  




Je n’ai pas parlé que politique. Mes billets préférés étaient ceux là, des billets de rien, de famille, de carte postale, de partage. Ceux sont ceux qui font le moins « d’audience ». Tant pis, j’aime les écrire. Je continuerai.


Sans doute ces billets seront ceux que j'écrirai le plus souvent...