vendredi 10 décembre 2010

Tout le monde a parlé du service militaire, moi aussi...

En début de semaine, beaucoup de blog (la liste ici) ont disserté sur une question posée par l’ami Romain de Lyon : « rétablir le service militaire, ou pas ? ». Question qui faisait suite à une réflexion de l’ancien député gaulliste de Villeurbanne, Marc Fraysse (que j’avais connu, et que j’aimais bien).

C’est amusant que la question vienne de Lyon. J’étais dans une chambre d’étudiante de Lyon, dans cette délicieuse Montée des Carmes au dessus de la place Saint Paul, lorsque, avec quelques chers amis, nous entendirent notre Président Jacques Chirac annoncer la fin du service militaire. Ce clap de fin ne nous concernant pas : nous aurions du être les derniers à saluer le drapeau et revêtir les habits militaires…
Je dis « nous aurions du », car je ne l’ai pas fait. Sinon, j’aurais été scientifique du contingent. Bah, j’aurais fait mon stage de fin d’étude là où j’aurais du être 6 mois plus tard…

Romain cite dans son billet les arguments de Marc Fraysse : « C'est, pour Marc, de plus en plus vers des identités consuméristes ou identitaires que se tournent trop d'entre nous, c'est le chemin du recul du vivre ensemble faute de moments partagés en commun à la table de la République. Pour lui le moyen le plus évident pour resserrer les liens entre nos plus jeunes citoyens est de leur donner un moment de vie en commun. Si l'école est un outil de ce temps partagé entre français, un service civil débarrassé des trop nombreuses exceptions, obligatoire pour les filles comme les garçons, pourrait redonner à tous un sens du collectif et l'envie de vivre sans barrières. Il s'agirait bien sûr, sauf demande inverse expresse, d'un service civil. »

Devons nous rétablir le service militaire ? Je me sens mal à l’aise pour répondre à cette question, car à part la journée de visite à la caserne de Tarascon, je n’ai pas tellement été confronté à ce cas. Et si l’avais fait, mon service, cela aurait été en tant que scientifique du contingent, sur des choses qui m’intéresse, et je n’aurais pas eu l’impression qu’on eu bien de mes proches passés sous le drapeau, de « perdre mon temps »…

Je n’ai pas une réponse claire par un « oui ou non » à cette question. Simplement des réflexions, ou d’autres questions. Est-il choquant que chaque citoyen (qui se considère comme tel) donne à sa nation un peu de son temps ? Dans la structure militaire, ou ailleurs ? Je ne sais pas, je n’en ai pas l’impression…
Quand on entend certaines phrases insultantes de la part de personne comme Nicolas Anelka qui chie sans scrupule sur la France, ses habitants, son histoire, ses valeurs, et prend Marianne en levrette en nous crachant à la gueule, et quand on sait qu’il n’est pas le seul dans ce cas (sinon le plus bruyant et avec le plus de sousous), est il choquant que certaines institutions essaient de rappeler certaines valeurs de la nation à ses citoyens ? Si oui par contre, est ce que cela passe obligatoirement par le service militaire « de l’époque » ?

On ne cesse d’entendre, ici et là, parler de « cette jeunesse désœuvrée, sans repère ». Des exemples, nous en avons tous. Il suffit de lire les journaux, ou tout simplement de sortir un peu, et pas uniquement dans les banlieues. J’entends que « le service militaire coutait cher ». Sans doute. Mais le prix à payer de la perte de certains repères n’est il pas beaucoup plus important ?

Je ne sais pas s’il faut ou pas rétablir le service militaire. Si j’avais 15 ans et étais en âge de le faire, je répondrai sans doute non… Mais un temps où chacun donnerait un peu de son temps à la nation, un temps où l’idée d’une communauté nationale unis par des valeurs et une histoire commune serait un fait, cela me séduit… Et je ne suis pas convaincu que cela soit difficile à mettre en place, ou couteux.
Après, sous quelle forme ? Je ne sais pas…

La question de Romain et de Marc Fraysse est bonne. A creuser peut être ?

13 commentaires:

  1. On n'arrête pas de creuser !

    RépondreSupprimer
  2. Service militaire, sans doute pas, d'avis de militaires , ce serait totalement inutile, mais service civil obligatoire, je suis a fond pour . Dixit !
    bne journée a toi

    RépondreSupprimer
  3. Être passé à une armée de métier est une folie...creusant encore un peu plus le rapport entre les politiques et le peuple ... le peuple qu'on déshabille, qu'on trahit, et qu'on voudrait qu'il ne puisse se défendre ...

    RépondreSupprimer
  4. Nicolas, putain tu l'as dit...

    Corto, je crois en effet qu'il y a débat.

    Mirabelle, ce que je disais plus haut, il y a débat. Corto dit l'inverse.
    Mais oui, remettre des liens entre la nation et le peuple parait important. Que le service militaire soit un outil pour que ce dernier soit moins pris pour une buse, je n'en suis pas convaincu...

    Bon vendredi

    RépondreSupprimer
  5. Qu'il soit moins pris pour une buse n'est pas tout à fait la question, le problème est qu'aujourd'hui la tendance est à dépouiller le peuple de toutes ses prérogatives : il vote non à un référendum, on ne le respecte pas, on revote pour lui, on le dépouille de ses attributs de souveraineté, en cela c'est très grave.

    RépondreSupprimer
  6. Mirabelle, je suis d'accord avec toi (totalement même, j'en ai fais bien des billets).
    Je crois juste que c'est un peu hors sujet (et tant qu'à discuter, ça me dérange pas qu'on le fasse sur le sujet sur lequel j'ai un peu écrit ^^)

    Bonne fin de semaine

    RépondreSupprimer
  7. hé mais, le Faucon, qu'est ce que tu veux que je te dise ? oui je suis pour un service militaire et aussi un service civique ... ça ferait du bien à tout le monde ! c'est ça que tu veux entendre ? alors voilà, c'est dit !

    RépondreSupprimer
  8. Mirabelle, d'accord, c'est très bien... (je ne réponds même pas, je ne sais pas quoi répondre...)

    RépondreSupprimer
  9. Finalement, à force de creuser dans la blogosphère, il semble bien qu'on arrive à une idée à peu près commune : un service civil utile à tout le monde (les jeunes, le pays), serait une bonne chose.

    RépondreSupprimer
  10. Très bonne réponse, et je plussoie Le Coucou, nos conclusions semblent converger vers une même idée : un service civil/civique (6 mois suffiraient) pour souder les gens, leurs (ré)apprendre les valeurs, les confronter à de la vraie discipline, à de la vraie vie en communauté, à les intégrer au pays, qu'ils se sentent chez eux.

    RépondreSupprimer
  11. Coucou et Vall, oui c'est bien de voir qu'on arrive à converger sur une même position.

    RépondreSupprimer
  12. Ah nostalgie de l'armée.. La bonne blague!

    Les militaires ne veulent pas de bidasses, cela leur couterait cher pour une efficacité assez nulle dans leurs boulots (sauf médecins, pilotes, ingénieurs en informatique... enfin pas de cas soc.)

    L'armée a du se professionnaliser car l'armement est de plus en plus performant, cher et nécessitant pas ou peu de main d'oeuvre.Il est,naturellement, hors de question de confier ce matériel au simple quidam.

    Les guerres de tranchées sont finies. On envoie des drones espionner ou bombarder et on regarde grâce aux satellites ce qui se passe chez l'ennemi.


    Si le pouvoir souhaite rétablir un service civique, cela se fera sans les militaires, qui ne sont ni des nounous ni des gardes chiourmes, ni même des éducateurs. Ou alors il faudra former un corps spécial, de nouveaux cadres à cet effet, et augmenter le nombre de militaires, ce n'est pas la tendance actuellement.

    Je ne parle même pas du coût de la remise aux normes des casernes, encore moins du fait que beaucoup d'entre elles ont été vendues et transformées depuis.

    Et vous rêvez tous d' un service civique de six mois qui ne servirait à rien à 18 ans, les gars se feraient la malle, traineraient, se feraient réformer en se faisant passer pour P3 ou P4, réformés pour cause de risque de suicide)

    Mais monsieur le commandant, il avait pas le moral! Il m'avait écrit qu'il allait tout péter.

    En aucun cas on imposera un service civique, qui vient d'ailleurs d'être supprimé en Allemagne, aux futures "élites" de la nation, sinon ils seront employés dans différents ministères, la coopé, les hôpitaux...

    Moi, la première me débrouillerais pour que mes gars (20,16,13 ans) en soient exemptés. Ils n'ont pas à vivre avec de la racaille, ils sont innocents n'ont rien fait de mal. Pourquoi leur imposer cette horreur? Le feriez vous, vous? Subir les conneries de chambrées, leurs vulgarités, leurs méchancetés, la violence, trouver des toilettes crades des douches immondes parce que la racaille se fiche de tout..


    J'arrête là mon commentaire, mais il faut être pragmatique et réaliste.Scolarisons les petits à 2 ans et donnons le droit aux instits de flanquer des baffes cela serait plus efficace.

    RépondreSupprimer
  13. Lady, commentaire long.

    Je ne suis pas en désaccord avec tout, je ne suis pas non plus d'accord avec l'intégralité.

    Oui sur l'éducation qui doit être plus ferme. Non, on "ne rêve pas", on donne notre avis (qui peut être différent du tien, c'est pas interdit). Mais oui, donner 6 mois à sa nation ne me semble pas scandaleux, malgré les possibles tricheurs, il y en a toujours (et c'est pour ça qu'il ne faut pas essayer).

    C'est mon avis. On peut ne pas être d'accord...

    RépondreSupprimer

Bienvenue dans ma maison.

Ici, Le respect qui accompagne la critique et le débat est le bienvenu. Insulte ou attaque personnelle (sur moi ou autres) non. Et il est interdit de venir casser les couilles du taulier que je suis (et des autres commentateurs).

Anonymes, passe ton chemin.
Tu peux t'inscrire avec un compte Blogger ou en t'inscrivant à plein d'endroit... C'est bien de savoir avec qui on discute...