jeudi 31 mars 2011

Je ne ferai pas de liste de liens ce mois ci...

Nous arrivons à la fin du mois. Le Jegounotron va fonctionner plein badin. Mais aujourd’hui, non, je ne jouerai pas. Je ne ferai pas de liste de liens.

Je regarde quand même mes statistiques, d’un œil discret. Je vois qu’en Mars, moi où j’ai finalement assez peu bloggué (37 billets, autant que pour Février qui compte moins de mois jours), 43 sites m’auront fait l’honneur de 101 liens. Je les remercie avec la même sincérité que lorsque, les mois précédents, je pondais ma liste de liens. Que j’essayais, autant que possible, de ponctuer d’un petit mot pour chacun de ces blogs, tous différents, apportant chacun leur pierre à ce bel édifice qu'est notre blogosphère.

Le mois précédent, mes amis Homer et Nicolas avaient disserté sur cette mode de la liste de liens que l’on pond en fin de mois. Une liste que l’on fait comme ça, machinalement, d’un air « ça y est c’est fait j’ai remercié, on peut passer à la suite, ils auront un lien ils seront contents ». Ce coté « machinal » justement, qui enlève un peu au lien toute sa saveur, tout son charme, toute sa qualité.
C’est dommage, car l’outil développé par le sympathique Lolobobo est un superbe outil. Il m’a (nous a) facilité la vie, lorsque je proposais mes listes de liens. Mais trop c’est trop : apparaitre dans une liste en fin d’un billet sur la laïcité ou sur les nouilles au beurre, ça ne fait pas plaisir. Ca ne fait plus plaisir…

Donc je préfère faire différemment ce mois ci. En plus, il va faire beau et j’ai beaucoup de boulot : je bloguerai moins. Beaucoup moins. En plus, je vais partir en vacances un peu, dans un coin où je n’ai pas le net.
Par contre, je préfère faire des liens, des vrais liens. Mettre en avant les billets que je lis, qui m’ont marqué, interrogé, amusé, intéressé, ou énervé. Mettre en avant les blogs que j’aime, les blogs des gens que j’aime. Revenir à l’essence du lien. Moins de liens sans doute. Mais trop de liens lancés n’importe quand, dans une liste qui nous rend finalement anonyme, je ne suis pas sur que cela soit une bonne chose au final…

Alors encore une fois merci à ceux qui me suivent. Merci à ceux qui m’ont fait l’honneur d’un lien, même si c’était pour dire que j’étais un âne (on est toujours l’âne de quelqu’un) ou pour déformer ou caricaturer une pensée, un propos.
Et merci à ces copines et copains que l’on rencontre sur la blogosphère, et grâce à qui c’est sympa d’aller faire un tour sur Google Reader le matin…

PS : La photo provient d'un village de mon canton qui vient ce matin d'enterrer son maire, mort la semaine dernière... La tristesse d'un village est quelque chose qui se partage... Et les souvenirs d'une année dernière particulièrement douloureuse ne l'apaise pas... Je pense à mes amis de Lirac...

mercredi 30 mars 2011

Le bus de Knysna accouchera de mini-bus...

Certaines informations se suffisant à elle même, et ne nécessitent aucun commentaire... Celle là par exemple : Les primes des bleus de la coupe du monde 2010 servira à acheter des mini-bus pour les clubs amateurs...
Des mini-bus... Il y a des symboles remarquables...

Sinon, seuls Gallas et Anelka n'ont pas encore renoncé à leurs primes de la Coupe du Monde. Et hier soir, le match était aussi triste que je trouve le maillot marinière vraiment laid et ridicule.

Et à part ça il fait beau. C'est bien...

mardi 29 mars 2011

Les ardéchois contre le gaz de schiste...

Je viens de recevoir ça par mail. J'ai adoré...

Sinon pas plus. C'est le printemps... (et non, je bloguerai sérieux un peu plus tard...)

lundi 28 mars 2011

Drôle de mandat...

J'aurais pu fêter mes 10 ans de mandat local ce mois ci. En Mars 2001, j'étais élu conseiller municipal de mon village d'enfance. Celui qui a donné le nom de ce blog, et mon pseudo... Si mon ami François passe par là, il se souviendra de Frankoiz, et de cette rencontre entre deux tours, sous la statue d'Athéna de l'Arc de Triomphe...

J'aurais pu fêter mes 10 ans de mandat. Au cours d'un drôle de deuxième mandat. Drôle est peut être un adjectif mal à propos, puisque je trouve ce mandat vraiment bizarre, où le tragique se mêle à l'incertitude de ces réformes territoriales que l'on se prend en pleine face, et qui font qu'il nous est bien difficile de savoir où l'on va...

Ma communauté de communes comporte quatre villages. Elle aura connu la mort de deux de ses maires. Si je devais ajouter à ça la mort du président de Région, deux villes principales de ma circonscription qui ont connu des élections anticipés pour causes d'invalidité du Maire, et donc cette réforme territoriale qui fait que personne ne sait où on va, ce mandat est vraiment spécial...

Sinon mon canton a vu la réélection du conseiller général sortant, contre le candidat FN du coin. Ce socialiste, que personnellement j'apprécie en tant qu'homme, avait pour suppléante la première adjoint de mon village. J'en suis content. Il faudra expliquer un jour, ue l'élection cantonale, celle du conseiller général, c'est plus une histoire d'homme que de politique politicienne... Dans les cantons ruraux en tous cas.

Et à part ça, pas plus. J'étais en RTT aujourd'hui. Il a fait beau, je vous remercie... Ma semaine de quatre jours qui arrive sera compliquée, et je la redoute déjà. Mais ça, c'est une autre histoire...

dimanche 27 mars 2011

C'était mon ami...

... et quelque part c'était mon Maitre. "Mon ami, mon Maître" est une des plus belles chansons de Serge Lama... Cet enregistrement qu'il avait fait en 2005, dans son concert tout accordéon, m'évoque vraiment mon ami Guy Pécoul, qui a disparu il y a maintenant un an.

C'était le Maire de Roquemaure. Il m'a appris énormément de chose. C'était un maitre. Mais c'était surtout un ami... Aujourd'hui, après m'être marié, et alors que je vais être bientôt papa, il me manque terriblement... Et je vais tenir ce qui était, lors des dernières élections, son bureau de vote...

L'actualité de mon canton est douloureuse en cette fin Mars... Les souvenirs se rapprochent à l'actualité, puisque hier mon témoin de mariage m'a appris la mort du Maire de Lirac, Jean-Louis Potherat... Un mort aussi soudaine que celle qui a frappé mon village il y a un an...

Je pense terriblement, alors que je prépare ma cravate pour aller faire voter les gens, à Guy. Mon docteur me l'a dit de toutes manières : je n'ai pas encore réussi le "travail de deuil", ce truc que j'ai jamais compris comment ça marchait, mais que c'est important il parait...
Je pense aussi à mes amis à Lirac qui perdent ce weekend leur maire... Un enfant du pays lui aussi.

Ce billet, il est pour toi Guy. Et comme tu es un homme formidable, je sais que tu le partageras en partie avec ce maire dont tu as accueilli le village dans notre communauté de communes... Dans ta communauté de communes.

Tu me manques, Guy...

samedi 26 mars 2011

Tristes Côtes du Rhône gardoises...

Lorsque je prendrai mon apéritif tout à l'heure, je me souviendrai que la dernière fois que j'ai vu mon ami Guy, à l'époque Maire de Roquemaure, c'était il y a un an. L'association de la Saint Valentin donnait son apéritif, mon ami avait fait un discours. Son dernier.
Lorsque je l'ai quitté après un whisky glace, je ne savais pas que je ne lui reparlerai plus jamais... C'était il y a un an.

Peu de temps après midi, mon ami et témoin de mariage m'appelait... Pour m'annoncer la mort soudaine du maire de son village. Un village de la Côte du Rhône gardoise, qui donne ses vins dont je raffole et dont je fais souvent une modeste, mais sincère, publicité sur mon blog. Lirac

Demain, c'est jour d'élections cantonales, deuxième tour. Je penserai à mon ami disparu l'année dernière. Je penserai aussi au Maire de ce village qui m'est si cher, disparu aujourd'hui.

Demain, quelque soit le résultat des urnes, la journée sera amère... Tout à l'heure, même le Rhône semblait triste...

vendredi 25 mars 2011

L'UMP n'explosera pas... (enfin, pas tout de suite)

Dans mon billet las de hier, mon ami Nicolas faisait ce commentaire : « je trouve la période passionnante, en politique, avec ce qui ressemble à un éclatement de l'UMP ».
Ce qui ressemble à un éclatement de l’UMP. Comme je n’avais pas d’idée (et pas d’envie il faut bien le dire) de billets aujourd’hui, pourquoi ne pas réagir sur cette remarque pertinente de Nicolas, qui en appelle d’autres…

Personnellement, que l’UMP éclate pourrait me faire plaisir. Je pourrais m'en moquer aussi, vu ma motivation en ce moment...
J’ai toujours eu des réticences fortes vis-à-vis d’un « rassemblement unique de tous le centre et la droite ». Je reprends souvent cette phrase que Bayrou avait prononcé en février 2002 à Toulouse, devant l’UEM à l’époque rassemblée : « quand tout le monde pense la même chose, plus personne ne pense plus rien ». Il s’était fait siffler. Mais il avait raison.
L’UEM à l’époque, l’UMP aujourd’hui, n’a jamais été un rassemblement sur des valeurs communes. A l’époque Chirac est à peu près sur de perdre. Le PS est au pouvoir, et Jospin est grand favori. La « valeur commune » de chacun qui a crée l’UEM, après UMP, n’était en fait qu’un Plus Petit Dénominateur Commun : Ne pas perdre. Ou gagner. Derrière Chirac. Mais si ça avait été Balladur, Sarkozy, ou mon cousin du bar, cela aurait été un autre…

Après on a eu 2002. Sarkozy qui revient par la grande porte, Place Beauveau, et qui commence son cinéma, son ascension, et tout le reste. Le référendum constitutionnel. Un mandat de Chirac moyennas (pas moyen non, moyennas…). Et Sarkozy en 2007. Et aujourd’hui, on pourrait prédire la chute de l’UMP…
Parce que le PPDC reste le même : gagner. Et aujourd’hui, ceux qui ne veulent pas perdre leur place, ou en gagner une, se disent que le chef de l’UMP, Nicolas Sarkozy, risque de leur faire perdre leur siège… Donc on pourrait penser que l’UMP va exploser…

Aujourd’hui, je ne pense pas que l’UMP va exploser, et qu'elle va perdurer. C'est mon coté pessimiste actuel... Sans doute pour un petit moment encore. Pour au moins deux raisons.

La jurisprudence Parti Socialiste, qui aurait du exploser 100 fois en 10 ans, me montre qu’un parti politique conçu pour prendre le pouvoir, c’est drôlement robuste.
Après le 21 Avril 2002, après le référendum constitutionnel qui a mis en avant des divergences, après la défaite de 2007… Et dernièrement encore après Reims, où fraudes et bourrages d’urne ont apparemment été stars de ce scrutin interne. Tant d’évènements qui auraient pu voir le PS exploser. Pour quel résultat ? Le départ de Jean-Luc Mélenchon…

Oui, le PS est plus vieux que l’UMP, sans doute. Mais il y a une deuxième raison. Les idées, la philosophie, la ligne politique, oui, sans doute. Mais le plus important, pour les membres de ces partis politiques, ceux sont les places. Les places à prendre, à gagner, à conserver. Les mandats.
Pour les membres de l’UMP, ont-ils plus à gagner ou à perdre d’une explosion de l’UMP ? Et Sarkozy, le virer les fera t’il conserver de sénateurs ou de députés ?

Nous sommes là en discuter. En tant que militant pour certains, sympathisants pour d’autres, observateurs et passionnés enfin. Mais il y a ce paramètre que nous ne gérons pas. Le pouvoir, la place, le mandat. Tout faire pour l’obtenir. Si demain, c’est en soutenant celui sur qui on a craché hier, et ben c'est pas grave, tant qu'au bout il y a le mandat, la victoire, le petit bout d'écharpe qu'on exhibera le dimanche.
Oui, l’UMP montre des divergences fortes. Le PS en a montré aussi. Et pourtant, ces deux mastodontes sont là. Avec des gens qui vont pousser derrière parce qu’il y a une présidentielle. Un champion à trouver, espérant que cette dernière ou ce dernier sera la locomotive qui les amènera, nos notables qui polémiquent en ce moment, au Palais Bourbon, au Luxembourg, ou dans des mairies et conseils territoriaux. Et tant pis si on lui a craché dessus à un moment si au bout il y a la victoire, sa victoire, et le petit bout d'écharpe qu'on exhibera le dimanche...
Parce que ces partis sont là oui pour des idées, des valeurs, une certaine idée de la France… Mais ils sont là aussi et surtout pour gagner des élections, et octroyer des places. A des personnes qui n’ont pas forcément intérêt que les choses changent…

Un dernier point qui valide mon sentiment : l’histoire de François Bayrou. 18% des électeurs en 2007. Mais aujourd'hui un petit parti, sans grandes figures ni structures. Parce que les Morin d’abord, Cavada ensuite, ont privilégié leur place à eux. Aujourd’hui, le Modem est une coquille plus ou moins vide. Et plus que moins. Pourtant, les électeurs étaient là… Mais ceux qui avaient de jolies places n’ont pas quitté l’UMP ou une UDF affidée à l’UMP pour tenter l’aventure.

Finalement, en réflexion à une (comme toujours) intéressante remarque de Nicolas, j’en ai écrit un billet politique… Fataliste comme tout. Pas bien marrant. Qui donnerait une explication du pourquoi 60 % des électeurs ont préféré faire autre chose dimanche dernier…
Mais bon, ceux qui seront élus dimanche soir n’en auront finalement cure de ne l’être avec 30 ou 60% de participations. La place, le mandat, miam…

Et tant que les partis politiques leurs assureront cette place, ils tiendront longtemps…

jeudi 24 mars 2011

Lassitude printanière (billet pour dire rien)

Période frustrante, qui met mal à l’aise. Est-ce les souvenirs et fantômes qui reviennent un an après ? Est ce mon état de fatigue, qui ne s’améliore pas ? Est-ce l’actualité du moment, qui ajoute à ma fatigue et à ma lassitude ?
En tous cas le constat est là, et las..

D’habitude, j’arrive vers 7h15 au bureau. J’aime bien ce moment où personne n’est encore là. Je me prépare un thé, mange un yaourt, en lisant les mails de la nuit, en lisant mon Google Reader. Parfois, j’attaque la rédaction d’un billet, une réaction à une information entendu sur RMC ou RTL en venant. Le plus long étant de choisir les bons liens à mettre dans le billet, et surtout le titre : important le titre

En ce moment, je ne parviens pas à arriver au bureau avant 8h30. La radio parle, j’ai l’impression de ne pas l’entendre… Mais bon, si c’est pour entendre des conneries sur le nuage radioactif
Nous sommes en période électorale, et la politique me fatigue également. Au sens propre, parce que cette période électorale où en plus les budgets se préparent et se votent, est riche et rude. Au sens figuré aussi : j’arrive à saturation. Et 2012, c'est demain...
Je parlais de mon Google Reader plus haut… Je lis mes copains, je lis les titres qui m’intéressent, mais les polémiques politiques à deux francs, je laisse… Les billets militants bien comme il faut, où le camp d’en face est forcément pas beau et le notre merveilleux, je n’arrive plus…

Alors j’en suis là ce matin… Enfin matin… C’est presque midi…
Des dossiers qui s’empilent. Un agenda qui est bien rempli mais qui en prend encore, le salaud. Un weekend qui, je sais, ne sera pas reposant. J’aime les journées électorales, mais c’est long, et épuisant. Surtout quand on « fête », le jour même, la mort d’un proche ami.

Et à coté de ça, il y a une actualité normalement passionnante, mais qui me laisse froid. La Lybie tiens. Je n’ai rien écrit sur la Lybie. Mais que pourrais-je écrire sur quelque chose que je n’arrive pas à suivre, sur un pays que je ne connais pas…
Si, je pourrais taper bêtement sur Nicolas Sarkozy. Il y en a tellement qui le font avec talent… Ou, au contraire, louer l’attitude de la France dans cette histoire… Mais non, je n’arrive pas à suivre… Et d’ailleurs, est ce Sarkozy ou la France le sujet principal ? N’est ce pas la Lybie ? Mais non, comme pendant la catastrophe au Japon, on parle de nous… L’impact en France, l’action de la France, les paroles de Sarkozy, etc, etc… On s’aime bien je crois…

Donc voilà… En fait c’était un billet pour dire rien du tout… Sinon que le printemps est là, qu’il fait beau sur le Languedoc Roussillon, et que finalement c’est presque le plus agréable et le plus important…

mercredi 23 mars 2011

Patrice Evra : "j'ai été un bon capitaine"...

Il y a parfois des interviews qui laissent songeur...
"Pour tous les joueurs, j'ai été un bon capitaine, vous pouvez le demander...", voilà le bel exemple d'humilité et modestie de la part de Patrice Evra... Qui, ne lui en déplaise, aura été le pire capitaine de l'histoire de l'Equipe de France de football...

Le reste de l'interview se suffit à elle même. Arrogance, absence de scrupule, "c'est la faute des autres pas la mienne", etc... Du grand Patrice Evra.

Je pensais vraiment que Laurent Blanc a fait une erreur mémorable en rappelant Ribery et Evra. La sortie du premier, et l'interview hallucinante du second, me conforte dans mon impression...

Tant pis : on ira au cinéma vendredi soir !

mardi 22 mars 2011

Consignes de votes pour abstentionistes, et Front Républicain...

Le billet commence par le rappel d’une lapalissade, d’une évidence électorale tellement oublié… C’est notre sage ami des vaches qui nous le rappelle :
« Tout d’abord, il faut être lucide, et se dire que les consignes de vote tout le monde s’en bat les couettes ! »
Il a raison. D'autant plus quand, pour le premier tour, les gens ne sont majoritairement pas venus voter...
Pour ma part, je n’attends qu’on me dise pour qui voter. Je vote pour qui j’ai envie, comme je le ressens. Je voterai pour le socialiste chez moi lors du deuxième tour, sans avoir appelé un tel ou un tel pour prendre « la consigne de vote ». Je fais un peu ce que j’ai envie…

Après, y a la polémique. Nicolas Sarkozy et Jean-François Copé refusent de choisir entre FN et PS. Le fait est là, pour eux c’est « ni Front National, ni Front Républicain ».
Pour Martine Aubry, qui prend la voix grave et solennelle pour l’occasion, « l’UMP appelle à voter pour le FN ». Non, ce n’est pas ce qui est dit… L’UMP officielle dit qu’elle ne fait pas de choix. L'UMP officielle ne dit pas « votez pour le FN ! ». Pour ceux qui rêvent qu’« UMP = FN = la même chose », il est sympathique de déformer un peu les choses et d’hurler, la voix éraillée d’indignation à 3€50 : « l’UMP appelle à voter pour le FN ». Mais c’est faux.
Remarquez, la politique s’embarrasse t’elle de vérité ? Si tel était le cas, peut être y aurait il eu plus de votants

Revenons à Martine Aubry. Elle se trompe. Ou elle ment. Ou les deux. De la même manière que l’UMP se trompe, ou ment, ou les deux, quand il affirme « voter FN, c’est voter pour le PS, et c’est faire gagner le PS »…
Des fois, je me dis qu’il est bien utile le FN...

Pour être complet avant de clore le constat, la famille de droite demeure divisée sur la stratégie à adopter. Des personnes comme NKM, Pécresse, Fillon, Borloo, sont plutôt sur la ligne Chirac 97’. Et disent clairement : « nous voterons pour le gars de gauche en face du FN ».

Bon, le constat est fait, établit. Modestement, j’en tire quelques conclusions, toute personnelle…

D’abord, j’imagine le bonheur dans lequel doit nager Marine Le Pen… Elle est le centre du monde. Sympa...
La position de Copé me gène. Pourtant, malgré les cris d’orfraie de tout le monde, je crains que ces Fronts Républicains soient, au final, plus dangereux qu’autre chose… Oui, cela « prive » le FN d’élus. Et après ? La victimisation du FN s’en trouve validée par les faits. Et cela valide le sentiment dans la population que "bonnet blanc et blanc bonnet, c'est tous pareils".
Je ne sais pas si cette stratégie est viable à long terme… Et je le dis d’autant plus aisément que j’ai toujours considéré que le 21 Avril 2002, la République n’avait encore rien vu… Malgré ce 82% pour Chirac, qui appelait des lendemains moins chantants.

A propos du Front Républicain, le billet de Toréador peut appeler à des réactions : « L'idée du Front Républicain, en elle-même, est fort stupide : à partir du moment où l'on autorise un parti à concourir dans le cadre des lois de la République, il est supposé républicain, tout le reste n'est que littérature ». Sur le fond, il n'a pas tort...

Ensuite, nous constatons clairement une porosité de plus en plus visible entre UMP « officielle », celle des Lefebvre, Copé, Bertrand, Sarkozy, et le Front National. Le discours de Lefebvre vendredi soir était typique de ce que risque d’être la campagne présidentielle : « très » à droite. Des phrases ont fusé. Fortes. La position de Copé, de fait, ne me surprend pas.
La position de Fillon (qui j’espère sera suivi par Juppé) ne me surprend pas non plus. Une certaine droite, dont je suis, a toujours une idée de la Nation et de la République, qui est ce qu’elle est. On peut la critiquer. C'est en tous cas la mienne. Et j’aime cette position assez digne, où on ne va pas brailler « le Front Républicain ».
Non, on va simplement ne pas accorder nos suffrages à des gens pour qui on ne veut pas voter. Et considérer que de deux maux, il y en a de bien moindre. Ca fait moins romanesque que ce "Front Républicain qui va sauver nos valeurs et notre République". Ca fait peut être un peu moins ridicule aussi… Et au final peut être plus efficace.

Enfin, tout ce barnum m’amuse autant qu'il me fatique. Les jeux du cirque politique, avec des acteurs qui, malheureusement, ne me font plus rêver depuis longtemps. La politique politicienne et politichienne.
Avec ce point important, essentiel. Plus de la moitié des gens n’en ont rien eu à foutre de ces élections. Et quelque chose me dit que cette polémique, qui amuse ceux qui veulent s’en amuser, n’arrangera pas les choses…

Alors oui, les consignes de vote à des gens qui ne vont pas voter, c’est bien ridicule. Les polémiques qui en découlent ne le sont pas moins… Et quelque chose me dit que dimanche prochain, les minutes risquent d'être longues au bureau de vote...

lundi 21 mars 2011

Lendemain de cantonales.

Il y aurait tellement de choses à dire ce matin… Lendemain de cantonales dans mon canton. Toujours fatigantes, les journées électorales. Passionnantes, mais épuisantes…

J’aurais, dimanche prochain, un duel entre le conseiller général sortant socialiste, et le Front National. Le Front National arrivé assez largement en tête dans mon canton.
Je vais de suite clore le suspens, je voterai sans aucun état d’âme pour le conseiller général sortant. Il avait été l’adversaire de mon ami lors des dernières cantonales, c’est un homme pour qui j’ai de la sympathie, quand bien même j’ai de la réserve sur son parcours et certaines de ses positions politiques. De plus, j’ai une sincère amitié pour sa suppléante. Mon vote est logique...
Et bien loin des considérations nationales. Mon vote est local, pour un homme que je connais. Et que j'aime bien.
Le reste, je le laisse volontiers aux éditorialistes politiques…

Il y aurait tellement de choses à dire ce matin… Comme parler de ma rencontre, vendredi soir, avec une des "stars" de mon blog… Une personne pour qui j’ai une affection toute relative… L’ancien porte parole UMP Frédéric Lefebvre, qui est venu dans mon village d’enfance soutenir le candidat de mon canton. Un copain, que j’aime beaucoup (j’avais de l’amitié pour les deux principaux candidats républicains), et dont l’élimination dès le premier tour me peine un peu. J’aime l’homme, et je sais qu’une défaite, une désillusion, ce n’est jamais marrant…
Enfin bon. Frédéric Lefebvre était chez moi. Dans cette salle des fêtes que j’avais inauguré avec mon école, lors d’une course à pied en relais, un Lyon – Montpellier qui reste dans mes souvenirs. Et Frédéric Lefebvre a presque fait du Frédéric Lefebvre.

Presque, parce que j’ai l’impression que lunettes et nouvelle coupe de cheveux le rendent moins agressif. Bon, le discours est toujours très à droite, signe que la présidentielle risque de voir bien des sorties de route. Et l’argumentaire reste celui de mon député : si Sarkozy a déçu et n’a pas tenu ses promesses, c’est la faute de la crise… La crise… Je garde pour ma part un souvenir très fort de l’EPAD, qui, me semble t’il, n’a rien à voir avec la crise. Et qui demeure le début de la fin pour le sarkozysme officiel…

Bref, il y aurait beaucoup à dire. Sur une cantonale qui évoque pleins de souvenirs pour moi. J’aime cette élection. Demain, elle opposera un candidat socialiste, que j’apprécie, et un front national, que je ne connais pas.

Le second tour, c’est dimanche prochain. Cela fera un an que mon ami, ancien candidat en 2004, ancien maire de mon village, est mort. J’aime les journées électorales. Celle d’hier s’est faite sans lui, ma première depuis que j’ai l’âge de voter… Celle de dimanche prochain sera vraiment très fatigante…

Sinon hier soir, Marseille a battu Paris Saint Germain. Peut être l’information de la journée pour moi…

vendredi 18 mars 2011

Le Front de Gauche, acteur d'une triste pollution cantonale

Jeune militant, mon ami qui deviendra mon maire quelques années plus tard m'amenait coller. J'aimais le collage d'affiches politiques. Soit c'était pour le soutenir à ses cantonales à lui. Soit c'était pour le RPR ou les causes que je soutenais. J'avais collé pour le "non" au referendum sur le passage au quinquennat, en 2000 je crois...

Il me manque toujours cet ami, et je repense à cette période avec nostalgie. Mais l'objet de ce billet n'est pas là. Mon ami m'avait inculqué le respect militant, et le respect du militant. Au militant communiste ou socialiste d'à coté qui n'avait plus de colle, on lui prêtait le pinceau. Souvent, il nous payait un coup à boire. Et quand on le retrouvait, quelques semaines plus tard, c'était parfois lui qui nous dépannait d'un peu de peinture.
Idéaliste ? Non, c'était mes souvenirs. De militants qui ne partageaient pas les mêmes combats, mais un même respect. On collait pour nos convictions. On n'était pas là pour arracher l'affiche du gars d'en face, ou pour se distribuer des beignes.

Cet ami m'avait aussi interdit les collages sauvages. Cette plaie du militantisme, qui consiste à arroser de peintures et d'affiches tout coin suffisamment grand pouvant être collé. Un tag politique insupportable, et une pollution (plus que visuelle) difficile.

A une époque, le Front National était star, dans mon coin, du collage sauvage. N'importe où. Aujourd'hui, il semble être remplacé par le Front de Gauche, qui fait de même. Coller n'importe où. Je ne parle de ses spams sur papier aux slogans chocs (et un peu facile)s. Je parle de la forme. Coller n'importe où...

Quelques exemples... Ici, à coté d'un pont sur le Rhône, entrée de mon village d'enfance. Amusant : les affiches du Front de gauche sont collées à coté d'un tag du Front National. Comme deux cousins qui se détestent, mais finalement agissent de la même manière...
On remarquera que sous le spam politique se trouve l'arrêté préfectoral qui interdit de coller sous ce pont...
Ici, le Front de gauche colle sur un bunker EDF. Pas très joli le bâtiment, c'est vrai. Mais le paysage autour, il l'est... En face, le cimetière où repose cet ami, qui doit soupirer devant cette vague de spam qui vient de la gauche cette fois. Avant, c'était devant les affiches de l'extrême droite, collées n'importe où, que l'on maugréait...
Ici encore, une rue qui m'est chère. Oui, la colonne à verre n'est pas bien jolie. Et derrière la ligne de chemin de fer est bof bof. Mais nous sommes en bas d'un lotissement, qui n'a pas forcément demandé à être pollué visuellement par un parti politique...
J'aime bien cette photo aussi. Un paysage joli, en face d'une maison. Un mur qui avait été construit contre les eaux de ruissellement. Spammé, lui aussi...
Enfin ici, sortie de mon village. J'aime cette photo où, en face, on voit le collage sauvage des deux Fronts. Unis dans la même bêtise, dans la même pollution visuelle...
Dommage que les militants de Jean-Luc Mélenchon, présent dans mon village il y a quelques jours, utilisent la même méthode que leur gourou pour tenter de faire passer leur message. Dans la population locale, celle que je fréquente un peu, cette campagne d'affichage dégueulasse a très mal passé. Y compris chez des gens anciennement proche d'un Parti Communiste qu'ils regrettent...

Cela pourrait se traduire dans les urnes. Je le souhaite en tous cas... Ne serait ce que pour montrer que le militantisme, ce n'est pas polluer son environnement par des spams propagandiste. Surtout que notre nature n'est pas si moche que ça...

(à lire aussi le billet de Cassoulet Land, où le Front de Gauche du Sud Ouest utilise les mêmes tristes armes...)

jeudi 17 mars 2011

Trous du cul canins...

Je me demande si ma requête de Mars sera "trou du cul". En tous cas, cette information relayée par Faustine et mon copain Homer me laisse sans voix...

Il est possible d'acheter, pour nos amis les chiens, un "cache trou du cul".Sourions un peu... Car un peu plus loin, il y a des choses bien plus graves...

Triste équipe de France...

Franck Ribery et Patrice Evra sont donc rappelés en Equipe de France...

J'en suis triste. Je pense que Laurent Blanc vient de faire sa première grande erreur de sélectionneur, et qu'elle en sera au final dramatique.

Non, je suis triste pour le football... Ne nous étonnons pas si le désamour entre ce sport et les français perdure...
(enfin, c'est bien un billet léger).


Le Japon vu du ciel... encore... (et tant pis si ça emmerde certains humanistes...)

Sur ce site notamment (comme sur beaucoup d'autre), nous pouvons voir des photos "avant - après" le séisme, en bougeant une règle verticale sur la photo. A chaque fois, j'ai le ventre qui se tort...
Hier soir avec Falconette, nous lisions le guide de ce voyage au Japon que nous devions faire, avant que Bébé Faucon ne vienne se nicher dans un ventre... Comme m'a dit un collègue, "il est pas encore né ce couillon qu'il a peut être sauvé la vie de ses parents". Exagéré sans doute, mais pas faux... Puisque le 11 Mars, nous devions quitter Tokyo pour monter dans le Nord...

Nous y aurions été, dans le couscoussier...

Quelques images récupérées sur le site cité en début. Celle là notamment, qui m'a marqué. Avant une ile. Après rien...


Celle là aussi. Sendai, ville célèbre. Ville fantôme aujourd'hui... On a juste l'impression qu'un coup de Photoshop est passé par là. Mais ce n'est pas Photoshop...


Après, sur le reste, quelques réflexions sur les quelques billets lus ici et là. Et des billets qui m'ont fait froid dans le dos. Certains tournés sur le facile ras-le-bol qui se veut humaniste. Le par exemple très con : "il y a pleins de morts tous les jours en Afrique, et on nous beurre la raie pour les japonais". Il n'y a rien à répondre à ça. Juste passer outre le twitt, le blog, et pourquoi pas ne plus y revenir. Une possibilité...
Ou alors lu ailleurs qu'"il ne faut pas pleurer, les japonais savaient qu'ils avaient construit sur une zone dangereuse, alors ce qui leur arrive était prévu, donc poupoune hein". Là encore, il n'y a rien à répondre... Sinon que l'humain a construit sur une Terre elle même prévue pour disparaitre, et que de toutes manières on est tous voué à disparaitre... Donc que faire ? Se taire, être indifférent, n'en avoir rien à foutre ?

Il n'y a rien à répondre à ces billets, de plus en plus nombreux ces derniers jours. Ceux qui en ont marre que je soupire sur ce qui se passe au Japon iront voir d'autres blogs : je ne vais pas faire plaisir aux cyniques en taisant ce que je ressens. Ici je suis chez moi, et je parle de ce que je veux. Je parle souvent du Japon quand les choses vont bien, je ne vais pas m'arrêter aujourd'hui.
Et d'ailleurs ais je à me justifier ? Pas le moins du Monde... Je sais que la blogosphère est faite d'endroit où il est de bon ton de moquer un mouvement général. Une célébrité meurt et cela émeut les gens ? On trouvera le cynique qui se croit malin à moquer les larmes de chacun, et rappeler que "quand 10000 anonymes meurent dans des pays pauvres tout le monde il en parle pas". Il se sera cru supérieurement intelligent, ça aura pondu son billet, et demain il viendra nous donner une leçon d'humanisme et de tolérance...
Tant pis pour moi si j'y tombe dessus...

Enfin, chacun pense ce qu'il pense, et chacun écrit ce qu'il veut... Après, comme ça ne sert à rien de polémiquer et de s'énerver sur les blogs, autant allez voir ailleurs. Je le dis souvent, elle est vaste la blogosphère, et dans nombre de blog on peut débattre sans insulte ni cynisme...

Pour finir, je ne reviendrai pas sur le débat du nucléaire. Dans la blogosphère, un autre sommet est passé. Maintenant, on arrive vallée de l'insulte. A coté de celle du mensonge. L'indécence ? Quelle indécence ?
Enfin, laissons faire. C'est bien connu, c'est "lobby" contre "lobby". Je ne suis pas sur que les méchants soient là où certains voudraient les mettre, mais après c'est du débat. On peut ne pas être d'accord. Mais quand commencent les insultes, On se dit qu'il sera bien difficile. Et bien sur, c'est toujours de la faute de l'autre (le "lobby" ou les "radicaux") si le débat est difficile, c'est bien connu...

Ca me touche toujours autant ce qui se passe au Japon. Sans doute pour ça que je suis hermétique, voire plus, à une certaine manière du débat en ce moment... Et à un certains cynisme, que je trouve déplacé. Pour ne pas dire plus. Mais si je disais plus, je critiquerai ce que dénonçais au dernier paragraphe...

Donc quitter le net encore aujourd'hui. Rester devant la télé parce que je n'ai que ça à faire pendant encore au moins deux jours. Et on verra plus tard...

mercredi 16 mars 2011

Bon courage, Eric Abidal...

Je ne suis pas suspect d'être un grand fan d'Eric Abidal. Je garderai longtemps en tête la phrase d'Eric Di Méco à son sujet : « C’est pas lui qui avait pris sa grosse voix pour dire « les joueurs ne veulent pas voir Rama Yade » ? Il avait des couilles là Abidal. Et puis là, c’est « je ne veux pas jouer contre l’AfSuf », il a plus de couilles… Je ne savais pas que les couilles, ça poussait et ça tombait aussi vite… »

Aujourd'hui, nous apprenons une nouvelle terrible le concernant. Eric Abidal va être opéré d'une tumeur au foie. En ce qui me concerne, apprendre cette nouvelle ce matin m'a coupé des jambes, qui ne me tenaient déjà pas bien beaucoup...
Eric Abidal a fait un match magnifique contre Arsenal la semaine dernière. Il était déjà sans doute malade...

Je lui souhaite vraiment de vite guérir... Il m'a profondément déçu en Afrique du Sud, et je n'ai pas ses dernières attitudes. Mais là il n'est pas question de Knysna ou de polémiques, il est question d'un homme malade à qui je souhaite de vite guérir...
Et à qui je souhaite sincèrement le meilleur...

Mêlée écroulée...

J'aurais eu des choses à dire encore sur le Japon, le nucléaire, le retour assez merveilleux et émouvant de Patrick Roy à l'Assemblée Nationale (et cette leçon d'humanisme et de vie qui, personnellement me touche)... J'aurais même pu parler de Marseille éliminé hier de la COupe d'Europe, à l'issue d'un match que je n'ai pas vu.

Pas vu, car épuisé. Et ce matin, mon ami médecin qui passe me dit mes choix. Soit un arrêt, et dodo pendant au moins 72 heures (puisque ce weekend, j'ai un bureau de vote à tenir...). Soit...

Donc voilà où j'en suis. A aller me recoucher...

Un peu triste. C'est Falconette qui est malade, ou enceinte plutôt (ce n'est pas une maladie), et c'est moi qui est, à présent, aux arrêts. Mais peut être prendre de soit, c'est bien...
Je vais éviter de trop regarder la télé, les blogs, et les informations, aujourd'hui... Et retourner me coucher. On bloguera plus tard, d'accord ?

mardi 15 mars 2011

Et aujourd'hui, je suis d'accord avec le PS, avec Hamon, même avec Royal...

La semaine dernière, j’étais en phase avec Montebourg sur les histoires nauséabondes de Marseille. Aujourd’hui, je suis d’accord avec le Parti Socialiste et Benoit Hamon quant à leur position sur le nucléaire français.

Et pompon de la pomponnette, je vois même que je suis même d’accord avec Ségolène Royal (j'écris ça en rouge et je souligne parce que ça le mérite), quand elle parle de « délai de décence »… . (merci de l’info Stef). Il y a des jours comme ça…

Bon, je rassure mes sympathiques camarades, je n’irai pas quand même pas voter à la primaire socialiste qui ne me regarde pas… Mais dans le cas où le PS continue dans ces positions là, et exclut certaines alliances gouvernementale, peut être que je ne serai pas étanche à certaines possibilités…
Mais ça, c'est un autre problème, nous n'en sommes pas là.

Et pendant ce temps, le Gard est en alerte orange...

Et oui, il pleut dans le Gard (vous avez vu, je fais comme notre bon ami, je mets des flèches et des ronds dans les endroits que je veux mettre en valeur : vive Blogger ancienne version, en attendant la future...). Et donc nous sommes en alerte orange jusqu'à demain...

L'occasion pour moi de mettre en avant une information de la Criirad, organisme local qui n'est pas forcément un des meneurs de ce fameux "lobby nucléaire"... Ce "lobby" qui me fait dire qu'on est toujours le lobby de quelqu'un finalement, surtout quand on défend une position contraire...
La Criirad donc. Qui parle des installations nucléaires vers chez moi, en vallée du Rhône : "selon le Président de la Criirad, le danger réside moins dans la solidité des bâtiments des installations, plutôt robustes admet-il, que dans le risque d’une inondation. « En vallée du Rhône, on n’a peut-être pas de tsunamis, mais on a des barrages qui ne sont pas construits selon les normes antisismiques », affirme-t-il".

Un peu ce que je disais hier. En cas d'immense séisme, avant les centrales nucléaires, on aura tout le reste qui nous pétera à la gueule. Faut il pour ça arrêter l'énergie hydro-électrique ? Je ne sais pas...
Mais quand je vois des alertes orange ou rouge chez moi, j'ai quelques souvenirs de moments très durs avec mon village sous les eaux... J'y repense. J'y repense...

Pendant que je regarderai la pluie tomber, je lirai sans doute pléthores de billets ou de commentaires plein de modération et de respect pour la personne d'en face qui ne pense pas forcément comme lui... Je ne parlerai pas des contres vérités qui seront débitées, c'est finalement secondaire...
Hier soir, mes critiques sur l'anti-nucléaire et certains mensonges distillés m'ont offert ce loisir de voir quelques anonymes venir m'insulter sur mon blog. D'autres venir montrer du doigt mon "indignité". Je me rassure en soupirant que nous sommes tous l'indigne de quelqu'un, puisque c'est également le reproche que je faisais à certains...
Et la pluie qui tombe dans le Gard ne fera ni baisser ce niveau de tension et de polémique en France, pas plus malheureusement que l'impact de la catastrophe du réacteur n°3 de la Centrale de Fukishima...

Pour autant, je m'arrêterai sur le billet du Toréador, "Atomes cocus avec science" qui, une nouvelle fois, touche juste. Pour le simple plaisir, le premier paragraphe : "Comme la vérole sur le bas-clergé, les anti-nucléaires se sont jetés sur les corps encore chauds des victimes japonaises pour remettre sur le tapis leur crédo rétrograde . Comme charognards médiatiques alléchés par le fumet d'aubaine du drame nippon, on ne fait pas pire. Dommage que le débat politique ne fonctionne qu'à coups d'urgences. Haïti n'intéresse plus personne, la mode c'est le paysan de Sendai. Dr Ross est demandé au bloc 1."

Indigne peut être. Mais j'aime bien... Et pendant ce temps, il continue de pleuvoir, la Cèze et le Gardon de continuer de monter. Mais bon, on est loin, très loin, du drame nippon...
J'aurais du être à Tokyo aujourd'hui normalement si Falconette n'avait pas eu son gros ventre... Je suis finalement mieux sous ma pluie gardoise...

lundi 14 mars 2011

Akatsuki no kuruma (les roues de l'aube)...

Décidément, les images de désolation continuent à provenir de ce pays qui nous est si cher... Dans lequel nous aurions du être... Remarquez, cela nous aurait évité la désolante polémique du moment, et les leçons de morale de quelques grands esprits hautement tolérants... Heureusement que l'on peut lire, quand même, des billets qui font un peu chaud au cœur : raison et modération n'ont pas totalement été englouties dans le tsunami pacifique...

Dans mon autoradio tourne de la musique japonaise... C'est comme ça. J'aime. Et dans les chanteuses que j'aime, je parle souvent de celles qui chantent les oeuvres de la délicieuse Yuki Kajiura. Un de ses groupes préférentiels est FictionJunction. J'adore la chanteur Yuuka, une des piliers à la voix délicieuse...
Akatsuki no Kuruma ("les roues de l'aube" en traduction française) est peut être ma chanson préférée. Tirée de l'animé Gundam Seed, cette chanson était présente pendant une des plus belles scènes qui m'ait été donnée de voir dans l'animation japonaise...

La vidéo est tiré d'un concert live de Yuki Kajiura, le Live vol#4 de 2009 (je crois). Je n'ai pas grand chose à dire de plus. Je trouve la chanson belle...

Que ceux qui aiment se laissent bercer par la voix. Et les autres peuvent partir et revenir demain, je ne leur en voudrai pas...



Le Japon continue à souffrir... et nous, on polémique...

Ce weekend a été difficile. Pour plusieurs raisons. Physiquement, la fatigue et le souci qui est le mien rend les activités un peu physiques par forcément évidentes. Je sais ce qu’il faut pour que cela aille mieux, c’est à moi de faire en sorte que… Ensuite, le temps, pluvieux, humide et froid, n’appelait pas à un immense enthousiasme…
Enfin, l’actualité… Ce n’est pas être un fanatique de voyeurisme que d’être intéressé, et personnellement touché, par la tragédie qui se passe au Japon. J’ai essentiellement suivi les informations sur ITélé, et j’ai trouvé le traitement de ce drame digne, et informatif. Il n’y avait pas le coté sensationnel que j’ai pu trouver sur d’autres chaines en zappant.

Par contre, je reste effaré par l’ensemble de bêtises et mensonges que j’entends sur la question du nucléaire… En plus d'être écœuré (le mot est faible) par la récupération qui en est faite, et la polémique naissante... Là encore il y a eu un drame. C’est une catastrophe qui s’est passé à Fukushima. Mais ce n’est, n’en déplaisent à ceux qui veulent instrumentaliser pour leur propagande politicienne la tragédie, qu’une catastrophe de plus dans un ensemble de catastrophes qui aura fait un mal énorme au Japon…
Je trouve cette récupération opportuniste détestable (mais certains, comme Corinne Lepage, ont fait de l’opportunisme la phare de leur carrière politique…). Ce n’est que mon sentiment. Après, chacun fait ce qu’il veut, nous en verrons les conséquences plus tard. Il est difficile de débattre contre des avis tout fait, contre des mensonges. En tous cas personnellement je n’en suis pas capable. J’espère juste que ceux sont des gens compétents et crédibles qui porteront la parole que je juge juste et sérieuse… (C’est-à-dire que mettre en avant une personne aussi peu crédible qu’Eric Besson, ce n’est pas la peine…).

J’entendais hier, chez moi, des choses hallucinantes, et terrifiantes. Mais finalement assez logiques, vu le climat avec ceux qui veulent nous faire peur à peu de frais. « Si on a une catastrophe ici, Tricastin explosera, j’ai peur ». Oui, peut être, mais pas sur. Ce qui est sur, c’est que si on a un séisme de 8,9 chez nous, nous aurons juste avant une vague d’eau qui proviendra des ruptures de tous nos barrages hydroélectriques. Les usines chimiques et pétrochimiques des bords de mer déverseront leurs produits délicieusement polluant. Et chez moi, les entreprises sidérurgiques et autres auront terminés le travail…
Si nous ne nous sommes pas pris une éolienne sur la tête, on réfléchira sur le reste…

Mais quand je vois le silence de la catastrophe écologique que nous avons eu dans la Crau l’été dernier, avec la rupture de la canalisation de pétrole, je me dis que peut être hurler contre des AZF ou des drames comme ça, c’est moins porteur que le diable nucléaire…

Enfin, on pourra toujours polémiquer… Ca pourra durer longtemps, des murs qui parlent avec des murs.
Mais oui, j’aimerais qu’on ait des sources d’énergie non polluantes, non productrices de déchets ou de CO2, pas chères, sures, efficaces, et aussi transparentes que nos sources d’énergie aujourd’hui (parce qu'elles le sont : toutes les informations sont disponibles)… Il faut y travailler. Cela doit être, à mon avis, une priorité. Mais cela va au-delà : j’ai toujours pensé que l’innovation et la recherche, scientifique et technologique, et dans tous les domaines (dont celui de l’énergie), devait être une priorité… Je ne sais pas si cela en est une aujourd'hui…

Il n’empêche. En ce moment j’ai mal au ventre, pas uniquement à cause de ma santé à la con en ce moment. J’ai mal au ventre car un pays que j’aime a mal, très mal. Car un peuple que j’aime souffre. C’est terrible ce qui se passe au Japon
Après, les mensonges qui sont distillés en parlant fort, c’est finalement bien secondaire…


(sinon au fait, en Lybie, ça se passe comment ?)

dimanche 13 mars 2011

Le Japon vu du ciel...

Au début, je voulais faire un billet polémique et politique. Des photos que j'ai prise, dans mes deux villages ruraux des bords du Rhône. Photos d'une campagne de collage ignoble et inadmissible d'un Front de Gauche.. Qui aura merveilleusement pollué mon paysage par leur propagande, en copiant les méthodes du Front National. Ces gens là auront un billet un autre jour. La petitesse n'est rien quand de l'autre coté de la Terre un pays et un peuple, que j'aime de tout mon cœur, souffre...

J'aurais voulu écrire un billet sur cet effet papillon. Un séisme au Japon qui provoque encore et toujours des polémiques bassement politicienne dans notre pays. Mais comme celles ci portent sur des sujets qui me touchent, que je suis écœuré, et que je pense là encore que ce n'est rien par rapport à ce qui se passe là bas, dans ce pays où nous aurions du être en ce moment sur le ventre de Falconette n'abritait pas un futur Gémeaux, je n'en dirais rien...

Juste mettre en ligne ces photos vues sur le site du Monde. Des images à la fois magnifiques, et terrifiantes. Le Japon vu du ciel.

J'ai retenu ces deux photos. Ce "Naruto" (ou tourbillon) saisissant, et cette ile créée de toute pièce par les éléments...

Quelques nouvelles chez mon copain de blog Tinou, dont ses carnets bohèmes ont une teinte bien douloureuse en ce moment...

vendredi 11 mars 2011

Nous aurions du être au Japon en ce moment, mais...

Il y un dessin animé du merveilleux studio Bones, qui s'appelle Tokyo Magnitude 8.0. Je ne l'ai pas encore regardé, mais les images de la télévision ce matin ne provenaient pas d'une création du studio qui avait crée Fullmetal Alchémist. C'était la vérité, plus violente que tous les meilleurs scénarios...

Nous aurions du être au Japon en ce moment. J'aime ce pays, le Japon. C'était le thème de notre mariage avec Falconette (j'étais sur la table "Mont Fuji", et y avait pleins d'autres tables japonisantes...). J'aurais pu proposer le thème "Chevalier du Zodiaque", mais l'histoire est antérieure à celle avec Falconette, et puis y a que 12 maisons et celle du Grand Pope (et franchement, qui aurait voulu être à la table "Masque de Mort" ou à celle "Aldébaran" ?).
Mais non, nous avons proposé le thème du Japon. Parce que ce pays, cette culture, nous est chère. Pas uniquement à cause des seuls dessins animés... Nous aimons l'histoire, tragique et sanglante, de ce pays, sa langue, ses musiques et chansons... Et ce pays est impressionnant : une ile... Entre le ciel et l'eau, entre Russie et États-Unis.

Nous aurions du être au Japon en ce moment, ou du moins préparer notre départ. Parce que nous voulions voir les cerisiers en fleurs là bas... Et tel Kenshin, je voulais boire un saké sous un cerisier en fleur. Espérant que ce dernier ait bon gout : il est de coutume que le saké est bon si le cœur de celui qui le boit est apaisé...

Nous aurions du être au Japon en ce moment, notre voyage de noce. Mais non. Falconette est à trois mois du terme de sa grossesse, et l'alerte de santé est suffisamment importante pour que non.
Et en ce qui me concerne, les docteurs aux longs diplômes ont réussi à mettre un nom sur les maux qui détraquent ma bien ridiculement fragile santé. C'est un nom que je ne mettrai pas sur ce blog, non par pudeur, mais juste parce que je ne m'en souviens plus de ce nom barbare à la con.

Nous aurions du être au Japon en ce moment. Et nous aurions souffert avec ce courageux peuple... Tokyo Magnitude 8.0 n'était pas un dessin animé aujourd'hui, mais une réalité. Qui me touche...

Et je pense au Japon en ce moment... Les mois de Mars sont souvent bien cruels...

jeudi 10 mars 2011

Les 7 cauchemars de Dominique Strauss-Kahn

Je suis vraiment à la bourre… je vais parler d’un article que j’ai trouvé pertinent dans le Point d’il y a à peu près un mois. Avec Dominique Strauss-Kahn à sa une. Le titre pourrait donner lieux à un roman : « les 7 cauchemars de Dominique Strauss-Kahn ». Comme un nouveau sondage sort qui le met en pôle position, ça me donnera l’occasion de reparler un peu de DSK…
Et puis j’aime bien les listes, ça permet de faire des billets sympathiques à écrire, faciles à lire, et ça donne à manger au débat. Comme je l’avais fait lorsque j’avais listé, du toujours même Point les 10 boulets du futur candidat Sarkozy, allons disserter gaiement sur les 7 cauchemars du maître du fond monétaire international.

1 – Une campagne violente à droite
Tu m’étonnes que la campagne sera violente… Je le rassure néanmoins, il n’y aura pas qu’à droite qu’elle va sentir de dessous les bras, la présidentielle 2012. Il va y avoir de la haine des deux cotés : une véritable boucherie chevaline.
Je ne me félicite pas de ses campagnes violentes, parce que je crois que le peuple mérite mieux que ça. Et parce que je sais que cela laisse des traces, et dans une société qui a un peu de mal à vivre ensemble. Une campagne respectueuse et apaisée ferait du bien, mais je ne rêve plus. La campagne sera violente, ça ne sera pas le fait uniquement de l’UMP. Dont la campagne plus « scandaleuse » que les socialistes, le Front de gauche ou le Front National (ces deux Fronts qui chez moi polluent visuellement par des affichages et collage anarchique tous mes beaux paysages…).

2007 était de ma pâte à modeler Playdoh rose comparé à ce que nous allons vivre (et dont nous serons, plus ou moins, acteurs). Je comprends que cela fasse réfléchir tout candidat potentiel…


2 – Les critiques venant de la gauche
Il y a bien sur Mélenchon, qui hurle et gesticule bruyamment. Il n’y a pas que lui. Ça bringuebale au PS, dans « son » PS. Évidemment, chacun ira à la bonne soupe ministérielle si le destin lui sourit, et c’est avec un immense plaisir qu’ils mettront la bonne bouille du Dominique à coté d’eux sur leurs affiches électorales pour les échéances locales et législatives, les mêmes qui lui auront craché à la figure… Mais avant cela, il lui faudra canaliser l’ensemble des réticences, parfois exprimées de manières violentes, qui proviennent de la gauche…

La blogosphère de gauche est, à ce niveau là, intéressante. Je suis assez surpris de voir la violence de certaines attaques : on dépasse la réserve, ou le soutien à un autre présidentiable. Je suis surpris de voir comment ce passera le rassemblement à gauche si c'est DSK qui est choisi… (combien de vestes retournées ?).
3 – La baisse dans les sondages
Les politologues l’annoncent : dès que Strauss-Kahn reviendra dans le marigot politique français, il baissera. Parce que moins loin, parce que moins solennel, parce que c’est comme ça. Ma seule expérience me rappelle les exemples Balladur, Jospin, Royal. En tête des sondages, puis la courbe commence à plonger, et ça ne s’arrête qu’au moment du dépouillement…

Maintenant, je n’ai pas le souvenir d’une personne annoncée à 63% d’intention de vote au 2eme tour… Il entrera en campagne à moins d’un an de la présidentielle. Si la chute s’arrête pour lui à 51%, il gagnera quand même…

4 – Le marécage des primaires
Ça aussi ça va être drôle. A rapprocher du point 2. Comment ceux, nombreux à gauche, qui expriment aujourd’hui de telles réserves, pourront se ranger derrière au moment du vote présidentiel ? Mais c'est vrai qu’en face, c’est la droite et Sarkozy, et que mieux vaut un vilain de gauche que quelqu’un de droite ? J’ai vu en Languedoc Roussillon, avec Frêche, que ça ne dérange pas certains ce genre d’écart.

Certains défenseurs des primaires donnent l’exemple des Etats-Unis, Obama vs Clinton. Une bataille à coup de grands tampons dans les dents. Et après, une fraternité solide comme un fémur de talonneur. Mais nous ne sommes nous pas aux Etats-Unis. Avons-nous l’habitude de ce genre de pré-combat électoral ? Je ne sais pas…

La politique me passionne : je me passionnerai donc pour ces primaires. Mais il faudra frotter pour nettoyer le sang jeté sur la tapisserie…
D'ailleurs, en ce moment, certains à gauche souhaiteraient que ces primaires n'aient pas lieu... Ce sera juste intéressant de voir comment ils expliqueront ce volte-face, si ce dernier à lieu...
5 – Un projet trop à gauche
Je fais le pari, depuis le début, que des Hamon ou Mélenchon finiront au gouvernement si DSK est élu. En ce qui me concerne, c’est la réserve que j’aurais si DSK est candidat (une sensibilité de droite n’empêche pas de voter pour qui on veut).

A rapprocher du point suivant. La gauche au pouvoir en ce moment en Europe, c’est l’Espagne et ses mesures pas franchement sociales. C’est le Portugal, qui fait mal à la classe moyenne. C’est la Grèce, avec les sacrifices qui rendent la réforme des retraites de Woerth bien légère… Quid de ces positions par rapport aux positionnements de DSK, et par rapport à ce fameux « projet socialiste », qui existe parait il, mais dont je ne saisis pas trop les tenants et aboutissements… ?

6 – Des manœuvres inexistantes une fois au pouvoir
Un autre pari que je fais est qu’après 2012, quelques soient les promesses, quelque soit le candidat élu, la classe moyenne soit férocement mise à contribution, et souffre très fortement. Y compris si c’est un socialiste qui est élu. Oh, il aura bon dos de dire comme Sarkozy en 2008 « mais c’est à cause de la crise si je ne tiens pas mes promesses » (il aura même certains militants de gauche qui soutiendront ce message, le même qui hurlent aux promesses non tenues de Sarkozy…). Mais le résultat sera le même : on souffrira…

Je ne me souviens plus où avais je lu ce commentaire d’Atalli : « en 2012, c’est DSK qui présidera la France. Soit en gagnant les élections. Soit en tant que chef du FMI… ». Je pense qu’il a raison…

7 – Lâcher la proie pour l’ombre
Je n’ai pas compris le titre de ce point 7, qui est un peu un fourre tout. Il y a d’abord le pari de quitter une institution où il aurait la chance d’être reconduit. Un quitte ou double pas forcément gagnant.
Il y a aussi le fait que la France, c’est juste un peu plus petit que le monde, le grand et beau. Et que forcément, ça peut faire réfléchir.

Mais en ce qui me concerne, j’ai toujours pensé qu’il était tellement plus valorisant d’être le premier dans son village que le 52054eme dans la grande ville… Mais quand on est, comme DSK, un des n°1 de la principale métropole… Oui, ça peut faire réfléchir…

Sept points de discussion. A voir si ces cauchemars se réaliseront ou pas. 2012, c'est demain...

mercredi 9 mars 2011

Nous atteignions le soleil, il y a 3 ans...

(préambule : c'est un billet personnel... Alors si vous voulez une analyse sur les dernières conneries politiques et médiatique, allez chez les copains...)

C’est une journée particulière aujourd’hui… Une journée où le ventre aura fait mal dès le milieu de la nuit. Pas à cause d’un repas de la veille lourd, non. Pas à cause du fait d’avoir assisté au meeting dans mon village du candidat PS aux élections cantonales. J’aime bien l'homme (bien que le parti beaucoup moins), et en tant qu’élu local et républicain, je dois essayer d’assister aux réunions publiques qui se passent chez moi. J’irai voir le candidat UMP, qui est un copain, vendredi soir.
Il y a 7 ans, nous étions à la place du candidat, avec cet ami à qui je pense terriblement aujourd’hui…

C’est une journée particulière, le 9 Mars. Anniversaire d’une de mes plus chères amies, qui compte beaucoup pour moi, et ce depuis longtemps. Anniversaire d’un de mes plus chers amis, je m’en suis rendu compte aujourd’hui qu’ils étaient nés le même jour. Les coïncidences, des fois…

C’est une journée particulière le 9 Mars. Il y a 3 ans, mon ami dont je parlais plus haut gagnait l’élection municipale dans son village. Celui qui est le mien aussi. C’était, à ce moment là, le plus beau moment de ma vie. J’étais heureux. J’étais heureux, mais surtout pour lui, pour Guy (c’était son prénom). Parce qu’il avait atteint son rêve, et j’y avais contribué un petit peu…
Je l’aimais Guy. C’était plus qu’un simple ami pour moi. Tellement plus…
Il aura été Maire de son village pendant 2 ans. Il est mort à la fin du mois de Mars l’année dernière. Soudainement. Son cœur s’est arrêté, et je me rends compte aujourd’hui que le mien n’a pas vraiment cessé de saigner…

Depuis, il y a eu mon mariage. Guy était absent. Il souhaitait tellement nous marier, Falconette et moi… Et moi donc, j’aurais tellement été fier que ce soit lui qui préside cette cérémonie… Il n’y était pas. Enfin si, il était dans nos cœurs, à tous. Et il ne sera pas présent quand le petit Faucon naitra… Là encore les coïncidences… Les prévisions donnent son éclosion entre le 16 et le 18 Juin… Le 18 oui. Et le 16 était l’anniversaire de cet ami, qui reste encore et toujours un modèle pour moi…

Il y a trois ans, je quittais Montfaucon pour Roquemaure, officiellement. Et il y a trois ans, mon ami est devenu le maire de sa commune. Et je l’ai accompagné. Mais ce jour là, j’étais heureux pour lui. Qui n’avait pas été épargné. Mais qui avait gagné…
Je me suis toujours interdit de parler de ma vie politique locale ici, sur mon blog. Parce que ce n’est pas l’endroit. Aujourd’hui, je déroge un peu à la règle. Parce que j’ai envie de rendre hommage à un homme qui a vraiment compté pour moi. Il m’a inculqué certaines valeurs, et une manière de faire de la politique. Celle qui me semble la bonne.

Celle qui consiste par exemple à faire une campagne sans jamais critiquer, parler, pire insulter ou mépriser, ses adversaires. Centrer uniquement sur soit : son bilan, son programme, ses propositions. Et toujours les respecter ses adversaires, déjà car ils ont les couilles de se présenter. Et rien que ça, cela inspire le respect (je ne serai pas capable, pour ma part, d’aller afficher ma bouille dans les rues de mon canton). Respecter ses adversaires et ceux qui ne sont pas d'accord avec toi, toujours. Et essayer de convaincre non pas en insultant, mais en proposant et en essayant de faire adhérer.
Pendant la campagne municipale, mon ami s’était fait insulter, mépriser. Oui, il ne sortait pas de l’ENA… Personne n’en sortait d’ailleurs, mais l’attaque en « incompétence » présumée est celle la plus communément utilisée. Le mépris. Je pense que c’est une faute.
Les candidats, et les militants ou soutiens supposés de ces candidats, qui pratiqueront des campagnes puantes, faites de calomnies, attaques personnelles, insultes et coups en bas de la ceinture, ces gens là seront battus. Toujours. Quelque soit l'élection. J'en suis convaincu : les électeurs n'aiment pas les baveurs et les haineux...

Il y a 3 ans, grâce à mon ami, nous atteignions le soleil. Aujourd’hui, il me manque terriblement. Et notre village, le sien, a encore un peu à la gorge… Je pense terriblement à lui aujourd’hui. Mais y a-t-il eu seulement un jour où… ?

Un petit photomontage, fait avec une chanson qui m’évoque cette période. I Reach For the sun, du groupe Fiction Junction, monté par Yuki Kajiura. La chanson avait été utilisée dans l’animé El Cazador, mémorable pour ses musiques (parce que sinon bof).
I reach for the sun, il me plait ce titre… Tu avais atteins le soleil Guy. Maintenant, j’espère que de ta place au paradis, tu as une belle vue… (veille un peu sur nous s’il te plait…)

mardi 8 mars 2011

Le nouveau maillot "extérieur" de l'Equipe de France (à dormir dehors...)

Une petite interpellation hier sur Twitter (à un moment où je n’étais pas sur le net), et un billet de la sympathique Céline, m’ont rappelé que je n’ai encore hier écrit sur le nouveau maillot extérieur de l’Equipe de France de football

Les gouts et les couleurs étant ceux qu’ils sont, l’avis que je donne n’est que mon avis. Certains le trouveront beau. Ce n’est pas mon cas, mais la mode et moi ça fait huit, donc mon avis artistique euh bof....
Non, moi ce qui me gonfle, c’est que le maillot d’une équipe, c’est quelque chose qui me semble important. Le maillot n’appartient pas à l’équipementier, en l’occurrence Nike, qui veut faire du buzz et de l’original. Le maillot, il appartient à ceux qui le supportent, il appartient à ceux qui l’ont porté avant et l’ont honoré. Le maillot, il représente les couleurs et l’histoire d’une équipe, d’un club, d’une nation.

Une nouvelle fois, les couleurs et les traditions sont bafoués par des petits pro du marketing. Que Lyon ou Marseille jouent la Coupe d’Europe avec des maillots à la con qui bafouent leur couleur, ça m’emmerde. Mais ceux ne sont que des clubs (dont le mien). Là, c’est l’équipe nationale, dont l’honneur a déjà été franchement atteint par ces blagues sud africaines
Et aujourd’hui, on montre que même le maillot, on peut y faire ce qu’on veut, jusqu'à le ridiculiser. Sous Domenech, il y eut une expérience d’un maillot rouge (!).
Aujourd’hui, nous avons un maillot bleu d’un bleu tout moche. Et un maillot extérieur original, certes, mais qui au final ne ressemble à rien.

Avec ce détail qui tue, que nous montrent les merveilleux cahiers du football : le coq n’a plus de tête sur le maillot… Comme ils disent, sans doute pour symboliser la gouvernance abracadabrantesque de notre Fédération, qui doit être toute satisfaite d’avoir réussi à rendre l’Equipe de France ridicule, jusqu’au maillot…Et puis même je m'amuse devant ce timing merveilleux de la bande à Duchaussoy... Sortir un maillot "marinière" au moment où une Marine amuse tout le monde dans les sondages, c'est brillant...

… Vu ce que prennent les créateursJ’attends avec peur le maillot « third » de l’Equipe de France de football de chez Nike, et vu l’absence totale de scrupule de notre FFF qui compte combien rapportera la vente de ces maillots Kleenex, on peut s’attendre au pire…

(à lire, pour le plaisir, les maillots les plus moches de la saison, sur le connard déchainé).

Si j'avais le choix entre Sarkozy et Le Pen, je choisirais...

Notre ami Yann me pose une question : « Et si Marine Le Pen se retrouve au second tour face à Nicolas Sarkozy, tu fais quoi ? ». Ben je vais essayer de lui répondre…

D’abord on va poser le décor. La situation. Un nouveau sondage qui remet Marine Le Pen en tête, quelque soit le cas de figure. Avec une nouveauté : Sarkozy pourrait être éliminé dès le premier tour (à force d’accumuler les bêtises , voilà ce que ça donne…).
Ensuite, moi, l’électeur lambda que je suis. Qui vote généralement à droite. Je dis « généralement », car malgré les étiquettes que l’on se colle avec une facilité déconcertante, les choses ne sont pas toujours figé, et dans l’isoloir on vote comme on le sent, et comme on le ressent. J’ai voté Chirac en 2002 mais c’était facile, j’étais de droite, en plus j’avais de l’affection pour Jacques Chirac.

Donc pour répondre à Yann, si j’ai un deuxième tour Marine Le Pen – Nicolas Sarkozy, je voterai très probablement pour Nicolas Sarkozy. De ma part, cela sera logique.
En 2007, j’ai aussi voté Nicolas Sarkozy au second tour. Et si 2012 nous donnait un deuxième tour Sarkozy – Royal, ou Sarkozy – Montebourg (malgré l’excellente prise de position de ce dernier), ou pire Sarkozy – Mélenchon (au point où on en est…), je voterai Sarkozy. Dans chacun de ces quatre cas que j’expose, ce ne sera un vote par adhésion, mais par rejet de son adversaire. Et parce que le deuxième tour de la présidentielle, c’est aussi ça : on élimine plus que l’on ne choisit.

J'ajoute néanmoins un point. Je pense qu'en 2002, Le Pen aurait du faire un score plus important contre Jacques Chirac, pour montrer le véritable danger de faire de la politique de manière indigne et clientéliste, sans se soucier des classes moyennes. Élu à 82%, Jacques Chirac a fait un mandat bien en deçà de ce que nous étions en droit d'attendre. Aussi, je crois que si Marine Le Pen doit être au deuxième tour, ce que je ne souhaite pas aujourd'hui, qu'elle fasse un score qui donne une vraie prise de conscience à la classe politique. Pour que 5 ans plus tard, on n'ait pas un ersatz de ce pitoyable Sarkozy - Royal de deuxième tour...

Billet court de ma part et sans grands arguments. Une simple réponse à la question de Yann. On pourra y revenir dans un an, voir si la configuration rend toujours ce scénario plausible…